vendredi, 16 novembre 2018
 

PROPARCO finance la marchandisation de l’éducation en Afrique

Déclaration de la Commission Afrique du Parti de Gauche

Fondée en 2008, la start-up Bridge International Academies, filiale de l’entreprise américaine NewGlobe Schools Inc. – lancée au Kenya par deux américains – a ouvert 460 écoles privées à bas coût en Afrique, principalement au Kenya, mais aussi en Ouganda et au Nigeria. Or aujourd’hui, ces établissements sont de plus en plus controversés. Ce 1er mars, 88 organisations de la société civile du monde entier ont envoyé une lettre aux investisseurs de BIA pour leur demander de cesser leur soutien à cette start-up. Parmi les destinataires, on compte le patron de Facebook Mark Zuckerberg et le fondateur de Microsoft Bill Gates, dont les fondations sont des investisseurs directs. Mais l’on retrouve aussi des investisseurs indirects, comme la Banque européenne d’investissement (BEI) ou encore Proparco, une filiale de l’Agence française de développement (AFD) dédiée au secteur privé. Ces derniers ont investi dans le fond Novastar Ventures qui soutient Bridge International Academies. Les ONG mettent en cause un manque de transparence, un enseignement au rabais et un non-respect de la loi dans certains pays.

Pour assurer une éducation préscolaire et primaire à faible coût dans les quartiers pauvres, Bridge a conçu un modèle verticalement intégré. Celui-ci comprend des ressources pédagogiques continuellement ajustées, des modalités de recrutement et de formation différentes pour les enseignants, le recours aux technologies et à des économies d’échelle. L’objectif : proposer une éducation de qualité à prix abordable. L’entreprise gère aujourd’hui 460 écoles et compte plus de 100 000 élèves alors que son business model prévoit qu’avant même de générer des bénéfices, l’entreprise doit recruter 500 000 élèves.

Des enseignements proposés contre 6,5 à 8,4 dollars mensuels au Kenya, fournitures et livres inclus. Montants auxquels doivent s’ajouter les frais de nourriture pour chaque jour passé à l’école (7,5 US$ par mois), les frais annuels d’admission, les frais d’examen et le coût de l’uniforme imposé. Résultat : une scolarisation qui s’élève jusqu’à 20 US$ par mois par enfant. Un budget signifiant pour les familles souvent nombreuses auxquelles s’adressent BIA en s’implantant dans les quartiers difficiles des pays pauvres. Rappelons que 50% des foyers kenyans gagnent moins de 75 US$ par mois (données 2012/2013). Le paiement régulier est une condition d’accès aux écoles de BIA pour tous les élèves, et les cas d’exclusion liés à l’impossibilité d’acquitter les droits de scolarité sont nombreux.

Les enseignants recrutés par BIA ne bénéficient d’aucun statut, ce qui pose un réel problème quant à la reconnaissance de leurs droits. Ils ne disposent en général d’aucune certification, et se voient offrir une formation de maximum 5 semaines par l’entreprise. BIA affirme rémunérer ses enseignants entre 100 et 120 US$ par mois pour 10h de travail approximativement par jour, 6 jours sur 7. Un salaire nettement inférieur à celui des enseignants du public (titulaires d’une certification après 2 ans de formation) qui sont payés environ 160 US$. En plus des heures passées à l’école, les enseignants se voient confier la tâche de prospection active de nouveaux élèves (porte à porte).

Outre l’absence de statut reconnu, les enseignants ne bénéficient d’aucune liberté dans l’exercice de leur travail. Tous les contenus éducatifs sont transmis via une application sur tablette numérique qui permet d’imposer un planning prédéfini (identique dans tous les établissements) et de contrôler précisément l’activité de chaque enseignant. Les professeurs ne sont intégrés ni à la conception des contenus ni à celle des activités pédagogiques.

La qualité des écoles de BIA est globalement médiocre : toits en tôle source de forte chaleur, absence d’électricité, mobilier insuffisant pour le nombre d’élèves présents, absence ou mauvaise qualité des sanitaires. Pour ne pas avoir à financer de cours de récréation, Bridge se met souvent en relation avec des institutions gouvernementales, religieuses ou des particuliers afin d’accéder à des terrains de jeux. Ces caractéristiques sont préoccupantes pour la sécurité des enfants et contreviennent aux conditions communément admises pour un apprentissage de qualité.

L’approche systématisée de BIA pose de nombreuses questions quant à la qualité des contenus et méthodes d’enseignement, notamment sur le plan de leur adaptation aux spécificités locales, de la nécessaire approche différenciée en fonction du rythme et des capacités des élèves, de l’intégration d’activités favorisant l’initiative et la participation active des élèves.

Les écoles de BIA ne satisfont pas aux normes nationales des pays où elles sont implantées, et leur implantation se fait parfois contre la volonté de l’Etat et la législation en vigueur. Au Kenya, la majorité des écoles de BIA ne sont pas enregistrées auprès du Ministère de l’éducation, des sciences et des technologies, et ne remplissent pas les conditions établies par le Ministère pour ouvrir un établissement d’éducation non-formelle. En 2014, le gouvernement Kenyan a demandé à la BIA de stopper son expansion dans le pays jusqu’à l’examen de son modèle par les pouvoirs publics, injonction qui n’a pas été suivie d’effet. En Ouganda, la ministre de l’éducation a pris la décision (confirmée par la Cour Suprême du pays en novembre 2016) de fermer toutes les crèches et écoles de BIA dans le pays sur la base d’un rapport prouvant la négligence des normes nationales d’hygiène et de sécurité.

Le Parti de Gauche s’insurge doublement : quand des organisations à but lucratif pénètrent les secteurs traditionnellement considérés comme des « biens publics », tels que l’enseignement préscolaire et primaire ; et lorsque une filiale d’un organisme public français s’autorise à investir dans de des entreprises contrevenant aux principes républicains.

Le Parti de Gauche dénonce cette rapacité de ce système capitaliste qui vient prendre dans la poche des plus démunis le peu qu’ils ont.

Le Parti de Gauche rappelle que Jean-Marie le Guen, avait déclaré à l’occasion du lancement du rapport annuel du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) sur le développement humain que « la France agira contre toutes les tentatives de marchandisation de l’éducation » dans la coopération internationale.

Le Parti de Gauche dénonce le silence du gouvernement actuel face à cette situation et exige que PROPARCO renonce à cet investissement incompatible avec le respect des droits humains.

Pierre Boutry

Source : http://afpafricaine.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes