dimanche, 20 août 2017
 

Allocution de la Voie Démocratique au rassemblement devant le siège de Veolia à Paris le 7 novembre 2015

Chers (ères) camarades,

Tout d’abord, merci aux camarades de l’association Autre Maroc pour cette initiative nécessaire et utile. Merci également à toutes les personnes et organisations présentes.

Au nom de la Voie Démocratique Paris, nous exprimons notre solidarité avec tous les opprimés et toutes les victimes de l’accumulation du capital et de la prédation économique royale. Cette lutte (à Tanger et dans d’autres villes) remet en cause l’alliance du pouvoir répressif et de l’exploitation économique.

La délégation des services publics, dans notre cas l’eau et l’électricité (mais aussi de la santé, de l’éducation, etc) à des sociétés telles que Veolia signifie la défection de l’État face à ses plus élémentaires fonctions. C’est aussi le visage découvert d’entreprises capitalistes dans des espaces économiques et politiques historiquement dominés. Cette alliance entre ces faiseurs d’argent, et d’autres faiseurs d’argent que sont le pouvoir monarchique marocain, est une alliance stable et durable. S’appuyer sur un appareil répressif est une grossière solution mais non moins efficace pour les investisseurs étrangers accueillis à bras ouverts.

Chers (ères) camarades,

Aujourd’hui, nous sommes solidaires d’une lutte contre l’étalement de logiques néolibérales partout et sur tous les secteurs (Éducation, santé et j’en passe). Faire écho ici, aux luttes d’ailleurs, c’est reconnaître leur connexion fondamentale. C’est aussi lutter contre les logiques néolibérales, ici même. Les mobilisations collectives des classes populaires restent le recours de ceux/celles qui voient le pouvoir politique agir dans le sens de leur dessaisissement de toute capacité de dire et d’agir.

Chers (ères) camarades,

Les classes populaires au Maroc sont l’objet d’une attaque idéologique et répressive forte de la part du gouvernement de façade et de l’opposition parlementaire qui brouillent les pistes, ainsi que de certaines personnalités religieuses et d’autres.

12 personnes sont poursuivies à Tanger. 6 autres sont "recherchées". Parmi elles, notre camarade Aboubakr Khamlichi (ancien détenu politique pendant les années de plomb et dirigeant de l’organisation Ila Amam), des militants de l’association Attac et des militants du mouvement du 20 février. Dans la même ville (Tanger), notre camarade Wafaa Charaf, militante active dans les luttes ouvrières est emprisonnée depuis déjà un bon moment pour ses activités militantes.

Par notre présence à ce rassemblement, la Voie Démocratique Paris : Exprime son soutien aux luttes des classes populaires à Tanger et dans toutes les villes marocaines qui résistent. Rappelle sa solidarité avec tous les détenus politiques (de l’Union Nationale des Étudiants du Maroc, de la Voie Démocratique, syndicalistes, militantes politiques, etc). Parmi eux, nos camarades Ahmed Dahbi, Ahmed Bouadi, Wafaa Charaf et d’autres amis et camarades comme Oussama Housne et les journalistes harcelés. Il faut rappeler une évidence : la détention politique est intimement liée à la nature impopulaire du pouvoir qui remplace le manque d’assise populaire par la répression et la détention. Appelle tous les progressistes marocains et français à lutter contre la domination de la France sur le Maroc et aussi à mettre fin à la Françafrique et à l’impunité des multinationales, Veolia dans notre cas.

La Voie Démocratique Paris

Le 07 novembre 2015

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes