mercredi, 22 novembre 2017
 

DECLARATION DE TUNIS

Le 26 juillet 2011 s’est tenue à Tunis une rencontre entre le Parti Communiste du Bénin (PCB), le Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie (PCOT), le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire (PCRCI), le Parti Communiste Révolutionnaire Voltaïque (PCRV) et l’Organisation « La Voie Démocratique » du Maroc. Les Partis ont échangé sur la situation internationale, les tâches qu’elle induit pour le prolétariat, les révolutionnaires et les peuples d’Afrique et proposent à signature la déclaration dont le contenu suit :

1°- La crise du système capitaliste et impérialiste qui a surgi en 2007-2008 est une crise structurelle qui a entrainé la remise en cause de l’ultralibéralisme et la remise à l’ordre du jour de la pensée de Karl MARX. Cette crise s’approfondit, frappant de plein fouet les économies de tous les pays du monde, y compris les économies de pays développés comme la Grèce, l’Espagne etc.

2°- Avec l’apparition en force des pays émergents et la crise capitaliste, on assiste à l’exacerbation des contradictions inter-impérialistes d’une part et entre les puissances impérialistes et les pays émergents d’autre part, de manière qu’on tend à une multipolarité de la direction des affaires du monde, à la différence de l’unipolarité hégémonique des Etats- Unis d’Amérique intervenue depuis les années 1990-1992. Cette exacerbation des contradictions appelle à un nouveau partage du monde avec comme conséquences des guerres ayant pour champs d’opérations les pays néocoloniaux et dépendants. L’intervention récente de l’armée française et celle d’autres forces impérialistes en Côte d’Ivoire pour installer un de leur pion (OUATTARA) à la place d’un autre (GBAGBO), l’agression en cours par les forces de l’OTAN, de la France, de l’Angleterre, des Etats-Unis en Lybie sous le prétexte fallacieux d’y installer un régime soi-disant démocratique dévoyant ainsi les aspirations légitimes du peuple libyen à la liberté et à la démocratie, constituent autant d’actes confirmant ce qui est dit plus haut. Les Partis signataires condamnent ces agressions impérialistes contre les peuples de ces pays et appellent à leur cessation immédiate.

3°- L’Afrique qui est l’épicentre des contradictions inter-impérialistes mondiales pour les immenses ressources minières dont elle regorge, subit ainsi de plein fouet non seulement l’effet de ces rivalités inter-impérialistes avec comme conséquences les guerres, mais aussi tous les maux de l’humanité tels que la famine, l’analphabétisme, les maladies, les arriérations de toutes sortes. L’Afrique est de tous les continents, celui le plus asservi et sa libération du joug impérialiste constituera un jalon décisif dans la libération de l’humanité entière. Et cette libération s’annonce de toutes parts sur le continent.

4°- Les Partis signataires déclarent que le défi majeur à relever de façon pressante pour l’émancipation du prolétariat et des peuples d’Afrique consiste en la réalisation de Partis d’avant-garde notamment communistes et au renforcement de leur union sur la base des principes marxistes-léninistes dont le rappel s’impose par ailleurs.

5°- La révolution tunisienne en cours avec pour point d’orgue la fuite du dictateur Ben ALI le 14 Janvier 2011 a inauguré une nouvelle ère de la révolution dans le monde et en particulier en Afrique. Ses répercussions auxquelles on assiste jusque-là dans le monde et en Afrique (En Egypte, au Maroc, au Bénin au Burkina, au Sénégal etc.) montrent aux prolétariats et aux peuples du monde et africains en particulier qu’en se soulevant, les peuples peuvent se défaire de tous les pouvoirs y compris des pouvoirs dictatoriaux aussi puissants soient-ils. Les Partis signataires saluent cette grande victoire du peuple tunisien et l’encouragent à poursuivre la lutte jusqu’au parachèvement total de la révolution. Le PCB, le PCRCI, le PCRV, l’Organisation La Voie Démocratique du Maroc et les autres Partis signataires saluent le PCOT pour sa contribution importante au mouvement qui a conduit au renversement du dictateur Ben ALI ; ils l’encouragent à poursuivre dans cette voie jusqu’au renversement du régime mis en place par ce dernier et l’assurent de leur soutien indéfectible jusqu’à la réalisation de cet objectif. Etant entendu que le meilleur soutien à apporter à la révolution tunisienne est pour chaque Parti, de conduire et de réaliser la révolution chacun dans son propre pays. Le PCB, le PCOT, le PCRCI et le PCRV saluent la lutte initiée au Maroc par le mouvement du 20 février pour exiger une constitution démocratique choisie par le peuple. Ils dénoncent la répression du Makhzen contre le mouvement et expriment leur entière solidarité avec les camarades de la Voie Démocratique et le mouvement du 20 février. Le PCB, le PCOT, le PCRCI, le PCRV, l’Organisation La Voie Démocratique du Maroc et les autres Partis signataires de la présente Déclaration, appellent les communistes, les révolutionnaires et les patriotes africains à se constituer partout sur le continent africain en de véritables Partis d’avant-garde notamment en des Partis Communistes en vue de conduire les luttes émancipatrices en cours et à venir du prolétariat et des peuples africains afin qu’ils se libèrent du joug des impérialistes et de l’exploitation capitaliste.

Fait à Tunis le 26 Juillet 2011

- Parti communiste du Bénin (PCB)
- Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT)
- Parti communiste révolutionnaire de Côte d’Ivoire (PCRCI)
- Parti communiste révolutionnaire Voltaïque (PCRV, Burkina Faso)
- La Voie Démocratique (Maroc)

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes