lundi, 11 décembre 2017
 

Le secteur du phosphate paralysé par une grève au Togo

Les employés de la Société nouvelle des phosphates du Togo (SNPT) ont déclenché une grève de 72 heures pour exiger une amélioration de leurs conditions de travail, paralysant un secteur économique vital pour le pays.

A l’appel du syndicat des mines du Togo, les ouvriers du site d’extraction de Hahatoé (environ 40 km au nord de Lomé) et de l’usine de traitement de Kpémé (40 km à l’est de Lomé) ont abandonné le travail. La SNPT emploie plus de 1.500 personnes.

« Les discussions entamées depuis 2013 avec les responsables de la société autour de nos revendications en vue d’une amélioration de nos conditions de vie et de travail piétinent », a déclaré à l’AFP, Poro Egbohou, porte-parole du personnel de la SNPT.

« Les salaires ne sont pas conformes à la grille de la convention interprofessionnelle du Togo. Les ouvriers n’ont pas de tenues vestimentaires ni de chaussures de sécurité sur les lieux de travail. Nous allons appeler à de nouvelles grèves les semaines à venir si rien n’est fait. Cette fois-ci, nous sommes décidés à aller jusqu’au bout », a-t-il souligné.

Vital pour le Togo, le phosphate était le poumon économique du pays et le premier produit d’exportation avec 40% des recettes. Mais le secteur a été fortement secoué par la mauvaise gestion et la corruption entre 1997 et 2007. La production s’est totalement effondrée pendant cette période, passant de 5,4 millions de tonnes à 800.000 tonnes.

Source : VOA

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes