lundi, 23 octobre 2017
 

Sénégal : Unifier la gauche pour avancer !

Après le coup de massue du 25 mars, Abdoulaye Wade et le PDS ont reçu l’estocade le 1er Juillet : malgré la débauche d’argent, le PDS n’a que 12 députés sur les 150 que compte l’Assemblée Nationale, contre 119 députés pour Benno Bokk Yakar

Au prix de vies humaines que nous déplorons, le régime de Wade a été jeté à la poubelle, après 12 ans d’un règne marqué par des tragédies et scandales : le plus grand naufrage maritime du siècle, celui du bateau le Joola, a eu lieu au Sénégal sous A. Wade et relève de sa responsabilité directe ; c’est au Sénégal et sous le même règne de A. Wade que l’Assemblée Nationale a voté une loi inique, la loi Ezzan, amnistiant les crimes de sang. Le peuple déterminé est allé à l’assaut de la citadelle d’un autocrate sénile, avec sa cour et ses courtisans qui se sont mis des milliards des deniers publics en poche.

Aujourd’hui, et c’est là un pas de géant, c’est tout un peuple, avec ses sentinelles citoyennes (M23, Y’en a marre !), qui est désormais confiant dans ses capacités à dégager les despotes.

Ferment/MTPS a contribué, ici et à l’étranger, à cette avancée démocratique. Nous avons largement expliqué les raisons de notre engagement pour dégager Wade dans nos écrits précédents.

Mais nous ne nous y trompons pas : le régime de Macky Sall n’est pas celui qui correspond à notre idéal patriotique, antilibéral, anti-impérialiste et panafricain. Sous la poussée de la victoire populaire, certaines mesures comme la diminution du prix de certaines denrées de consommation courante sont prises ; des audits sont engagés pour récupérer les milliards de deniers publics détournés par les dignitaires du régime de Wade. Mais en même temps, les nominations et créations d’agences « partage du gâteau » se multiplient. Les transhumants qui ont détourné des milliards se bousculent au portillon. Les libéraux s’activent pour recomposer leur famille politique, et Macky en personne est impliqué dans ses manœuvres. Les socio-libéraux, PS, AFP et démembrements mettent en œuvre des stratégies de compagnonnage-fusion avec l’APR pour museler, pendant qu’il est encore temps, le peuple qui ne va pas tarder à se dresser contre les effets désastreux des politiques dictées par les impérialistes. On commence à annoncer qu’ « il n’y plus d’argent dans les caisses » ; eh bien ! la réponse populaire est simple : il faut impitoyablement faire rendre gorge aux voleurs, il faut que les audits aillent jusqu’au bout. L’annonce d’une hausse prochaine des prix de l’électricité jusqu’à plus de 40%, l’insuffisance et la mauvaise qualité des semences, le dilatoire face aux revendications de certains secteurs comme l’enseignement, la suppression des aides aux étudiants non boursiers, etc., sont autant de signaux des mesures impopulaires qui en sont les premières manifestations.

Il faut ajouter à tout cela que Macky refuse d’appliquer les conclusions des Assises sur le Sénat et le régime parlementaire sans que l’AFP ni le PS ne dénoncent cela.

Les seules forces capables de travailler à l’avènement d’un régime au service des populations sont terriblement dispersées. Il s’agit de notre famille politique, la Gauche antilibérale, anti-impérialiste et panafricaine. Les pays émergeants d’Amérique du sud, ceux de l’alliance Bolivarienne et d’Asie, qui défient les impérialistes, peuvent le faire parce qu’ils sont dirigés par des forces de gauche solidement ancrés dans les masses et au service de leurs aspirations.

Alors que faire ? Il faut liquider la dispersion des forces de gauche. Il faut retrouver les traditions du PAI originel. Il faut reprendre le chemin des Cabral, Osendé Afana, T. Sankara, Lumumba, Nkrumah, Tiémokho G. Kouyaté, Lamine Arfang Senghor et tant d’autres.

Cela est possible et devient une nécessité urgente !

Ferñent / M.T.P-S

Ferñent / Mouvement des Travailleurs Panafricains – Sénégal

« Union libre des peuples libres d’Afrique. Solidarité internationaliste des travailleurs »

Email : fernentmtps@yahoo.fr

SECRETARIAT POLITIQUE ELARGI DU 22 JUILLET 2012

RESOLUTION SUR L’UNITE DE LA GAUCHE !

Réunis le 22 juillet 2012, le Secrétariat Politique (SP) et les délégués des Comités Locaux (CL, après un débat approfondi, ont adopté la résolution suivante :

Considérant les trois phases de l’histoire de la Gauche Sénégalaise caractérisée par :

- La naissance et le développement du PAI à partir de son Manifeste adopté le 15 septembre 1957, comme seule force politique à avoir posé clairement et sans aucune ambiguïté l’exigence de l’indépendance nationale et la perspective de l’édification du socialisme ;

- La répression abattue sur le PAI par le pouvoir semi-colonial à partir des élections municipales de 1960 jusque dans les années 70 ;

- Les scissions du PAI et l’émiettement qui s’en est suivi avec le PAI, le PIT, la LD/MPT, And Jëff, Rta-S, Ferñent, etc.

Considérant :

- Le processus de démarcation en cours au sein de chaque parti et mouvement des partis historiques de la Gauche consécutive aux participations aux gouvernements avant et surtout après l’alternance de 2000 ; ;

- L’apparition d’une convergence sur une ligne antilibérale, anti-impérialiste, populaire et panafricaine dans ce processus de démarcation et la nécessité de rompre la soumission et l’inféodation aux familles politiques libérales et socio-libérales qui alternent dans le cadre du bipartisme au pouvoir pour appliquer les diktats du FMI et de la Banque mondiale.

La réunion du Secrétariat Politique élargi aux délégués des Comités Locaux convoque le Conseil National décembre 2012 à Richard-Toll et recommande à cette instance de décider :

1) d’engager le parti encore plus activement que par le passé, dans le travail d’’unification des forces de notre famille politique, la gauche, par la fusion dans un Mouvement unique pour mettre fin à la division actuelle.

Ce cadre unique commun doit être doté :

a) d’un programme antilibéral, anti-impérialiste et panafricain ;

b) de statuts fixant les règles d’organisation et de fonctionnement sur la base du centralisme démocratique ;

c) d’un organigramme avec des instances nationales, départementales et locales communes et uniques.

Cette organisation commune et unique rassemblera toutes les forces et individualités de notre famille politique décidées à y adhérer, commencera tout de suite son déploiement en tant qu’organisation politique représentants les ouvriers, les paysans, les travailleurs de l’informel, les femmes laborieuses, les intellectuels patriotes et la jeunesse populaire. Ce cadre commun et unique restera ouvert aux forces et individualités de la Gauche historique qui n’auront pas encore décidé de faire l’unité.

Conscient que notre famille politique, la Gauche, doit cesser de faire ‘roi’ les familles politiques libérales et socio-libérales pour que triomphe une véritable alternative antilibérale, anti-impérialiste et panafricaine seule à même d’en finir avec la domination et l’oppression séculaire du Sénégal et de l’Afrique, nous appelons toutes ses composantes éparpillées à cesser d’hésiter pour une refondation d’une Gauche de rupture pour une véritable alternative populaire ;

2) d’aller immédiatement dans le sens de l’unification avec Yoonu Askan Wi, qui en a exprimé la claire volonté lors de toutes ses instances, sur les mêmes bases que ci-dessus, pour donner un signal fort sur l’impérieuse nécessité de l’unification de notre famille politique.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes