lundi, 20 novembre 2017
 

Egypte : Les avocats dénoncent les violences policières

Le syndicat des avocats égyptiens a organisé samedi une grève générale pour protester contre « les dépassements de la police » contre les avocats après l’agression par un officier de police d’un avocat à l’intérieur d’un tribunal, a-t-on appris de sources syndicales samedi au Caire.

Dans des déclarations de presse, le bâtonnier des avocats Sameh Achour a menacé de prendre « d’autres mesures d’escalade si la police ne met pas un terme à ses violations et dépassements ».

Un officier de police avait battu un avocat la semaine dernière à l’intérieur du tribunal de la province de Damiette, dans le nord égyptien.

Le syndicat des avocats avait appelé à une grève générale dans tous les tribunaux d’Egypte pendant un jour à l’exception des questions urgentes.

Ce syndicat regroupe environ un demi-million d’avocats, ce qui en fait l’un des syndicats professionnels les plus importants du pays.

Le taux de suivi du mouvement de grève diffère selon les provinces, le plus important ayant été enregistré dans celles de Sohaj, Al-Wadi Al-Jadid et Daghahliya.

Les tribunaux égyptiens avaient connu, il y a deux ans environ, une grève similaire qui a duré plus d’un mois en guise de protestation contre des accrochages entre avocats et juges.

Source : APA

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes