mardi, 21 novembre 2017
 

Déclaration commune de la gauche sénégalaise

Ligue démocratique (LD), Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT), Rassemblement des Travailleurs africains-Sénégal/ Pencoo Rééw, Yoonu Askan Wi / Mouvement pour l’autonomie populaire (YAW), Observatoire Républicain pour la Démocratie et la Citoyenneté (ORDC), Union pour la Démocratie et le Fédéralisme/Mbooloo mi (UDF/Mbooloo mi)

Dans le monde actuel, les forces démocratiques et celles de la Gauche en particulier, tentent de se retrouver pour former un bloc capable de faire face et de promouvoir des politiques alternatives de progrès pour l’émancipation de leurs peuples.

C’est ainsi qu’au Sénégal après l’expérience du MAG lancée en 2005, de nombreuses initiatives, rencontres et tentatives d’unification et même d’unité organique effective ont été notées. En 2011, à la veille de la tenue du Forum social mondial à Dakar, a été constitué un groupe de gauche composé du PIT, de la LD, de YAW, du RTA-S/ Pencoo Rééw, de l’ORDC, du RND, de Fernent/MTPS et de l’UDF/Mbooloo mi. Ce groupe est parvenu, après plusieurs rencontres et échanges, à adopter le 14 mars 2014 des termes de références pour l’unité des forces de gauche.

L’adoption de ces termes de références, marque la volonté d’unification des forces de gauche et un consensus fort sur :

1) La mise en place d’une confédération des forces de gauche, 2) la confirmation de l’adhésion à la charte de gouvernance démocratique 3) La bataille pour l’application des conclusions des Assises nationales, 4) la confirmation de l’adhésion à la Charte de gouvernance démocratique 5) l’application des recommandations de la Commission nationale de réforme des institutions (CNRI) 6) l’adoption par référendum de l’avant-projet de Constitution proposé par la CNRI.

Il s’agit là d’une base programmatique consensuelle, historiquement forgée au cours de la lutte du peuple sénégalais pour édifier une République démocratique, laïque, sociale et citoyenne dans un Etat de droit incarnant la souveraineté du peuple.

C’est pourquoi, nous lançons un appel pressant à la Gauche sénégalaise, organisations comme individualités, à assumer ses responsabilités ici et maintenant, à faire preuve d’audace, de lucidité et de courage, pour mettre un coup d’arrêt à son émiettement, pour jouer un rôle de défenseur conséquent et de sentinelle vigilante des intérêts fondamentaux des masses, tout en œuvrant au triomphe de son projet alternatif de transformation sociale. C’est le lieu ici de souligner avec force que l’unification souhaitée, pour être féconde et porteuse, devra s’appuyer sur les idéaux, valeurs et principes de gauche afin de refonder et de re-crédibiliser la politique, l’action politique et les acteurs politiques eux-mêmes. Il importe plus que jamais de mettre au cœur de la politique l’éthique, la responsabilité, le respect dû au citoyen et la primauté absolue de l’intérêt général, de l’intérêt du peuple. Il convient en même temps d’impulser la démocratie participative et inclusive, en favorisant l’horizontalité afin de rompre d’avec le bureaucratisme étouffant et inefficace, de promouvoir, loin de tout mimétisme, l’enquête, la recherche, la production théorique, la créativité et l’innovation dans les discours comme dans les démarches, de partir de la maitrise de la spécificité de nos réalités au Sénégal, et en Afrique, de nous approprier l’identité et le génie culturel créateur de notre peuple, assurer la liaison avec les masses, la liaison entre la nouvelle conscience militante et l’action transformatrice sur le terrain à travers les luttes et les solidarités actives à l’échelle du monde contre toute forme de domination. Voilà autant d’exigences pour un nouveau militantisme, un nouvel humanisme pleinement assumé dans la solidarité et l’égalité la plus complète, en tant qu’alternative à la crise globale de civilisation charriée par le néolibéralisme mondialisé. C’est pourquoi conformément aux termes de références, nous proposons la convocation, au plus tard en janvier 2015, d’Assises de l’unité des forces de la Gauche comme base de solution concertée à la division et à l’émiettement. Ces Assises reposent sur une démarche participative et inclusive associant toutes les forces de gauche acquises à la nécessité de la transformation sociale et de la souveraineté du peuple.

Il s’agit de développer une dynamique nationale qui allie l’élaboration théorique à la pratique de mobilisation politique pour la défense des intérêts des masses populaires dans tous les domaines et dans tous les secteurs. La nécessité d’aller de l’avant dans l’édification d’une force de gauche nationalement implantée et représentative des forces laborieuses du pays est à prendre en charge parallèlement à l’unité d’action la plus large possible notamment avec toutes les forces acquises aux conclusions des Assises nationales.

Fait à Dakar, le novembre 2014 Ont signé :

- Mamadou NDOYE
- Magatte THIAM
- El Hadji Momar SAMBE
- Alassane GUISSE
- Charles GUEYE
- Pape Demba SY

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes