jeudi, 17 janvier 2019
 

HOMMAGE A TOUS CEUX ET A TOUTES CELLES QUI ONT LUTTE D’UNE MANIERE OU D’UNE AUTRE A LA LIBERATION DU TOGO DU JOUG COLONIAL !

31 Mai 1957-31 Mai 2014 : IL Y A 57 ANS, DES JEUNES ACTEURS TOGOLAIS, DYNAMIQUES ET BRAVES, ONT DECHIRE ET DEMONTE LE DRAPEAU DE L’AUTONOMIE AU LIEU ET PLACE DE L’INDEPENDANCE.

Le Mouvement Martin Luther KING –la Voix des Sans Voix appelle à la réécriture de l’histoire du Togo en vue d’un réel devoir de mémoire en faveur des hommes et des femmes qui ont lutté pour son indépendance.

Il nous est donné de constater que plusieurs compatriotes décédés ou encore vivants ayant œuvré pour la libération du Togo du joug colonial sont restés dans l’anonymat sans reconnaissance officielle.

Arrêtés, torturés, incarcérés et mis en prison au comble de l’opprobre et de persécutions diverses pour leurs actions de propagandes nationalistes, donc anti-impérialistes, ces valeureux, héroïques et intrépides dignes fils n’ont guère reçu aucune distinction honorifique à la hauteur de la noblesse de leur engagement.

L’historique des indépendances du Togo telle que conçue de nos jours s’y réfère peu ou pas du tout tronquant ainsi l’âme de la nation avec les générations suivantes sevrées de la véracité et de la sincérité des faits historiques de leur pays. Par exemple, Anani SANTOS, cadre de JUVENTO, grand vainqueur des élections législatives de 1958, est méconnu des Togolais même dans les milieux intellectuels. Malheureusement, son nom n’a servi qu’à baptiser la place Fréau Jardin désormais appelé PLACE ANANI SANTOS ; ce qui est une infime marque de reconnaissance et un mépris à sa personne.

Aussi, est –il important de préciser que parmi les compatriotes dont leur mémoire est méprisée et ignorée, il y a des jeunes dynamiques et braves, militants de JUVENTO (membre de la coalition nationaliste) qui ont défié l’administration onusienne en déchirant et démonté le drapeau colonial le 31 Mai 1957 pour contester l’autonomie au lieu et place de l’indépendance. Faudrait –il rappeler que cet acte courageux et unique dans l’histoire colonial dans le monde, a contraint les Nations Unies à organiser les élections en 1958 qui ouvrirent royalement la voie de l’indépendance du Togo en 1960.

57 ans après, l’histoire a –t-elle retenu ou immortalisé ces compatriotes au rang des grandes et célèbres figures nationales pour avoir hautement risqué leur vie devant les maîtres colonisateurs ? Absolument pas. Alors que la plupart sont morts, le Mouvement Martin Luther KING – la Voix des Sans Voix a rencontré quelques rares rescapés encore vivants. Pour le MMLK, ils méritent d’être honorés et élevés à la dignité du mérite de l’ordre national même si c’est à titre posthume.

Au regard de tout ce qui précède selon le MMLK, l’effectivité, la probité et l’authenticité de l’histoire des indépendances du Togo dépendent de la place du choix qui est accordée à tous les acteurs, grands ou petits sans aucun critère d’influence ou de considération.

Dans ce cas , le Mouvement Martin Luther KING – la Voix des Sans Voix appelle à la réécriture de l’histoire des indépendances du Togo en tenant compte minutieusement de tous les acteurs liés au combat et à la lutte sur la voie de la liberté .

Le Mouvement Martin Luther KING – la Voix des Sans Voix demande à l’Etat de relever la date du 31 Mai 1957 de l’ornière et des méandres de l’oubliette pour l’inscrire sur la liste des dates les plus importantes de l’histoire du Togo.

HOMMAGE A TOUS CEUX ET A TOUTES CELLES QUI ONT LUTTE D’UNE MANIERE OU D’UNE AUTRE A LA LIBERATION DU TOGO DU JOUG COLONIAL !

Le Président,

Pasteur EDOH K.KOMI

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes