mardi, 21 novembre 2017
 

Mauritanie : L’UFP demande des soins d’urgence pour le leader de l’IRA Biram

Une délégation du parti opposant l’Union des Forces du Progrès (UFP) a effectué dernièrement une visite à la prison d’Aleg. Objectif : rencontrer le président de l’organisation non autorisée l’IRA, Biram Ould Dah Ould Abeid et ses camarades dans l’affaire de Rosso, Brahim Ould Bilal et Djiby Sow, pour s’informer de leurs conditions de détention.

Dans un communiqué rendu public mardi 3 février courant, le parti progressiste, qui remercie les autorités judiciaires d’Aleg pour avoir autorisé la mission de l’UFP de rencontrer le leader de l’IRA à la prison de la capitale du Brakna, a requis des soins d’urgence au profit de Biram Ould Dah Ould Abeid.

Le communiqué ne cite pas les autres codétenus de l’IRA en l’occurrence Brahim Ould Bilal et Djiby Sow dans son appel à des soins d’urgence.

Ce qui a suscité des inquiétudes dans les milieux défenseurs des droits de l’homme, laissant penser que le leader de l’IRA serait visiblement souffrant ou affaibli, au point de susciter cet appel pressant des dirigeants de l’UFP.

Biram Ould Dah Ould Abeid avait souffert pendant un premier emprisonnement en 2013, gardant des séquelles principalement morales d’une détention souvent caractérisées par des conditions pénibles conjuguées au sentiment d’injustice.

Source http://fr.mushahide.com

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes