samedi, 15 décembre 2018
 

Le Maroc allié de l’Union Européenne contre la migration africaine

C’est avec une grande amertume que l’Observatoire Ouest Africain des Migrations a appris la restriction de voyage à l’endroit des Maliens, des Guinéens et des Congolais désirant se rendre au Maroc. Loin de paraître comme une expérimentation, comme présenté par le royaume chérifien, cette mesure est un véritable retour en arrière vue qu’elle enlève aux citoyens de ces pays la possibilité qu’ils avaient jusqu’alors de voyager sans visa vers le Maroc. A quelques semaines de la tenue à Marrakech, au Maroc, de la Conférence Internationale d’adoption du Pacte Mondial sur la Migration, la décision marocaine choque profondément car elle va à l’encontre de la volonté réaffirmée par l’Union Africaine d’aller vers la libre circulation des Africains sur leur continent.

Le rêve d’un espace Schengen africain, où les citoyens peuvent circuler sans aucun visa ni exigence d’autorisation de voyage, semble remise en cause par le Royaume du Maroc pourtant présenté comme le ‘’Leader’’ en matière de migration par l’Union Africaine. Après son retour dans le giron africain, en janvier 2017, le Maroc s’était vu confier la responsabilité, par ses pairs africains, de proposer les grandes lignes d’une politique migratoire pour l’Union Africaine. Sur la lancée de sa reconquête du continent, Le royaume marocain avait alors manifesté sa candidature pour intégrer la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui prône une libre circulation pour les citoyens de sa communauté. Les lueurs d’espoirs envoyées ainsi par le Maroc semblent définitivement enterrées face aux pressions de l’Union Européenne qui ne cesse de renforcer le rôle des pays d’Afrique du Nord et du Sahel comme gendarmes de sa politique contre l’immigration des Africains.

Cette décision marocaine, contraire aux intérêts africains, ne peut être comprise que dans sa perspective de plaire aux institutions européennes. En effet, l’Union Européenne vient d’ouvrir une série de négociations avec certains pays d’Afrique pour exiger qu’ils rapatrient leurs citoyens « sans papiers » résidant en Europe sous peine de voir restreindre l’obtention de visa Schengen pour leurs nationaux désirant voyager légalement vers les pays européens. Le Maroc ne semble miraculeusement pas menacé par ce chantage de l’Union Européenne malgré des évènements récents qui ont vu des citoyens marocains tenter de gagner illégalement l’Europe. Il apparait plus que jamais nécessaire que la société civile africaine, dans son ensemble, lève la voix contre les diktats de l’Union Européenne qui, sous couvert de l’aide au développement, affaiblissent l’intégration africaine et empêchent les Africains de voyager sans visa au même titre que les citoyens de l’Union Européenne. L’Observatoire Ouest Africain des Migrations lance donc un appel à tous les citoyens des pays africains afin d’interpeller leurs Etats pour ne pas accepter des mesures qui fragilisent nos droits à la mobilité sur notre sol africain et qui détruisent notre volonté de vivre une véritable fraternité comme fils et filles d’un même continent.

Fait à Lomé le 02 novembre 2018

Pour l’Observatoire Ouest Africain des Migrations

Le Secrétaire Permanent

Samir ABI

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes