vendredi, 20 octobre 2017
 

Sénégal : LE COORDINATEUR DU M23 DE TAMBACOUNDA AGRESSE PAR DES BANDITS QUI SE RECLAMENT DU POUVOIR DE WADE !

Dans la nuit de ce vendredi 17 février vers 21h devant le siège de Bennoo Siggil sénégal Guy Marius Sagna, coordinateur du M23 de Tambacounda, a été agressé par une dizaine de sbires armés de coupe-coupe et de pistolets. Ayant subi une bastonnade en règle avec le plat des coupe – coupe qui lui ont causé des hématomes et autres blessures, Guy Marius Sagna a été à nouveau harcelé vers le garage Mourides avant d’être sauvé par un policier armé qui est arrivé sur place après avoir été informé par un militant de Bennoo Siggil. Ces gangsters terroristes sont aussi de vulgaires voleurs qui ont subtilisé dans la sacoche de Guy Marius Sagna son ordinateur portable professionnel et la somme de 225.000 francs cfa avant de placer sa moto endommagée devant le commissariat de police et de balancer la sacoche à l’intérieur.

Ont été reconnu formellement par l’agressé parmi les agresseurs le nommé Mamadou Ba, lequel avait déjà cherché des informations sur le lieu d’habitation de Guy Marius Sagna et le nommé Bobo Diallo qui armé d’un coupe-coupe avait tenté de stopper la manifestation de mercredi 15 février avant de fuir lâchement devant la foule et d’être arrêté par celle-ci qui l’a remis à la police.

Guy Marius Sagna a été soigné à l’hôpital où les médecins lui ont établi un certificat d’incapacité de travail de 15 jours. Guy Marius Sagna porte plainte contre ces nervis assassins qui lui ont tenu les propos scandaleux suivants : « qu’est ce tu as contre Khoureichi Thiam ? » ; « c’est toi qui nous empêche de tourner en rond » ; « il faut le tuer ».

Parallèlement la répression de la dictature Wadiste s’est abattue à la place de l’indépendance de Dakar sur les manifestants causant plusieurs blessés dont un candidat à la présidentielle et plusieurs arrestations dont des leaders de partis politiques.

Il est clair que le coup d’état anticonstitutionnel de la troisième candidature est prolongé par la répression doublée des sévices de nervis armés pour juguler par la terreur la contestation du peuple mobilisé pour le respect de la souveraineté populaire et des lois du pays, notamment la loi fondamentale.

Il est important que dans la période actuelle tout en poursuivant les actions de masse que soient prises des mesures alliant à la fois les plaintes contre la voyoucratie criminelle qui exerce la terreur et l’organisation de la sécurisation des manifestations et des responsables du M23, des partis politiques, des associations de la société civile, des syndicats, etc. Exigeons aux tribunaux que les agresseurs soient mis hors d’état de nuire.

La terreur est le signe que le régime libéral monarchisant, brutal et violent est aux abois, il va tomber parce qu’illégitime et illégal.

Halte au terrorisme d’état, le peuple vaincra.

Fait le 18/02/12

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes