lundi, 23 octobre 2017
 

Sénégal : IL FAUT ORGANISER UNE RIPOSTE POLITIQUE DE MASSE DURABLE SUR LE TERRAIN POUR FAIRE RECULER WADE DANS SES PLANS SORDIDES.

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 2 JUIN 2011 du RTA-S

Le RTA-S s’est réuni en sa séance ordinaire, le 02 juin 2011, à son siège pour examiner entre autres questions la situation politique nationale et celle internationale.

I- SITUATION NATIONALE

Concernant la mort de Malick BA Le Secrétariat politique condamne avec la dernière énergie cet assassinat du jeune Malick BA perpétré par la gendarmerie sous les ordres du gouvernement de Souleymane NDéné NDIAYE, Premier ministre. Il estime que cet acte lâche et barbare est de la responsabilité première et entière de Abdoulaye WADE, Président de la République dont l’option résolue de violer la démocratie en remettant en question le vote des populations est avérée.

A.WADE entend, au prix de la violence et du meurtre, dérouler son plan machiavélique pour se maintenir au pouvoir contre la volonté populaire. Car ce coup de force au niveau des collectivités locales, partout où l’opposition a pris le pouvoir, est le prélude du hold up électoral qu’il prépare pour la Présidentielle de 2012.

Le Secrétariat exige le retrait pur et simple des décrets de redécoupage administratif des collectivités locales et libération des jeunes détenus de Sangalkam, l’ouverture d’une enquête pour l’identification et la punition du responsable direct de la mort du jeune Malick BA qui ne doit pas rester impunie comme le furent celles qui l‘ont précédée.

Le Secrétariat Politique appelle les populations, Bennoo et plus particulièrement les jeunes à plus de vigilance pour articuler tous les combats pour un processus électoral transparent dans une même dynamique pour défaire WADE et son régime car tous les actes qu’ils posent obéissent au même objectif : manœuvrer pour se faire réélire en 2012 et se faire succéder par son fils.

Le RTA-S disait il y a quelques années qu’il faut « arrêter Wade avant qu’il ne mette le feu au pays ». Ceci est plus qu’actuel aujourd’hui !

IL FAUT ORGANISER UNE RIPOSTE POLITIQUE DE MASSE DURABLE SUR LE TERRAIN POUR FAIRE RECULER WADE DANS SES PLANS SORDIDES.

Concernant le stade Assane Diouf,

Le Secrétariat déplore la situation de pourrissement dans laquelle se trouve cette affaire dont les conséquences négatives se font ressentir à tous les niveaux : absence de terrain d’entrainement pour les équipes de Rebeusse et de la Médina, résultats désastreux de ces équipes dans le championnat des Nawetaan, etc.

Depuis plus d’un an les chinois sont partis et l’on ne sait plus ce qu’il va advenir de ce stade dont le terrain de 24 000 m² suscite tant de convoitises et d’appétits chez les spéculateurs de la République, quand on sait que le m² est évalué à 250 000F.

Le Secrétariat réaffirme son opposition ferme au bradage du terrain du stade Assane Diouf et exige du Président de la république le respect de sa promesse de laisser le stade aux populations de la localité. Il appelle les populations de Reubeusse et de la médina, riveraines du Stade à se mobiliser, à s’unir autour du Collectif de sauvegarde et de réhabilitation du stade Assane Diouf afin de sauver ce patrimoine de la boulimie foncière des autorités qui nous gouvernent.

Le Secrétariat exprime son soutien militant au collectif Sanchez pour la sauvegarde et la Réhabilitation du Stade Assane DIOUF, lance un appel à toutes les populations de Dakar pour la fédération des luttes pour la sauvegarde du patrimoine foncier et immobilier de la région de Dakar.

Concernant la situation des Anciens militaires et leurs familles Le Secrétariat informé de ce que le Groupement des anciens militaires et familles (GNAMS/FAM) en association avec le Syndicat national des convoyeurs de fonds et agents de sécurité sont indignés du sort réservé aux anciens militaires évoluant dans le secteur du gardiennage. En effet, ceux-ci sont victimes d’une exploitation sans vergogne de la part des patrons qui bafouent quotidiennement les droits de leur personnel.

Cette situation d’esclavage indigne est vécue de manière particulièrement féroce par les agents de la SAGAM qui croulent sous la férule du PDG. Le Secrétariat exprime son soutien militant aux anciens militaires et fustigent avec la dernière énergie les agissements du PDG de SAGAM.

Il s’y ajoute que les militaires invalides qui réclament la revalorisation de leurs pensions et le paiement des années d’arriérés et qui voulaient marcher ce mercredi 1er juin 2011 ont vu leur manifestation interdite.

Car, en vérité, WADE n’est pas en capacité de régler les problèmes des anciens militaires. C’est pourquoi, Bocar Bocoum, ancien militaire, s’était immolé par le feu devant les grilles du palais de République, en février dernier.

IL FAUT TOURNER LE DOS DEFINITIVEMENT A L’ILLUSION SELON LAQUELLE WADE PEUT ENTENDRE LA DOULEUR DU PEUPLE. IL EST SOURD ET AVEUGLE COMPLETEMENT ENFERME DANS SA LUBIE DE CAPTURE ET DE DEVOLUTION MONARCHIQUE DU POUVOIR.

Dans le domaine de la justice

Le Secrétariat salue la détermination des greffiers et des magistrats dans leur lutte pour un meilleur statut, une indépendance de la justice vis-à-vis de l’exécutif et fustige l’attitude méprisante et répressive de Cheikh Tidiane Sy ministre « dem-dikk » de la justice qui pense avoir une justice aux ordres. Au lieu d’appeler les grévistes à discuter afin de trouver une solution à leurs revendications, il les menace de demandes d’explication.

Voilà encore ce qui justifie plus l’option du RTA-S, de Bennoo et des Assises nationales pour un pouvoir judiciaire indépendant de l’exécutif avec un Conseil Supérieur de la Magistrature qui n’est plus dirigée par l’exécutif.

Dans le domaine de la Santé

La convergence SUTSAS/SAS a déclenché un mouvement de protestation largement suivi sur l’ensemble du territoire contre le dilatoire du gouvernement dont les engagements datent de 2009 et attend les réactions de celui-ci avant d’aller à une vitesse supérieure.

Le Secrétariat estime scandaleuse la situation dans laquelle se trouve ce secteur largement handicapé par la dette de près de 10 milliards que l’Etat n’arrive pas à payer aux fournisseurs, l’arrêt de fait du plan Sésame, le non recrutement d’agents de la santé.

En effet, pendant que certaines structures de santé souffrent d’une grave pénurie de personnel et que d’autres ferment leurs portes, on dénombre l’existence de 2500 infirmiers, 1500 sages-femmes et 400 médecins au chômage.

Dans le domaine de l’éducation

La lutte entamée depuis la dernière par la Coordination Unie des Enseignants (CUSE) est révélateur de la crise de confiance décisive entre le gouvernement du Sénégal et le monde enseignant. En effet, située à la fin de l’année académique, cette lutte dont les raisons se situent au niveau de la non application d’engagements et d’accords déjà signés par le gouvernement, administre la preuve de l’irresponsabilité de ceux qui nous gouvernent. Le Secrétariat exprime son soutien militant aux enseignants organisés dans le CUSE et les encourage dans leur lutte légitime pour la satisfaction de leurs revendications.

II- SITUATION INTERNATIONALE

Concernant les bombardements en Libye, le Secrétariat dénonce ces crimes contre l’humanité perpétrés par les forces de l’Otan contre le peuple de Libyen, sous prétexte de sa protection et appelle les démocrates du pays à se dresser contre cette politique de recolonisation qui ne dit pas son nom. Le Secrétariat condamne la complicité active du Président WADE qui vient de rallier ouvertement la politique de l’Otan en reconnaissant la rébellion et lui ouvrant une représentation dans le pays.

RÉEW DAÑ KOY PÉNCOO, KEN DU KO PÀCCOO !

Dakar, le 2 juin 2011

Le Secrétariat Politique

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes