lundi, 11 décembre 2017
 

Sénégal : Conférence de presse de Yoonu Askan Wi / Mouvement pour l’Autonomie Populaire

DECLARATION LIMINAIRE AU POINT DE PRESSE DU DIRECTOIRE POLITIQUE NATIONAL (DPN) DU VENDREDI 1er OCTOBRE 2010

Mesdames, Messieurs les journalistes,

Camarades et amis,

Mesdames, Messieurs, chers invités,

Nous vous remercions d’avoir bien voulu répondre à notre invitation pour vous entretenir des positions et orientations dégagées par la dernière session du Directoire Politique National tenue à Guédiawaye le 26 septembre 2010.

Notre communication portera sur la gravité de la situation sociale dans le pays, la situation politique et nos tâches, la préparation et la tenue du 1er Congrès de Yoonu Askan Wi / Mouvement pour l’Autonomie Populaire ainsi que notre position et nos engagements au plan sous régional et international.

1. La situation Sociale

Elle est marquée par l’échec des politiques néfastes du régime néolibéral de l’alternance dévoyée qui a déçu les attentes des acteurs du 19 mars 2000, et plus largement des populations, plongées dans une situation catastrophique qui s’aggrave de jour en jour. • Les inondations pluriannuelles au-delà de la banlieue de Dakar (Pikine, Guédiawaye, Yeumbeul etc.) se manifestent dans plusieurs localités du pays (Kaolack, Saint Louis, Mbour, Tambacounda, Kolda, etc.) et n’épargnent pas non plus les zones de productions tels les casiers rizicoles du delta du fleuve Sénégal et la vallée de la banane du fleuve Gambie. • La persistance des coupures intempestives de l’électricité, qui a fini de prouver la démagogie et l’incapacité du pouvoir néolibéral à satisfaire les besoins énergétiques du peuple sénégalais. Ces coupures au-delà de l’impunité qui en découle (destruction de matériels et équipements électroménagers) entraînent une destruction du tissu économique du pays. • La hausse des prix de certaines denrées de première nécessité (sucre, lait, pain, etc.) ; les coupures d’eau et la pénurie du gaz butane qui aggrave la situation d’insécurité alimentaire des populations. • Le non respect des engagements de l’Etat vis-à-vis des secteurs aussi cruciaux que la santé et l’éducation, ce qui installe le pays dans une situation de sous production et de conflits sociaux interminables. • L’anniversaire du naufrage du bateau le JOOLA survenu le 26 septembre 2002, avec une perte de prés de 2000 personnes, vient nous rappeler, il y’a quelques jours, les responsabilités du pouvoir libéral et le non respect de ses engagements. • La situation de ni paix ni guerre en Casamance, malgré la volonté de plusieurs acteurs de contribuer à trouver une solution de paix définitive à travers un dialogue direct et sans conditions. Face à cette situation le DPN de Yoonu Askan Wi a adopté d’importantes résolutions telles :  La mise en place des Conseils d’Autonomie Populaire pour soutenir et renforcer la dynamique de nouvelle citoyenneté et de luttes des masses populaires ;  L’organisation d’une réflexion stratégique et prospective sur les inondations impliquant l’expertise locale et nationale et s’inspirant des expériences d’autres pays à travers le monde ;  La vulgarisation et l’appropriation des conclusions des assises nationales, leur approfondissement et leur traduction en axes programmatiques ;  La libération immédiate des jeunes de Vélingara injustement emprisonnés depuis 06 mois ;  La définition et la mise en œuvre de politiques sectorielles dignes de ce nom en matière d’éducation, de culture et de sport ;  La satisfaction des pertinentes revendications des familles des victimes du naufrage du bateau le JOOLA à savoir la prise en charge effective des pupilles de la nation et le renflouement de l’épave.  La relance du processus de paix en Casamance par l’engagement d’un dialogue sans condition entre l’Etat et le MFDC (qui doit régler la question de son unicité), dialogue impliquant tous les dépositaires d’enjeux au plan national et sous régional.

2. La situation politique et nos tâches.

Elle est caractérisée par : • La volonté de monarchisation du pouvoir néolibéral par le Président Abdoulaye Wade, qui après l’échec de son plan A lors des dernières élections locales, a taillé un hyper ministère à son fils biologique, mais peine à lui donner une carrure de présidentiable que même son fils spirituel et certains de ses proches collaborateurs contestent. • Les manœuvres anticipées de fraude électorale à travers la rupture du consensus sur le processus électoral, la nomination d’un président du conseil constitutionnel et d’un ministre de l’intérieur des plus contestés par des franges très importantes pour ne pas dire la majorité des acteurs politiques et sociaux de notre pays. Le pouvoir néolibéral par ces agissements risque d’installer le pays dans un cycle de violences dont les conséquences seront dramatiques pour notre pays. • Les scandales politico-financiers répétitifs que des patriotes et dignes fils du peuple de la trempe de Abdou Latif COULIBALY ont, à coup d’arguments irréfutables, publiquement dénoncés, ce qui vaut aujourd’hui à ce dernier un procès sur commande pour tenter de museler la voix des ans voix : peine perdue à coup sûr. • Les aspirations au véritable changement des masses populaires qui ont testé positivement le BENNOO lors des dernières élections locales et qui exigent des acteurs politiques et sociaux un engagement sincère dans une démarche unitaire lors des prochaines élections. • L’effervescence politique autour de la candidature ou des candidatures pour l’élection présidentielle de 2012 pour laquelle toute erreur des forces politiques ou sociales aspirant au véritable changement sera fatale au pays et au peuple.

C’est pourquoi le DPN de Yoonu Askan Wi lance un appel à Bennoo Siggil Sénégal, à ICR/ BENNOO, aux mouvements citoyens, aux organisations de la société civile, au mouvement social et populaire et à l’ensemble des forces véritablement patriotiques à renforcer les dynamiques unitaires pour écourter les souffrances du peuple sénégalais par :

 La mise sur pied d’un large Front de l’unité Populaire et Citoyenne ;  la définition d’une période de transition de deux ans avec un programme de normalisation du pays qui passe par la prise en charge conséquente des problèmes sociaux prioritaires, la mise en place d’une nouvelle constitution et de nouvelles institutions véritablement républicaines, esquissées par les travaux des assises nationales ;  l’accord sur l’Equipe de l’Unité Populaire et Citoyenne chargée de mettre en œuvre le programme de transition ;  le choix d’un(e) Candidat(e) de l’Unité Populaire et Citoyenne qu’il faudra rechercher non seulement dans les partis politiques mais aussi dans les mouvements sociaux et les Organisation de la Société Civile.  L’adoption dans cette perspective d’un pacte d’engagement éthique et de confiance citoyenne ainsi que des profils pour l’Equipe et le (la) Candidat (e) de l’Unité Populaire et Citoyenne ;  enfin la mise sur pied de la convergence des actions pour la régularité et la transparence des élections CLARTE NA LEER ainsi que des Comités de Résistance Populaire et Citoyenne pour l’autodéfense du peuple et la riposte face à la violence d’un pouvoir décidé à maintenir ses privilèges coûte que coûte.

3. La préparation et la tenue du 1er Congrès de YAW, Congrès Décentralisé, Participatif, Inclusif et Novateur (CODPIN)

En novembre 2009, nous lancions le processus du 1er congrès de Yoonu Askan Wi caractérisé de Congrès Décentralisé, Participatif, Inclusif et Novateur (CODPIN) avec l’organisation de plusieurs séquences à travers des forums publics tenus à Dakar en Novembre, à Louga en décembre 2009, à Kaolack en janvier 2010, à Tambacounda en février 2010 et Ziguinchor en avril 2010. Les résultats de ces forums ont confirmé la pertinence du concept de CODPIN à travers une participation de qualité tant des membres et sympathisants(tes) à travers le pays et une inclusion effective de nos partenaires des partis de gauche et des organisations de la société civile. Notre DPN tenu le 26 septembre à Guédiawaye a décidé de convoquer la séquence finale du Congrès les 4 et 5 décembre 2010 à Guédiawaye le centre de la banlieue de Dakar, l’épicentre de tous les problèmes sociaux les plus graves sous le régime de l’alternance dévoyée.

Cette séquence finale du congrès qui sera placée sous le thème de l’autonomie populaire et de l’unité de la gauche, jettera les bases de nouvelles formes d’organisation des masses que sont les Conseils d’Autonomie Populaire et les fondements Politiques, Idéologique et Organisationnels du Grand Parti de Gauche, et ouvrira une nouvelle période : la phase terminale du régime de l’alternance et le lancement du processus de la Grande Révolution Républicaine, Citoyenne, Sociale, Démocratique et Populaire. Le forum du camp pour l’émancipation du peuple sénégalais qui sera organisé dans le cadre du congrès posera des actes importants, en particulier l’adoption d’une Résolution sur l’unité de la Gauche ainsi que des propositions de stratégies pour faire face aux graves problèmes économiques, politiques, sociaux et culturels auxquels est confronté le peuple sénégalais.

4. Notre position et nos engagements au plan sous régional et international

Nous ne saurions terminer notre propos, en tant que panafricanistes et internationalistes, sans exprimer notre soutien résolu aux peuples et organisations démocratiques et populaires de la Côte d’ivoire et de la Guinée engagés dans un processus électoral, pour lequel nous exploiterons toutes les opportunités pour apporter notre modeste contribution afin qu’enfin s’installent la stabilité, la paix et le développement dans ces pays et dans la sous région en général.

Nous manifestons par ailleurs notre soutien à tous les peuples en luttes à travers le monde et notre solidarité avec le journaliste noir américain, Mumia Abu-Jamal, figure emblématique du combat pour l’abolition de la peine capitale, condamné à mort en 1982 pour un crime qu’il n’a pas commis, verdict prononcé à l’issue d’un procès dont l’iniquité est internationalement reconnue.

Merci de votre attention.

Le Secrétariat

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes