mardi, 17 octobre 2017
 

Sénégal : SUR LES COUPURES D’ELECTRICITE

’Les limogeages ne peuvent pas régler le problème’’

Est-ce pour régler le problème des coupures de courant que Pape Dieng et Maïmouna Ndoye Seck ont été limogés ? Si oui, la mesure n’est pas la bonne solution pour les Y en a marristes. Ils l’ont dit hier au cours d’une conférence de presse tenue à Dakar.

‘’Il ne suffit pas de changer les personnes pour régler les problèmes. Combien de Dg a-t-on changé ? Le problème est toujours là’’. Ainsi, pense le rappeur et membre du mouvement Y en a marre Simon Kouka, appréciant les départs du ministre de l’Energie Maïmouna Ndoye Seck et du directeur général de la Senelec Pape Dieng. Ce, après le réaménagement gouvernemental opéré par le président de la République avant-hier. Des changements qui ne trouvent pas l’agrément des Y en a marristes qui l’ont fait savoir hier au cours d’une conférence de presse tenue dans un hôtel de Dakar. Comme Simon, Fadel Barro aussi pense que ‘’les limogeages ne peuvent pas régler les problèmes’’. ‘’Si ce départ de Pape Dieng traduit une volonté du gouvernement sénégalais de prendre en charge les préoccupations des populations, je pense que le Dg de la Sones aussi doit être limogé. Les Sénégalais vivent les problèmes de coupures d’eau’’, affirme-t-il.

Le remodelage gouvernemental intervenu hier n’est donc aux yeux des y en a marristes ‘’qu’un jeu de chaises musicales. ‘’Il y a quelqu’un qui est parti, un autre vient et au finish il n’y a que le Dg de la Senelec qui est parti. Il n’y a pas eu de grands changements. Nous ne comprenons pas que quelqu’un qui a été limogé au niveau du ministère de l’Energie se retrouve dans un ministère aussi stratégique que celui du tourisme et des transports aériens’’, analyse Fadel Barro. Ainsi, si le gouvernement voulait donner l’air de sanctionner, il n’y est pas arrivé. ‘’Je ne comprends pas si c’est pour la sanctionner ou la récompenser parce que sa gestion de l’énergie est une réussite’’, se demande alors le coordonnateur du mouvement Y en a marre.

Ne maîtrisant pas les raisons qui ont poussé Macky Sall et son gouvernement à agir de la sorte, lui et ses camarades préfèrent ‘’juste prendre acte’’. Cependant, une chose est sûre, si ces changements visaient à calmer les ardeurs des uns et des autres, le pari semble être perdu. Car Y en a marre compte s’organiser et organiser les Sénégalais pour amener le gouvernement à faire des questions de l’eau et de l’énergie des priorités. ‘’Un plan d’action et de mobilisation des Sénégalais en vue d’alerter et de sommer cet Etat à faire des problèmes de coupures d’eau et d’électricité des préoccupations majeures est en train d’être déroulé’’, selon Fadel Barro. Cela passera par des campagnes de proximité comme le ‘’dox mbokk’’, ‘’dallu rewmi ‘’ ou encore ‘’dallu Ndakaaru’’ pour aller trouver les Sénégalais et les sensibiliser sur la nécessité de s’organiser. Et après le ramadan, sont prévus de grands rassemblements pacifiques à travers tous le pays. Ce ‘’pour que le gouvernement du Sénégal sache que les Sénégalais en ont marre des coupures d’électricité’’, annonce Fadel Barro. Pour qui il est impossible de prétendre à l’émergence quand on n’a pas d’eau et d’électricité. Il considère d’ailleurs que ‘’la gestion de l’eau et de l’électricité est peut être caractéristique de celle du pays par Macky Sall. Ce sont de grandes annonces mais on ne voit absolument rien’’.

BIGUE BOB

Source : http://www.enqueteplus.com

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes