vendredi, 25 mai 2018
 

La CSI et les FSI protestent contre le procès de syndicats indépendants en Algérie

La CSI, IndustriALL, la PSI et l’UITA ont adressé, aujourd’hui, une lettre conjointe à l’ambassade de l’Algérie à Genève pour protester contre le procès imminent de dirigeants syndicaux affiliés à la Confédération générale autonome des travailleurs en Algérie (CGATA). Le secrétaire général du SNATEGS, Abdelkader Kawafi, et le coordinateur national du SESS, Kaddour Chouich, seront jugés demain 6 février 2018 pour des chefs d’accusation de « diffamation » et « d’incitation au rassemblement non autorisé », pour avoir simplement mené leurs activités syndicales légitimes.

Les dirigeants syndicaux de la CGATA continuent de faire l’objet d’intimidations et de procédures judiciaires et de se voir infliger des amendes et des peines de prison en représailles à leur défense de la liberté syndicale de leurs membres. « Nous exprimons toute notre solidarité avec ces dirigeants syndicaux qui sont persécutés. En juin 2017, la Commission de l’application des normes de l’OIT a exhorté le gouvernement algérien à mettre fin à toutes les pratiques d’intimidation et de violence policière contre les dirigeants syndicaux, à procéder immédiatement à l’enregistrement des syndicats indépendants et à réintégrer les travailleurs licenciés en raison de leur militantisme syndical. Nous attendons du gouvernement qu’il respecte ces demandes », a déclaré Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes