dimanche, 20 août 2017
 

Maroc : Un mouvement de grève national des travailleurs envoie un message clair au gouvernement

Les travailleurs marocains mobilisés dans le cadre d’une grève nationale des services publics et des autorités locales ont envoyé un message clair au gouvernement en faveur du rétablissement du dialogue social et de la négociation avec les syndicats du pays. Les trois affiliés de la CSI, UMT, CDT et UGTM à la tête du mouvement de grève conjointement avec la quatrième centrale nationale FDT ont signalé un taux de réponse élevé des travailleurs à leur appel à l’action, avec une participation globale de 80% de travailleurs, atteignant dans certaines régions 100%.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI a indiqué : « Le gouvernement marocain a effectivement cessé tout dialogue social et toute négociation avec les syndicats en 2013. Cela a eu des répercussions sur le niveau de vie, les conditions d’emploi et les prestations de retraite des travailleurs. Ce mouvement de grève largement suivi a clairement laissé entendre au gouvernement que le dialogue doit reprendre et qu’une solution doit être trouvée aux pressions que subissent les familles de travailleurs en termes de leur niveau de vie. Nous en appelons au gouvernement à reprendre un dialogue en bonne et due forme avec le mouvement syndical, qui est la seule façon efficace de garantir un traitement équitable pour les travailleurs et d’éviter de nouveaux mouvements de grève. »

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes