lundi, 11 décembre 2017
 

Egypte : la justice d’Al-Sissi fait embastiller à perpétuité les jeunes révolutionnaires

Tragique retournement de l’histoire en Egypte… Les jeunes artisans de la Révolution qui a mis à bas le régime dictatorial de Moubarak et déclenché le vaste mouvement populaire anti-Morsi, instaurant sournoisement une dictature islamiste, écopent de peines de prison à perpétuité.

Ahmed Douma, 26 ans, une des figures les plus emblématiques de la jeunesse révolutionnaire égyptienne, et 229 autres militants issus du mouvement de gauche Jeunesse du 6 avril, ont été condamnés à la prison à vie le 4 février par un tribunal du Caire.

« Nous ne sommes pas sur la place Tahrir… »

Par ailleurs, 39 mineurs ont été condamnés à dix ans de prison. Tous étaient accusés de « rassemblement illégal » et « troubles à l’ordre public » pour avoir participé à la manifestation qui s’est déroulée sur plusieurs jours en décembre 2011 devant le siège du Conseil des ministres, près de la place Tahrir au Caire.

Le journal cairote de centre gauche Al-Shorouk rapporte qu’après le verdict « la première réaction de Douma a été de serrer la main du juge en lui faisant un grand sourire. Ce à quoi le juge a répondu : « Nous ne sommes pas sur la place Tahrir. Un peu de retenue, sinon je t’ajoute sept ans pour irrespect envers la justice. »

Source : : http://www.mediaterranee.com

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes