jeudi, 17 janvier 2019
 

Togo : Déclaration de Jean-Pierre Fabre, Président de l’Union des Forces de Changement (UFC)

suite à une agression physique par les forces de l’ordre

Le mercredi 1er septembre 2010, j’ai été victime d’une lâche agression perpétrée par le capitaine KONDO de la gendarmerie nationale. Grâce à Dieu, je m’en suis sorti, mais avec quelques blessures.

En effet, à mon arrivée, aux abords du Temple Méthodiste Salem de Lomé, aux environs de 13 heures pour la séance de prières hebdomadaire du mercredi, je me suis trouvé face à un dispositif de gendarmes qui empêchait l’accès au temple. Je suis sorti du véhicule, me tenant tout près de celui-ci, pour m’enquérir auprès des gendarmes, des raisons de cette situation.

Le capitaine Kondo, visiblement responsable du dispositif, s’est avancé vers moi. Il a commencé à s’agiter, vociférant des ordres dans tous les sens. Après avoir donné, d’une grenade qu’il tenait dans la main, un coup sur la tête d’Alphonse Kpogo, secrétaire général du parti ADDI, il a tiré cette grenade sur la vitre arrière de mon véhicule. Il a jeté d’autres grenades, notamment sous le véhicule et autour du véhicule.

Pour éviter tout incident, j’ai décidé de quitter les lieux. Au moment où j’allais ouvrir la portière de mon véhicule, le capitaine KONDO m’a asséné, un violent coup de matraque dans le dos. Il est important de rappeler que c’est ce même officier qui a fait tirer des grenades sur mon véhicule le samedi 28 août dernier, faisant voler en éclats la vitre arrière. Il répondra de ces actes devant les tribunaux.

Ce qui vient de se produire n’est donc pas un hasard. C’est l’exécution d’un complot visant à me liquider physiquement.

Le climat politique dans notre pays se dégrade de manière avérée. Ce constat est fait par tous les observateurs qui assistent quotidiennement aux dérives liberticides, aux graves atteintes aux droits humains et aux violations de la loi perpétrées par l’attelage Faure Gnassingbé/Gilchrist Olympio.

Le pouvoir en place a décidé de revenir sur les maigres espaces de liberté conquis de haute lutte par le Peuple togolais, en s’attaquant aux populations, aux partis politiques et aux médias.

Ceux qui pensent annihiler la soif de changement de tout un Peuple en s’attaquant avec hargne et violence aux responsables politiques, aux journalistes et aux militants de l’opposition se trompent. Le Peuple togolais est déterminé à poursuivre la lutte jusqu’à la victoire finale. La lutte populaire est invincible.

Président de l’Union des Forces de Changement (UFC) Président du Groupe parlementaire UFC à l’Assemblée Nationale

Jean Pierre Fabre

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes