mercredi, 22 novembre 2017
 

Sénégal : Soutien international aux syndicalistes et aux cheminots de Transrail/sa

Union syndicale Solidaires - Fédération des syndicats SUD-Rail (France)

Syndicat national des travailleurs du petit train de banlieue de Dakar SYNATPTB (Sénégal)

Fédération des travailleurs de Transrail – FETRAIL (Sénégal)

Syndicat autonome des travailleurs de Transrail – SATRAIL (Sénégal)

Organisation Démocratique des Travailleurs – Rail ODR (Maroc)

Syndicat Libre des Cheminots du Burkina Faso SLCB (Burkina Faso)

National Union of Rail Maritme and Transport Workers RMT (Grande Bretagne)

Confederacion General del Trabajo - Sindicato Federal Ferroviario SFF/CGT (Espagne)

Organizzazione Sindicati Autonomi e di base - Settore ferrovie ORSA (Italie)

Sindicato Dei Lavoratori intercategoriale - Comparto Trasporti SdL (Italie)

Sindicato Nacional dos Trabalhadores do Sector Ferroviário SNTSF (Portugal)

Transparenz für die Basis – S Bahn Berlin TfB (Allemagne)

Sindicatu di i Travaglia Corsi - Cheminots STC (Corse)

Union Internationale des Transports de la Fédération Syndicale Mondiale – UIS Transport

Erik PEFFER Directeur Général Transrail/sa

Copies à :

Maitre Abdoulaue WADE Président de la République du Sénégal

Monsieur Souleymane Ndéné NDIAYE Premier Ministre du Sénégal

Monsieur Abdourahim AGNE Ministre des Télécommunications, TICs, Transports Terrestres et des Transports Ferroviaires

Monsieur Diakaria DIAW Ministre de la Fonction Publique, du Travail, de l’Emploi et des Organisations Professionnelles

Monsieur Karim WADE Ministre de la Coopération Internationale, de l’Aménagement du Territoire, … et des Infrastructures

Conseil d’Administration du Bureau International du Travail – Organisation Internationale du Travail

Le 27 avril 2010,

Messieurs,

Depuis la mise en concession, le 1er octobre 2003, les cheminots vivent un calvaire, confrontés aux caprices de trois repreneurs successifs, insoucieux du sort de l’entreprise, des cheminots, du chemin de fer sénégalais. Voila bientôt plus de 8 mois que des responsables syndicaux de FETRAIL et SATRAIL et beaucoup d’autres travailleurs de Transrail font face à un traitement intolérable de la part de la direction de cette entreprise. Ainsi, le 24 Septembre 2009 une délégation de la Convergence Syndicale (FETRAIL, SUTRAIL) voulant rencontrer le Directeur Général Adjoint, en l’absence du Directeur Général, s’est heurtée à un refus catégorique de ce dernier. Suite à une médiation du Gouverneur de Thiès, la Convergence Syndicale et la Direction Générale se rencontrent le 30 Septembre en présence de l’inspecteur du travail et un procès-verbal a été signé pour régler les revendications. Deux semaines après la signature du procès verbal, le Directeur Général Adjoint convoque une réunion à Bamako avec le Syndicat SUTRAIL en écartant les syndicats SATRAIL et FETRAIL. L’inspecteur du travail convoque les deux parties (Direction Générale et Convergence Syndicale) pour une conciliation pour l’application du procèsverbal du 30 Septembre 2009. Le Directeur Général est absent, l’Inspecteur établit un procès verbal de non conciliation. Abdoul Aziz Diop, secrétaire administratif FETRAIL est suspendu le 25 Septembre. Par la suite la Convergence Syndicale a tenu des Assemblées et des sit-in de 3 jours pour dénoncer ces agissements. Le 25 novembre, un huissier s’est présenté pour notifier les suspensions des Secrétaires Généraux et Secrétaires Administratifs de FETRAIL et SATRAIL, dirigeants de la Convergence Syndicale. Ce même jour, Madiodio Diagne Secrétaire Général de SATRAIL, Mame Demba Diakhate Secrétaire Chargé de l’Administration de SATRAIL, et Cheikh Diene Secrétaire Général de FETRAIL ont fait l’objet de suspensions pour des délits fallacieux (suspension qui dura 4 mois). Le 4 décembre, Lamine Fall et Moussa Touré ont écopé des mêmes mesures arbitraires de suspension. Ces mesures fondées sur l’arbitraire ont interdit l’accès à l’entreprise à tous ces responsables syndicaux. En février 2010, c’est le licenciement d’Ousmane Sene Secrétaire Adjoint de SATRAIL et Alioune Badara Sakho Chef de Service… Malgré la lettre de rappel à l’ordre de l’Inspecteur du travail de Thiès, la Direction Générale de Transrail/sa est restée sans réaction. La situation qui règne à Transrail est la suivante :

 La liberté syndicale est étouffée.

 La discrimination syndicale est pratiquée au quotidien.

 Abus avec la suspension qui n’est pas prévue dans les gammes de sanction disciplinaire.

 Paiement de demi-salaire aux travailleurs suspendus causant des difficultés à leurs familles.

La direction refuse de dialoguer et de négocier avec les représentants légitimes des travailleurs sur les points suivants :

 Arrêt sans condition du plan de licenciement de 376 employés entre le Sénégal et le Mali.

 Application de l’âge de la retraite à 60 ans.

 Remboursement de coupures de salaires injustifiées.

 Paiement des 5% d’augmentation de salaire au niveau du Sénégal comme déjà fait au niveau du Mali.

 Annulation des mesures de suspension et de licenciement.

Ce qui précède constitue une série de violation des conventions 87 sur les libertés syndicales et 98 sur la négociation collective de l’Organisation Internationale du Travail ratifiées par le Sénégal. En mars 2010, grâce aux différentes luttes, les suspensions ont été levées pour les Secrétaires Généraux de SATRAIL, FETRAIL et le Secrétaire administratif de SATRAIL. Les fédérations syndicales, syndicats nationaux, collectifs, de cheminot-e-s de divers pays d’Europe signataires de cette lettre soutiennent les cheminots du Sénégal (Travailleurs de Transrail/sa, du Petit Train de Banlieue/sa et retraités) qui ont lancé un appel à soutien sur le plan international pour la réintégration des camarades licenciés et une mise en garde de Transrail/sa pour que pareille chose ne se reproduise plus.

 Nos organisations demandent à la direction de Transrail/sa de mettre immédiatement un terme à cette répression antisyndicale.

 Nos organisations demandent au gouvernement du Sénégal de prendre les mesures nécessaires pour que le droit syndical, les libertés syndicales, soient rétablis au sein de Transrail/sa.

Faute de réponse rapide à ces demandes, nos organisations mèneront une campagne internationale de solidarité syndicale avec nos camarades de Transrail/sa. Elles soulignent aussi leur solidarité avec les camarades du Syndicat Libre des Cheminots du Burkina dont les responsables sont suspendus de leur salaire depuis … 2002, ceux de l’Organisation Démocratique du Rail victimes de la répression exercée par la direction de l’Office National des Chemins de Fer du Maroc (mutations, rétrogradations, licenciement du secrétaire général), ceux du Mali qui ne sont toujours pas rétablis dans leurs droits …

Dans l’attente d’une réponse de votre part, nous vous adressons nos salutations syndicalistes, solidaires et internationalistes.

Pour les organisations

Union syndicale Solidaires - Fédération des syndicats SUD-Rail (France) Christian Mahieux

Syndicat national des travailleurs du petit train de banlieue de Dakar SYNATPTB (Sénégal) Momar Sall

Fédération des travailleurs de Transrail – FETRAIL (Sénégal) Cheikh Diene

Syndicat autonome des travailleurs de Transrail – SATRAIL (Sénégal) Madiodio Diagne

Organisation Démocratique des Travailleurs – Rail ODR (Maroc) Saïd Nafi

Syndicat Libre des Cheminots du Burkina Faso SLCB (Burkina Faso) Ibrahima Boli

National Union of Rail Maritme and Transport Workers RMT (Grande Bretagne) Alex Gordon

Confederacion General del Trabajo - Sindicato Federal Ferroviario SFF/CGT (Espagne) Jose Manuel Munoz Poliz

Organizzazione Sindicati Autonomi e di base - Settore ferrovie ORSA (Italie) Fabio Riberti

Sindicato Dei Lavoratori intercategoriale - Comparto Trasporti SdL (Italie) Raniero Casini

Sindicato Nacional dos Trabalhadores do Sector Ferroviário SNTSF (Portugal) José Manuel Oliveira

Transparenz für die Basis – S Bahn Berlin TfB (Allemagne) Carsten Llausky

Sindicatu di i Travaglia Corsi - Cheminots STC (Corse) Dum Biaggi

Union Internationale des Transports de la Fédération Syndicale Mondiale – UIS Transport Wagner Fajardo

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes