mercredi, 23 janvier 2019
 

Maroc : La Voie Démocratique appelle les masses populaires marocaines à la lutte pour un changement démocratique radical

English version below

Le secrétariat national de la Voie Démocratique s’est réuni, le samedi 05/01/2011, dans une réunion ordinaire à Casablanca, pour discuter la situation révolutionnaire en Tunisie et en Egypte et son impact sur les pays arabes et en l’occurrence le Maroc

A l’issue de cette réunion, la Voie Démocratique

Salue les révolutions tunisienne et égyptienne et la résistance et la détermination populaires pour en finir avec la tyrannie et la dictature, s’incline devant leurs martyrs qui ont tracé, avec leur sang, la voie de la liberté et de la justice sociale, et appelle à intensifier la solidarité avec les deux révolutions

Considère ces mouvements populaires comme un tournant qualitatif et fondamental dans l’Histoire de la région ouvrant de nouvelles perspectives aux luttes des ces peuples animés par la volonté de libération de la tyrannie, de l’impérialisme et du sionisme ,appelle à la vigilance contre toute usurpation des objectifs et symboles de la révolution par l’impérialisme ou les classes dominantes locales réactionnaires afin de consolider leurs intérêts et perpétuer leur hégémonie avec d’autres moyens

Considère que la réalisation des revendications légitimes des deux peuples pour la liberté, la démocratie, la justice sociale et la libération nationale nécessitent la chute des pouvoirs des classes dominantes et leurs régimes, et la destruction de leurs structures capitalistes dépendantes. Celles-ci ne sont possibles que grâce à la direction des fronts des classes populaires par la classe ouvrière pour la prise du pouvoir afin de réaliser les objectifs de changements démocratiques radicaux avec des perspectives socialistes

Considère que le Maroc n’est pas à l’abri de ce qui se passe en Tunisie, en Egypte et dans d’autres pays arabes, parce que les conditions et les causes des révolutions tunisienne et égyptienne sont les mêmes dans la majorité des pays de la région (avec des disparités concrètes propres à chaque pays). Ainsi le Maroc connait aussi une tyrannie politique, une autocratie absolue, la domination du capitalisme dépendant et les choix néolibéraux, le monopole par une poignée de familles puissantes, et à leur tête la famille royale, du pouvoir et des richesses, alors que la majorité écrasante des marocains souffrent de la pauvreté, du chômage, de la misère, de l’oppression et marginalisation

Les révolutions en Tunisie et en Égypte confirment l’échec des illusions des réformes et changements de l’intérieur des structures officielles, ces mêmes illusions répandues au sein de nombre de forces politiques démocratiques de notre pays. Ces révolutions montrent l’urgence d’un changement radical grâce à la lutte populaire organisée et consciente qui garantit la libération, la démocratie et le socialisme et rompt avec la politique des coulisses, des compromis par en-haut et des mémorandums adressés au roi et conseils qui lui sont prodigués

Précise qu’un changement radical de ce type nécessite

le démantèlement des structures makhzaniennes[1] de l’Etat, notamment celles des appareils de répression secrets et parallèles, et la transparence et l’Etat de droit pour assurer la sécurité, le démantèlement du ministère de l’intérieur et sa reconstruction de sorte qu’il cesse son hégémonie sur les autres ministères et organismes publics et qu’il soit au service des citoyens

La déstructuration et la restructuration du système judiciaire qui garantit son indépendance vis-à-vis du pouvoir politique

La démission du gouvernement et la dissolution du parlement parce qu’il ne représente pas le peuple

le jugement des responsables des crimes politiques liés aux graves violations des droits humains, et des crimes économiques qui consistent dans le vol des richesses du pays et le gaspillage de l’argent public et la confiscation de leurs biens

un changement radical de la constitution avec l’établissement d’une constitution démocratique qui incarne la volonté populaire en tant que détentrice de la souveraineté et source de tous les pouvoirs, garantissant la séparation réelle des ces derniers, reconnaissant la culture et la langue amazighes[2] en tant que culture nationale et langue officielle, assurant l’égalité, entre l’homme et la femme dans tous les droits et les devoirs et dans tous les domaines politique, économique, social et culturel et garantissant les droits propres de la femme en tant que femme et mère

Une constitution qui sépare l’Etat de la religion et interdise l’exploitation de cette dernière à des fins politiques élaborée par une assemblée constituante élue démocratiquement et honnêtement

l’instauration de pouvoirs locaux, régionaux et nationaux sur la base d’élections dans le cadre d’un Etat de droit et la réalisation d’une régionalisation démocratique qui permet aux régions d’avoir un pouvoir de décision, négocié avec le pouvoir central et le pus possible d’autonomie aux niveaux économiques, politiques et culturels, aux régions qui se caractérisent par une spécificité constituée au cours du processus historique de formation de notre peuple , exemple : Rif, Zian et souss

La construction d’une économie nationale autonome qui rompt avec celle des rentes et des privilèges indépendante de l’impérialisme et ses institutions financières

Une économie se basant sur une planification économique nationale libératrice avec un vaste service public, ce qui implique la nationalisation toutes les industries et mines stratégiques qui ont été privatisées, la nationalisation des banques et des plus importantes institutions financières.

La constitution des collectifs ouvriers dans le secteur public et privé pour contrôler la gestion et la production

Une politique agricole qui satisfait les besoins fondamentaux des citoyens et garantit la sécurité alimentaire, la sauvegarde des richesses naturelles, la protection de l’environnement et le développement équilibré, ce qui rend indispensable une réforme agraire radicale.

La garantie des services publics fondamentaux : éducation, santé, transport, des logements décents et les emploies

L’indépendance de la presse de l’Etat et de tous les monopoles et le développement de toutes les composantes culturelles du peuple marocain et son ouverture sur le patrimoine culturel humain

Le secrétariat national de la Voie Démocratique

Se félicite des luttes des ouvriers et des masses populaires, appelle à leur approfondissement, leur unification et leur intégration à la lutte générale pour la démocratie

Appelle particulièrement les centrales syndicales UMT et CDT à dépasser leurs divergences, à entamer un processus d’unité de lutte, et assumer leur responsabilité dans la défense de notre peuple et sa classe ouvrière contre les licenciements, le chômage, la hausse des prix, la dégradation des services publics et pour le droit du peuple marocain à la liberté, la dignité et la démocratie

8) Apelle la gauche marxiste de notre pays à prendre ses responsabilités historiques pour la réhabilitation et la défense de l’alternative démocratique, laïque et socialiste

9) Appelle toutes les forces démocratiques politiques, syndicales sociales, de droits humains , des femmes , culturelles , amazightes, associatives, les intellectuels, les artistes honnêtes et les personnalités nationales à saisir ce moment politique et commencer immédiatement la construction d’un front national pour la démocratie et la justice sociale sur la base d’une plateforme démocratique minimum et d’un programme de lutte élaborés et adoptés collectivement

Secréteriat national, Casablanca le 05/02/2011

Traduit, de l’arabe, par le comité local Paris

La Voie Démocratique

Secrétariat national


« The Democratic Way » (Annahj Addimocrati) call on the Moroccan popular masses to the fight for a radical democratic change. The national secretary of the « Democratic Way » met, on Saturday 05/01/2011 in Casablanca, to discuss the revolutionary situation in Tunisia and Egypt and its impact on the Arab countries and Morocco in special and with the exit of this meeting, the Democratic Way :

1) Greets the popular Tunisian and Egyptian resistance and revolution and their determination to finish with the tyrants and the dictators, inclines in front of their martyrs who traced, with their blood, the way of freedom and social justice, and invites to intensify solidarity with the two revolutions.

2) Regards these popular movements as a turning qualitative and fundamental point in the History of the area opening new prospects to struggle for these people who are animated by the will for release from tyranny, imperialism and Zionism , calls on militants to be vigilant and resist any usurpation of the objectives and symbols of the revolution initiated by imperialism or the local dominant reactionary classes in order to consolidate their interests and perpetuate their hegemony with other means.

3) Consider that the realization of the legitimate claims of the two publics for freedom, democracy, social justice and national release require the fall down of the dominant classes in power and their regimes.It necissitates the destruction of their dependent capitalist structures. These are possible only thanks to the direction of the fronts of popular classes by the working class seize power and carry out the objectives of radical democratic changes on the basis of socialist terms.

4) Considers that Morocco is not safe from what’s occuring in Tunisia, Egypt and in other Arab countries, for the conditions and the causes of the Tunisian and Egyptian revolutions are the same ones in the majority countries existing in the area (with specific concrete disparities to each country). Thus Morocco knows also a political tyranny, an absolute autocracy, the domination of a dependant capitalism and neoliberal choices , the monopoly by a handle of powerful families, and at their head the royal family-power and richness, whereas the crushing majority of the Morrocans suffer from poverty, unemployment, misery, oppression and marginalisation.

5) The revolutions in Tunisia and Egypt confirm the failure of the illusions of the inner reforms and changes of the official structures, these same illusions spread within a number of democratic political forces in our country. These revolutions show the urgency of a radical change that is attained only through organized and conscious popular fight which guarantees liberation, democracy and socialism and breaks with the policy of the slides, of the compromises by in-high and of the memoranda addressed to the king and councils which are lavished to him.

6) Specifies that a radical change of this type requires :

- ) The dismantling of the makhzan structuresof the state, in particular, those of secret and parallel repressive systems, transparency and the State of rights to ensure the safety, the dismantling of the ministry for the interior and its rebuilding so that it ceases its hegemony on the other ministries and public organizations and to serve citizens only. The destructuration and the reorganization of the system of justice in a way that guarantees its independence vis-a-vis the political power. The resignation of the government and the dissolution of the Parliament because it does not represent the people.

- ) the judgement persons responsible for political crimes those related to the serious violations of the human rights, and the economic crimes which consist in the flight of the richnesses of the country and the wasting of the public money and the confiscation of their goods.

- ) a radical change of the constitution by establishing a democratic constitution which incarnates the popular will as a holder of sovereignty and source of all the powers,a change which guarantees the real separation of these latters, recognizes Amazir the as a national culture and an official language, ensures the equality, between men and women in all rights and duties and in all policalfi, economic, social and cultural fields and guarantees the propre rights of the woman as a woman and a mother. A constitution which separates the State from the religion and prohibits the exploitation of the latter political aims.A constitution which is worked out by anelected constitutional assembly elected democratically and honestly. Introduction of local, regional and national authorities on the basis of election in the framework of a State of rights and that of a democratic regionalization which makes it possible for regions to have a decision-making power but negotiated with national authorities and provides them with the maximum possible of autonomy at the economic, political and cultural levels to areas which are characterized by a specificity made up during the historical process of formation of our people like Rif, Zian and Souss…

- ) The construction of an autonomous national economy which breaks with that of the revenues and the independent privileges of the imperialism and its financial institutions. An economy based on a national and a liberating economic planning l with a vast public utility, this implies the nationalization of all industries and strategic mines which were privatised, the nationalization of the banks and the most important financial institutions. The constitution of the working masses in the public and private sector to control management and production as well. An agricultural policy which satisfies the fundamental needs of citizens and guarantees their food safety, the safeguard of the natural richnesses, the protection of the environment and the balanced development, this presupposes an essential and radical land reform. The guarantee of the fundamental public services : education, health, transport, decent residences and employement . The independence of the press of the State and all the monopolies , the development of all the cultural components of the Moroccan people and their openess on the human cultural inheritance. The national secretariat of the Democratic Way(Annahj Addimocrati) is :

7) Pleased with the fights of the workers and of the popular masses, calls on their deepening, their unification and their integration with the general fight for democracy. Calls on particularly Moroccan unions UMT and CDT to exceed their divergences, to start a process of unity for fight, and to assume their responsibility in defense of our people and our working class against the dismissals, unemployment, the rise of prices, the degradation of the public services but for the right of the Moroccan people to freedom, dignity and democracy.

8) Calls on the left Marxist of our country to take its historical responsabilities for the rehabilitation and defense of the democratic , laic and socialist alternative. 9) Calls on all the political, unions , democratic and social forces, human rights persons, honest amazirth , associative men and women, intellectuals, artists and the national personalities to benifit of this political moment and to immediately begin the construction of a national front for democracy and social justice on the basis of of a democratic platform minimum and a collectively elaborated and adopted fighting program.

National secretary,

Casablanca 05/02/2011

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes