jeudi, 18 octobre 2018
 

Togo : Sur l’invitation au dialogue

Monsieur le Premier Ministre,

Nous accusons réception de votre lettre citée en référence et par laquelle vous nous conviez à prendre part à des concertations qui démarreront le lundi 10 septembre 2012 à 10h, à la primature.

Nous tenons à vous rappeler la position de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), position maintes fois exprimée et réitérée, depuis le mois de février 2011, notamment à travers diverses correspondances au Chef de l’Etat et au Chef du gouvernement ainsi que dans diverses déclarations, communiqués et mémorandums de l’ANC, du FRAC et, plus récemment, du Collectif ‘’SAUVONS LE TOGO’’ (CST).

Nous confirmons cette position, dont la constante reste et demeure, avant tout dialogue, la satisfaction par votre gouvernement, de préalables susceptibles de rassurer la classe politique et les populations togolaises quant à la réelle volonté du régime RPT d’apaiser le climat politique dans le pays et de mettre fin à l’instrumentalisation des institutions et aux violations de la Constitution, des lois de la République ainsi que des droits et libertés des citoyens. Ces préalables concernent :

-  La restitution des matériels confisqués lors des manifestations des 12 et 13 juin 2012 (véhicules, apatam, matériels de sonorisation et de podium)

-  Le respect des lois relatives à la liberté de manifester ;

-  La mise en œuvre des recommandations de la CNDH et de la CVJR ;

-  Le retour effectif des neuf députés de l’ANC à l’Assemblée nationale, conformément aux décisions de l’UIP et de la Cour de Justice de la CEDEAO ;

Au demeurant, votre correspondance précitée appelle de notre part, les observations suivantes :

-  Votre lettre fait mention de consultations le vendredi 24 août 2012 avec les représentants des partis politiques et des regroupements des politiques et associatifs, consultations auxquelles l’ANC n’a pas été conviée. L’ANC ne saurait donc être liée par les ‘’points de vue’’ et les ‘’propositions recueillies lors de ces consultations’’ et sur la base desquels vous définissez les modalités de votre dialogue ;

-  Le CST, qui emporte l’adhésion massive des populations togolaises dont elle défend les aspirations légitimes, n’est pas invité aux ‘’concertations’’ du 10/09/2012, alors que le REFAMP et le GF2D, qui ne prennent aucune part visible et significative à la défense des intérêts légitimes des populations, sont conviés à vos concertations.

Si l’objet et les recommandations de l’APG demeurent pertinents, l’échiquier politique togolais n’en connaît pas moins, depuis la signature de cet accord, une évolution qui fait apparaître de nouvelles forces sociopolitiques telles que le FRAC et le CST qui, avec le soutien massif des populations, contribuent à la lutte pour l’amélioration des conditions de vie des populations et pour mettre fin aux violations de la Constitution, des lois et des droits de l’homme. Pendant ce temps, vous n’hésitez pas à inviter des organisations signataires de l’APG telles que l’UFC, la CPP et le PDR, qui sont satisfaites de la politique gouvernementale qu’elles défendent et soutiennent pleinement. Du reste, la CPP et le PDR ont disparu du paysage politique ;

-  Vous comptez aujourd’hui l’ANC parmi ‘’les partis politiques ayant des députés à l’Assemblée nationale’’ alors que vous avez toujours refusé à ses députés, en violation de la Constitution et du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, de se constituer en Groupe parlementaire ANC ;

-  La duplicité de votre régime refait pleinement surface dans l’ordre du jour qui prévoit un point sur le ‘’découpage des circonscriptions électorales’’ laissant supposer que la question fondamentale du découpage électoral est elle-même définitivement réglée unilatéralement par le RPT.

L’ANC saisit l’occasion pour attirer l’attention du gouvernement sur l’urgente nécessité de prendre en compte les revendications du CST en date du 04 juin 2012, contenues dans la ‘’PLATE-FORME CITOYENNE POUR UN TOGO DEMOCRATIQUE’’, dont nous vous tenons ci-joint, un exemplaire.

L’ANC met en garde le régime RPT contre toute velléité d’organiser un dialogue sans la participation des véritables protagonistes de la crise togolaise. Le gouvernement en assumera toutes les conséquences.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’assurance de notre considération distinguée.

Jean-Pierre FABRE

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes