samedi, 25 novembre 2017
 

QUAND LA JEUNESSE SE MET DEBOUT …

« QUAND LA JEUNESSE SE MET DEBOUT …, ELLE NE DÉTRUIT PAS, ELLE BÂTI UN MONDE MEILLEUR ; UN MONDE DE RESPECT DES DROITS HUMAINS ET DE LIBERTÉ. QUAND LA JEUNESSE SE MET DEBOUT ELLE INNOVE, ELLE CRÉE, ELLE AVANCE … »

Les mouvements Filimbi (représenté par Floribert Anzuluni, Coordonnateur), Y’en a marre, Balai CItoyen, CAR, Les Sofas du Mali,… se sont retrouvés pendant deux jours, le 30 juin et le 1 juillet 2015, en marge du festival Ciné Droit Libre à Ouagadougou. La rencontre avait pour objectif de renforcer les capacités organisationnelles des mouvements de jeunes et web-activismes menés par des artistes, en matière de défense des droits humains, des droits de la liberté et d’expression, à la défense des processus démocratiques.

Créé en 2005 par l’association Semfilms, « Ciné Droit Libre » est l’un des plus grands festivals de films sur les Droits Humains et la liberté d’expression en Afrique organisé autour d’une série d’activités cinématographique, artistique et de formation. Né surtout dans un contexte où la liberté d’expression au Burkina Faso était bâillonnée, Semfilms est arrivée à sensibiliser, conscientiser et responsabiliser la jeunesse burkinabè à travers des activités et rencontres pleines d’expériences sur les droits humains et la liberté d’expression.

2014, année des 10 ans du Festival avec un thème fort « I have a dream » marque un moment historique pour le Burkina Faso : le départ de Blaise Compaoré. Un départ qui s’est fait sous l’action de la jeunesse conduit par des OSC, des partis politiques et des Mouvements de jeunes dont le Balai Citoyen .Ce dernier mouvement est né durant la 9ème édition du festival Ciné Droit Libre en 2013, pour dénoncer la mauvaise gouvernance du régime Compaoré et conscientiser la jeunesse sur la nécessité de se mettre debout pour contribuer au changement.

Face à l’échec des dirigeants politiques à développer les pays africains et à satisfaire aux besoins des jeunes en termes d’emplois, de formation et d’amélioration de vie, après une grande déception des vagues de démocratisation des années 1990, face à une recrudescence des révisions anticonstitutionnelles pour s’éterniser au pouvoir, une nouvelle jeunesse consciente s’est assumée et veut désormais jouer un rôle de sentinelle démocratique. Elle manifeste sa volonté d’un changement en Afrique et travaille à défaire les vieux systèmes. Débout chaque jour, elle œuvre à la fin de l’obscurantisme et a une prise de conscience pour la prise en main du destin du continent africain.

C’est en harmonie et en parfait accord avec ce contexte que le festival « Ciné Droit Libre » connu pour son engagement pour la jeunesse, voudrait accorder une place de choix à cette frange de la population, espoir du continent et de l’humanité.

La 11ième édition du festival a été une invitation à la réflexion à travers le thème : « Quand la jeunesse se met débout… ».

De Dakar à Djibouti, de Banjul à Bujumbura, de Bamako à Brazzaville et de Ouagadougou à Kinshasa , les jeunes veulent voir le changement à la tête des États, les jeunes qui pour la plupart des cas constituent plus de 60% de la population, veulent prendre leur destin en main, ils veulent des changement dans la manière de gouverner, des changements des modèles de développement, des changements dans le système éducatif etc. en somme, les jeunes veulent un nouveau type de citoyen et un nouveau type d’Africain.

Quelles sont les stratégies d’actions pour atteindre ces nobles objectifs ? Quelles alliances stratégiques ? Quelles concessions dans les négociations pour les changements. Comment se financent les actions des mouvements citoyens ? Quels liens avec les nouvelles stratégies de communication, quels usages des nouvelles technologies ?

Parmi ces mouvements nous pouvons citer le Balai Citoyen (Burkina Faso), Y’En A marre (Sénégal), Tournons la page (Togo, Gabon), Filimbi (RDCongo), Plus Jamais ça (Mali), Les Sofas (Mali) et un certain nombre d’artistes engagés en tant qu’ambassadeurs de la liberté d’expression dans le cadre du programme ARTWATCH de Arterial Network (Didier Awadi, Soum Bill, Monza etc).

Les leaders de ces mouvements sont pour la plupart des artistes, des journalistes ou des jeunes cadres bien formés et sachant utiliser parfaitement les nouveaux médias. Au regard donc du thème du festival, Semfilms souhaite créer un espace de rencontres et d’échanges d’expériences entre ces mouvements auxquels seront associés des bloggeurs et spécialistes des réseaux sociaux.

THÈMES

Autour de la thématique de la 11éme édition « Jeunesse et changement politique en Afrique »

Formulation : « Quand la jeunesse se met debout ! »

CONTENU DE LA RENCONTRE

a. Faire Connaissance avec les Droits Humains (en partenariat avec ARTWATCH)
- Introduction aux Droits Humains
- La notion du pouvoir et sa relation avec les droits humains
- Les obligations de l’État - Comment mettre les Droits de l’Homme au centre de nos actions ?

b. Connaissances des mouvements
- Présentation des différents mouvements de jeunesse (connaissance et partage d’expériences)
- Expérience du mouvement Y’ En Marre dans la réussite des élections en 2012 au Sénégal
- Expérience du Balai citoyen
- Présentation du rapport du collectif « Tournons la Page »
- Regards critiques sur les mouvements citoyens en Afrique : défis, risques et limites

c. Échange avec les mouvements de la jeunesse, des ONG et organisations des droits de l’homme et la liberté d’expression

d. Formation avec les blogueurs et cybers activistes (Expériences des TIC, contribution des nouveaux médias dans le changement)

DANS LA DÉCLARATION DITE DE OUAGADOUGOU LES PARTICIPANTS A CETTE RENCONTRE EXIGE A L’UNANIMITÉ LA LIBÉRATION SANS CONDITION DE NOS DEUX HÉROS FRED & YVES QUI SONT TOUJOURS INJUSTEMENT ET ILLÉGALEMENT DÉTENUS !!!

Suivez- nous sur la page Facebook du collectif, nous allons publier quelques moments forts (vidéos, photos, documents) de cette importante rencontre : https://www.facebook.com/pages/Fili...

Pour la Coordination du collectif FILIMBI, Franck OTETE DJAMBA Chargé de la Communication et Stratégie

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes