mercredi, 26 septembre 2018
 

Mauritanie : L’UFP, à propos du passage de Aziz à la télé

« Il n’a pas laissé d’espoir aux mauritaniens » L’UFP dans une conférence de presse tenue dimanche sept aout, a réagi aux déclarations du président de la République pendant sa sortie télévisée du vendredi 5 aout. La conférence a été animée par Moustapha Ould Bredine et Kadiata Malick Diallo en présence d’autres responsables de l’UFP.

« Le but de la sortie du président de la République était de commémorer le deuxième anniversaire de son investiture. » Pour l’UFP, en choisissant cet intitulé, « Mohamed Ould Abdel Aziz a voulu camoufler une année passée au pouvoir qu’il a pris le 06 aout 2008 par coup d’Etat et non le 05 aout 2009. » Selon l’UFP, « Mohamed Ould Abdel Aziz a voulu passer sous silence, « cette année extrêmement sombre et ne considérer que deux ans d’exercice du pouvoir. »

Les responsables de l’UFP pour montre que cette première année de pouvoir de AzIz a été « destructrice » ont donné quelques exemples. Ils ont cité la SONIMEX « que le président a amené à un déficit de 19 milliards d’ouguiyas, la SOMELEC qui est passé d’un déficit de 16 milliards d’UM au temps de Sidi Oud Cheikh Abdellahi en 2008, à 35 milliards aujourd’hui et les 50 millions de dollars, don d’un pays ami qui ne sont pas passé par le budget de l’Etat. »

Pour l’UFP, Ould Abdel Aziz a affiché, pendant sa prestation à la télé, un air différent de celui qu’il avait montré quand il a pris le pouvoir en 2008. « En 2008, il s’est montré soucieux des difficultés des populations, a décrit un tableau sombre du pays et s’est donné le droit d’apporter sa rectification. » A la télé, pendant son émission, « il avait l’air serein, tranquille, l’air de quelqu’un qui n’avait aucun problème, qui n’avait pas de réponse à l’ensemble des problèmes posés par les citoyens. » Le constat de l’UFP : face à tous ces problèmes soulevés par les journalistes et les citoyens, « Mohamed Ould Abdel Aziz n’a pas laissé d’espoir aux mauritaniens. »

Kadiata malick Diallo et Moustapha Ould Bedredine ont donné ensuite l’avis de leur parti sur les différents sujets sur les quels les président de la République a été interpellé.

- Prix : « fatalisme » « En 2008, quand il a pris le pouvoir, il a bénéficié d’une conjoncture favorable qui lui a permis de baisser les prix. Il avait montré aux citoyens qu’il était venu pour les soulager. Maintenant, pour les prix, il nous dit qu’il ne peut rien faire. Il a affiché un fatalisme en disant que les prix dépendent de l’extérieur et que notre consommation vient de l’extérieur » (…)

- Eleveurs : « attendez la pluie »

Il a été interpellé par les éleveurs à partir de Néma. Avec un sourire qui n’avait pas sa place, il n’a eu comme réponse que « attendez la pluie. » Rien n’est fait alors que d’habitude, il y avait des plans d’urgence à partir du mois de mai…

- Chômeurs et travailleurs « Le rapatriement suffit » C’est l’année ou il y a eu le plus de manifestations de chômeurs, de travailleurs… il n’a pas apporté de réponses. Pour ceux qui reviennent de la Libye et de Cote d’Ivoire, pour lui, il a fait suffisamment d’efforts en les rapatriant.

- L’esclavage « Négation » Il va jusqu’à nier l’esclavage. Les militants anti-esclavagistes ne demandent que l’application de la loi. Ould Abdel Aziz, lui, nie l’existence de l’esclavage alors que les gens apportent des cas concrets au niveau des commissariats de police.

- Enrôlement « Il se moque des revendications… » L’opération d’enrôlement suscite un tollé général. Cette opération, non seulement a été mal ficelée, mais elle est dirigée par un homme qui n’a rien n’à voir avec la fonction publique, avec l’état civil, qui n’a fait que détruire ce qui existait.

Tout le monde est conscient aujourd’hui que cette opération d’enrôlement va vers l’échec. Mohamed Ould Abdel Aziz, lui persiste et signe en disant que ça va passer. Il se moque des revendications des gens qui crient et dénoncent le caractère discriminatoire de cet enrôlement.

- Gazra « Aucune solution » En 2008, Mohamed Ould Abdel Aziz a dit aux gens des Kebbas « Tout le monde va avoir un lopin de terre. » Maintenant, on est empêtré dans cette situation de distribution de terrains et il n’y a pas de solution.

- Dialogue : « Pour un climat favorable » Vous savez que l’UFP est un parti connu pour le dialogue. Personne ne l’ignore. Quand l’opposition demande à Mohamed Ould Abdel Aziz d’appliquer la loi, il (Ould Abdel Aziz) considère que cette opposition veut les résultats du dialogue avant le dialogue.

L’opposition n’a pas posé de conditions préalables. Elle a dit qu’il faut u climat favorable. Et, ce climat favorable requiert l’application de la loi. L’ouverture des medias publics à l’opposition est garantie par la loi. Qui bloque la loi portant libéralisation des ondes ?

(…) On va attendre de discuter avec le président de la République pour accéder aux medias publics ?

Nous avons demandé des élections concertées. Mais depuis 2009, il y a un recul. En 2005, il y a eu des concertations sur le processus électorale et il a été admis d’organiser pour le futur des élections transparentes. Pour cela, il y a des jalons à poser comme un fichier électoral fiable.

Ce fichier qui était déjà contesté en 2009 avec des recours en justice, Mohamed Ould Abdel Aziz veut le prendre comme base de recensement. Ensuite, il y a l’état civil qui a été complètement détruite.

Depuis deux ans personne n’a pu établir une pièce d’identité. Tous les citoyens ont le droit de voter. Qu’est-ce qu’il va faire de ce qui sont en âge de voter depuis deux ans et qui n’ont pas de pièce d’identité ? Il faut aussi une CENI qui va superviser tout le processus.

(…) L’opposition demande aussi la fin de la répression. C’est la loi qui garantit à tous les citoyens le droit de manifester pacifiquement. Pour ça nous n’avons pas besoin de dialoguer. (…)

- Elections « La transparence d’abord, la date après » Il a dit qu’il peut reporter les élections prévues en octobre 2011. C’est comme s’il voulait dire que si l’opposition le lui demande, il pouvait accepter ce report. Nous, nous ne demandons pas le report des élections, nous demandons l’organisation d’élections transparentes et fiables quelque soit la date choisie.

- Armée : « guerre par procuration » Mohamed Oukld Abdel Aziz, de manière illégale, a engagé l’armée dans une guerre en dehors des frontières, sans l’aval du parlement. Et, nous le répétons, c’est une guerre par procuration.

Conclusion : « Tout le monde est mécontent »

En Mauritanie aujourd’hui, il y a une ligne de clivage très nette qui met d’un coté tout le peuple et de l’autre, le président Aziz. Tout le monde est mecontent.

Source : Le Quotidien de Nouakchott

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes