mardi, 21 novembre 2017
 

VŒUX 2013 DU COLLECTIF « SAUVONS LE TOGO »

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

Depuis le 04 avril 2012, vous avez accueilli avec ferveur et espoir, la naissance du Collectif « SAUVONS LE TOGO », mouvement citoyen qui s’est donné pour objectif d’opérer, dans une dynamique unitaire d’action, un changement radical de la gouvernance au Togo par :

- •l’assainissement du climat sociopolitique ;
- •la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles prévues depuis 2006 par l’Accord Politique Global ;
- •la réforme du cadre électoral en vue de garantir la transparence des consultations électorales et rompre définitivement avec le cycle infernal « élections frauduleuses – contestions – répressions – négociations ».

Depuis neuf mois, vous répondez massivement à nos appels et mots d’ordre en vue d’obtenir du pouvoir en place, des réponses appropriées à vos légitimes revendications contenues dans la plateforme citoyenne pour un Togo démocratique élaborée par le CST.

Les 12, 13 et 14 juin 2012 marquent incontestablement, après le 05 octobre 1990, la soif du peuple togolais pour l’avènement d’un Togo où les droits l’homme et les libertés fondamentales sont respectées, un Togo de justice, de progrès et de prospérité partagée.

Ce désir ardent des populations a été réaffirmé au cours des manifestations qui ont suivi, notamment celles des 21, 22 et 23 août et des 25, 26, 27 septembre, sans oublier, le rassemblement patriotique du 27 octobre, les marches rouges des femmes du 20 septembre et du 20 décembre.

Malheureusement, en lieu et place d’une prise en compte des légitimes revendications exprimées par les populations au cours de ces manifestions, le pouvoir de Faure GNASSINGBE a opposé une répression policière aveugle qui s’est soldée par des centaines de blessés, des arrestations et détentions arbitraires, et des morts.

C’est l’occasion ici, de saluer la bravoure et la détermination du peuple togolais et de rendre hommage à AMEKOUDJI Améyo Yvonne Mariette, TOGBEVI Ami et DAGBE Yao, décédés à la suite des répressions policières à Lomé et à Sokodé. Le CST n’oublie pas les blessés graves qui subissent encore des séquelles des suites de leurs blessures.

Ces répressions qui ont pour but d’instaurer un climat de terreur dans le pays afin de nous détourner de nos objectifs, loin s’en faut, nous renforcent dans notre détermination à poursuivre la résistance citoyenne en vue de l’instauration d’un Etat de droit au Togo.

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

A la grave crise sociopolitique que traverse le Togo s’est ajoutée une crise institutionnelle suite à la fin, depuis le 11 novembre 2012, du mandat des députés à l’Assemblée Nationale.

La Cour constitutionnelle dans un avis a constaté la fin du mandat des députés à l’Assemblée mais, s’est manifestement refusée d’en tirer les conséquences. Celle-ci continue de légiférer en dépit de son illégitimité.

En effet, s’il est constant qu’aux termes des dispositions prévues à l’article 52 alinéa 11 de la Constitution, que : « Les membres de l’Assemblée Nationale et du sénat sortants, par fin de mandat ou de dissolution, restent en fonction jusqu’à la prise de fonction effective de leurs successeurs », pour autant ils sont dépourvus de tout pouvoir pour légiférer au nom du peuple togolais. A cet effet, seul un accord politique peut permettre à l’Assemblée Nationale actuelle de continuer à fonctionner.

En conséquence, le vote de la loi des finances gestion 2013, par l’Assemblée Nationale dont le mandat a expiré, est anticonstitutionnel et constitue un coup de force de plus contre la volonté du peuple.

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

Notre pays le Togo est en danger. Le gouvernement poursuit l’organisation unilatérale des prochaines élections, en dépit des appels incessants de la classe politique à la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles, les réformes du cadre électorale et l’assainissement du climat sociopolitique, préalables absolues à l’organisation des élections. Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » rend responsable le pouvoir en place des conséquences qui découleraient d’une telle obstination.

Comment peut-on prétendre organiser des élections justes, transparentes et équitables avec une Justice aux ordres, des institutions de la République manipulées à des fins de conservation du pouvoir, une administration inféodée et partisane ?

Comment peut-on prétendre organiser des élections justes, transparentes et équitables avec une Cour Constitutionnelle qui fait allégeance au pouvoir et qui commet des forfaitures de manière récurrente ?

Comment peut-on prétendre organiser des élections justes, transparentes et équitables avec une Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication partisane, une CENI déséquilibrée et aux ordres du pouvoir ?

Comment peut-on prétendre organiser des élections justes, transparentes et équitables lorsque le pouvoir en place cautionne la torture en falsifiant le rapport d’une institution de la République dans le but de protéger les tortionnaires ?

Comment peut-on prétendre organiser des élections justes, transparentes et équitables alors que certaines parties du territoire togolais sont refusées d’accès à certains acteurs de la vie politique ?

Comment peut-on prétendre organiser des élections justes, transparentes et équitables si des personnes organisées en milices commettent impunément des actes de violence à l’encontre de manifestants de l’opposition ?

Malgré ce tableau sombre, le corps diplomatique accrédité au Togo, lors de sa présentation de vœux au chef de l’Etat, a salué de manière complaisante et irréaliste, des avancées importantes en matière des droits de l’homme, des réformes institutionnelles et constitutionnelles, des progrès économiques.

En ce moment même où l’heure devrait être à la joie des festivités de fin d’année, la grande majorité des ménages éprouve d’énormes difficultés à répondre à ses besoins et particulièrement à ceux de leur progéniture. La faiblesse du pouvoir d’achat doublée de la hausse continuelle du prix des produits de premières nécessités, ne cessent de maintenir les togolais dans une précarité avancée. Cette situation contraste avec celle de la minorité autour du pouvoir qui vit dans une insolente opulence.

Le chômage des jeunes est des plus endémiques et les contraint à se livrer, en désespoir de cause, à des activités peu recommandées. Le monde rural sinistré se révèle être le parent pauvre de la République avec une augmentation du taux des personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté dont la moyenne nationale est de l’ordre de 75% contre 63% en 2004.

Au plan de la santé et de l’éducation, la situation n’est guerre reluisante, en témoignent les légitimes revendications du personnel soignant, des enseignants, des élèves et des étudiants.

Les femmes togolaises, nos braves mères et sœurs commerçantes des marchés payent un lourd tribut à la mauvaise gouvernance du pouvoir en place. Elles sont victimes de l’escroquerie fiscale perpétrée par les agents des impôts et des douanes qui, sous de fallacieux prétextes de redressements fiscaux, s’emploient à leur extorquer d’importantes sommes d’argent.

Chers concitoyennes, chers concitoyens,

Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » estime que dans la situation actuelle, il est prématuré d’aborder des questions liées à des élections sans la réalisation consensuelle des réformes institutionnelles et constitutionnelles.

Il convient plutôt de réunir les conditions devant ouvrir la voie à un dialogue structuré, franc et sincère, qui pose les vrais problèmes tels qu’identifiés dans la ‘’Plate-forme citoyenne pour un Togo démocratique’’, en date du 04 juin 2012 élaborée par le collectif SAUVONS LE TOGO et qui apporte les vraies solutions.

Naturellement, pour être crédible, un tel dialogue nécessite un climat de confiance et d’apaisement qui passe par la réalisation préalable de certaines exigences.

Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » rappelle que la crise institutionnelle actuelle née de la fin du mandat de l’Assemblée Nationale conduit inéluctablement à un accord politique.

A cet effet, le Collectif « SAUVONS LE TOGO » réitère sa proposition pour la mise en place d’un comité préparatoire qui conviendra des modalités du dialogue, dans ses aspects liés à la composition, au fonctionnement et aux sujets à débattre. Pour la sérénité des débats, la présence d’un médiateur choisi consensuellement, avec l’assistance de la communauté internationale, s’impose.

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

Le 13 janvier 2013 marquera les cinquante ans de l’arrêt de la vie démocratique au Togo avec l’assassinat de Sylvanus Epiphanio Kwuami OLYMPIO, premier président démocratiquement élu du Togo.

Le Collectif « SAUVONS LE TOGO » forme le vœu que la population togolaise dans toutes ses composantes prenne la pleine mesure de la situation en maintenant la dynamique de la mobilisation populaire afin de mettre fin à ces cinquante ans de d’errance politique, économique ainsi que de souffrances inouïes.

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

Permettez-moi de faire de former un vœu personnel à l’endroit du chef de l’Etat. Que l’Esprit Saint le touche, lui et son entourage, pour qu’ils prennent la mesure, l’exacte mesure de la situation de notre pays afin qu’une solution consensuelle soit trouvée à la profonde crise politique, économique, sociale et morale qui secoue notre pays depuis plusieurs décennies.

Joyeuse année 2013.

Peuple togolais, par ta foi, ton courage et tes sacrifices, la Nation togolaise doit renaître !

Lomé, le 31 décembre 2012

Pour le Collectif,

Le Coordonnateur

Me Ata Messan Zeus AJAVON ..

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes