vendredi, 20 octobre 2017
 

Sénégal : Accords entre le gouvernement et le Sames : Les médecins décrochent une hausse de salaire de 220 000 francs

Il a fallu une réunion marathon de cinq heures d’horloge entre le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) et le gouvernement fortement représenté par le ministre d’Etat, ministre du Travail et des Organisations Professionnelles, Innocence Ntap Ndiaye, le ministre d’Etat, ministre de la Fonction publique et de l’Emploi, Diakaria Diaw et le ministre de la Santé et de la Prévention, Modou Diagne Fada, pour aboutir à un accord sur tous les points de revendications de la plate forme des cliniciens. Pour en arriver là, il a fallu au moins trois rounds de négociations et c’est le troisième qui a été le bon. Hier, le gouvernement et le Sames ont chacun fait des concessions importantes pour arriver à cette convergence au grand bonheur des populations qui ont durement ressenti les grèves répétitives des médecins en cette période d’hivernage, donc du paludisme et de recrudescence de toutes les maladies.

Le point capital de ces revendications porte sur l’indemnité de responsabilité médicale qui a été débaptisée ‘indemnité de responsabilité particulière’. Celle-ci qui était de 180 000 francs par mois, a été portée à 250 000 francs dans l’accord signé ce mercredi 18 août 2010 au Building administratif. L’indemnité de responsabilité particulière sera prise en compte, d’après les termes de l’accord, à partir du 1er octobre 2010. Mais elle ne sera payée qu’en 2011, une manière de budgétiser la nouvelle hausse.

De la même manière, le gouvernement s’est montré très prodigue envers les médecins pour qui il vient de créer, une toute nouvelle indemnité appelée ‘indemnité de spécialisation médicale’ en lieu et place de la majoration d’ancienneté. Celle-ci sera payée à partir de janvier 2011 dans le nouveau budget. Elle est de 50 000 francs par mois pour les spécialisations d’une durée inférieure ou égale à deux ans et de 100 000 francs pour les spécialisations supérieures à deux ans. Autant dire que le gouvernement a cassé sa tirelire pour les beaux yeux des médecins regroupés dans le Sames.

Les autres clauses du protocole d’accord entre le gouvernement et le Sames portent sur la gestion du personnel. A ce niveau, les deux parties ont convenu que ‘la nomination dans les postes de direction relève du pouvoir discrétionnaire de l’autorité qu’elle tient des prérogatives législatives et réglementaires. Et que la nomination éventuelle d’un médecin à un poste de direction nationale doit être assujettie à l’insertion à l’Ordre national des médecins’. De plus le gouvernement et le Sames s’accordent sur la ‘transformation de la région médicale en direction régionale de la santé’, en attendant l’examen des modalités de la réforme en interne avec la direction de la réforme de l’Etat. Un audit du personnel médical figure aussi dans les clauses.

Concernant le plateau technique, l’accord stipule la dotation des hôpitaux régionaux de matériel approprié pour un diagnostic rapide et correct ainsi que le développement de la télémédecine dans les hôpitaux régionaux.

S’agissant des questions juridiques, le protocole d’accord entre le Sames et le gouvernement prévoit la réglementation des cachets, l’interdiction des caducées visuelles affichées sur toute sorte de véhicule. Aussi, le gouvernement et les camarades du Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye entendent procéder ‘à l’assainissement dans l’installation des cabinets médicaux, des dépôts de pharmacie, des cliniques privées, des cabinets paramédicaux pour une meilleure protection des populations’.

Enfin, l’accord prévoit de ‘lutter contre le détournement des fonds de certains comités de santé par certains représentants des populations’. Au terme de l’accord, ‘le médecin chef de district est le premier garant des fonds.A ce titre, le ministère chargé de la Santé sévira contre toutes pratiques frauduleuses des comités de santé. Conformément à ses prérogatives, il renforcera les mesures de sauvegarde pour faire respecter la réglementation’.

Pour la mise en œuvre ce protocole d’accord dans des délais raisonnables, un comité de suivi composé des représentants des ministères chargés de la Santé, de la Fonction publique et des Organisations professionnelles, de l’Economie et des Finances et du Sames a été mis en place.

Source : Wal Fadjri - Sénégal

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes