mercredi, 20 septembre 2017
 

Trop peu de médecins spécialistes au Sénégal : Non au crime organisé !

O Toi qui lis ce papier, d’ici la fin de ta journée, une femme aura perdu la vie. Tous les jours depuis le début de l’année une femme meurt. Tous les jours d’ici la fin de l’année une femme perdra la vie. Pourquoi ? Quand vous irez dans certains hôpitaux régionaux vous ne trouverez pas de médecins cardiologue, psychiatre, neurologue, pédiatre, orthopédiste, cancérologue…Pourquoi ?

Dans certains hôpitaux de Dakar, pour une opération ORL il est fixé un rendez-vous dans trois (03) ans. Pourquoi ? La surcharge de travail est colossale par exemple dans les régions éloignées pour certains médecins. Pourquoi ? A partir de 18 heures, les populations peuvent constater que les médecins spécialistes auxquels elles ont à faire dans les hôpitaux de Dakar, sont des étrangers. Pourquoi ?

Certains médecins spécialistes constituent une très lourde charge financière pour les hôpitaux des zones éloignées, pourquoi ? Parce que les pouvoirs PS, puis PDS et maintenant APR ont négligé la spécialisation des médecins. Résultat, il n’y a pas suffisamment de médecins spécialistes au Sénégal. Pour être médecins spécialistes au Sénégal il faut débourser beaucoup d’argent. Au moins 500.000F CFA par an (pendant 4 ans au moins) pour l’inscription pédagogique et cela compte non tenu des charges liées à la formation (logement, transport, restauration…). Depuis 2014, la bourse est passée de 100.000F CFA à 150.000F CFA. Seuls 18 sénégalais en sont bénéficiaires sur 85 demandeurs. Et les bourses sont payées tardivement.

C’est pourquoi Yoonu Askan Wi (YAW) milite pour une autre politique de l’Etat du Sénégal pour doter notre pays de suffisamment de médecins spécialistes. Pour que cesse ce scandale de femmes, d’enfant…qui meurent par manque de médecins spécialistes. Ou par l’absence d’autorité de l’état qui ne peut affecter les médecins spécialistes là où le peuple a besoin d’eux. C’est pourquoi, nous continuons à dénoncer les détournements de deniers publics et l’accaparement d’avantages indus par la classe politique au pouvoir. Comment peut-on être incapable de donner 85 bourses et attribuer 500.000F CFA aux femmes des diplomates sénégalais, attribuer des « sukkeru koor » et des aides Tabaski aux députés, instituer des caisses noires à la présidence de la République, à l’assemblée nationale… ? Avec par exemple les 200.000F CFA donnés l’an passé à chaque député pour la Tabaski on aurait pu donner 16 bourses de spécialisation en médecine de 150.000F CFA par mois. Avec les 100.000F CFA de « sukeru koor » donnés aux députés on aurait pu accorder 8 bourses de spécialisation en médecine de 500.000F CFA. Soit 24 bourses au total. Le conseil politique de base (CPB) de Grand Dakar de Yoonu Askan Wi dénonce ces pratiques qui durent depuis 54 ans maintenant.

Le conseil politique de base (CPB) de Grand Dakar de Yoonu Askan Wi soutient le Collectif des Médecins en Spécialisation (COMES) dans sa lutte légitime pour plus de médecins spécialistes, un paiement depuis le début de l’année de la bourse, pour une inclusion de la 5e année de spécialisation dans les bourses, pour un statut du médecin spécialiste… Le conseil politique de base (CPB) de Grand Dakar de Yoonu Askan Wi demande aux organisations syndicales, politiques, aux citoyens…de soutenir le COMES. Car Soutenir le COMES c’est soutenir les populations qui ne peuvent aller, comme les parasites de la république, à l’extérieur ni pour un accouchement ni pour une cataracte.

Grand Dakar, le 13 août 2014

Guy Marius SAGNA email : guymarius_sagna@yahoo.fr Tèl : 77 524 94 41

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS

"Areva au Niger : un environnement sacrifié"[tiré de Survie France le 19 septembre 2017]

Liberté coloniale[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Mo Ibrahim tacle la France[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Ouattara dans de bonnes mains[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Milices européennes[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Sessions de rattrapage[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Soutien français à la déforestation[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

Non merci[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ...

Thèmes