dimanche, 22 octobre 2017
 

Egypte : Atteinte au droit de grève au nom de la Charia

La haute cour administrative égyptienne a décrété que la grève du fonctionnaire sur son lieu de travail peut être sanctionnée par une mise à la retraite anticipée ou l’interdiction de promotion « conformément à la charia islamique ». Un jugement qui a provoqué une vive polémique.

La décision de la haute cour administrative a été condamnée par l’Union des syndicats ouvriers égyptiens qui y voient une atteinte à un droit constitutionnel. L’article 15 de la Constitution adoptée par référendum en 2014 précise en effet que « la grève pacifique est un droit règlementé par la loi ».

Mais la haute cour, elle, a estimé que la grève des fonctionnaires porte atteinte aux intérêts de la communauté et que conformément à la charia islamique c’était un crime. Elle s’est basée sur l’article 2 de la même Constitution qui précise que « les principes de la charia sont la source principale des lois ».

Selon les experts, le jugement de la haute cour administrative est sans recours, sauf devant la Cour constitutionnelle. En attendant, des milliers de fonctionnaires et d’ouvriers poursuivis administrativement pour s’être mis en grève pourraient être immédiatement sanctionnés. Une situation qui pourrait provoquer une explosion de colère des travailleurs selon les milieux syndicaux.

Source : RFI

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes