lundi, 25 juin 2018
 

Egypte : Etats-Unis, Juges et trafiquants d’armes

Les États-Unis ont continué à livrer des armes anti-manifestations à l’Égypte alors même que l’armée réprimait violemment les récentes manifestations de l’opposition, a dénoncé mercredi Amnesty International dans un communiqué.

L’organisation de défense des droits de l’homme a indiqué qu’au moins sept tonnes de munitions destinées à des armes anti-manifestation, comme des cartouches de gaz lacrymogène, avaient été livrées le mois dernier pour le compte du ministre de l’Intérieur égyptien.

Selon Amnesty, le matériel provient de Combined Systems, une entreprise basée en Pennsylvanie.

L’organisation, qui évoque au moins deux autres livraisons, a pointé du doigt l’autorisation accordée par l’administration américaine à ces livraisons.

« Les livraisons d’armes américaines aux forces de l’ordre égyptiennes doivent cesser jusqu’à qu’il soit certain » que ces armes « ne sont pas liées au bain de sang dans les rues égyptiennes », a déclaré Brian Wood, un responsable d’Amnesty cité dans le communiqué.

« Le gouvernement égyptien a répondu aux manifestants avec un usage excessif et souvent mortel de la force », a poursuivi Amnesty. « Il est inconcevable que les autorités américaines n’aient pas été au courant des preuves d’exactions, pourtant largement documentées, commises par les forces de l’ordre égyptiennes ».

Interrogé au sujet du rapport d’Amnesty, le département d’État américain a affirmé que les livraisons avaient été faites selon une ancienne autorisation aujourd’hui périmée.

« Nous avons déjà condamné l’usage excessif de la force contre les manifestants » lors des affrontements récents au Caire, a rappelé un porte-parole de la diplomatie américaine, Mark Toner.

Mi-novembre, des affrontements meurtriers ont eu lieu place Tahrir au Caire et dans plusieurs autres villes, opposant la police et des milliers de manifestants qui réclamaient la fin du pouvoir militaire.

Amnesty a appelé à l’adoption d’un traité international pour réglementer la circulation des armes anti-manifestations.

« Un traité efficace sur le commerce des armes, qui inclurait un large dispositif de contrôles des licences au niveau national, permettrait d’aider à veiller à ce que les exportations d’armes par les États-Unis ou d’autres pays (...) ne contribuent pas à des violations des droits de l’homme », a déclaré M. Wood.

Agence France-Presse Washington

Source : http://la.tribune.libre.de.djibouti...

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes