vendredi, 21 juillet 2017
 

VENTE DE MATÉRIEL DE SURVEILLANCE A DES RÉGIMES AUTORITAIRES : L’IMPUNITÉ DOIT CESSER !

Championne française de la surveillance, l’entreprise Amesys se retrouve au cœur d’un nouveau scandale. Elle fournit, depuis mars 2014 et avec la « bénédiction » des autorités françaises compétentes, un système de surveillance électronique au régime égyptien, qui pourrait lui permettre de mieux traquer ses opposants à des fins de répression. C’est ce que révèle ce jour l’enquête de Telerama.

En 2011, Amesys avait déjà vendu un système de surveillance similaire au régime libyen de Khadafi, qui l’avait utilisé afin de cibler, arrêter et torturer des activistes et des opposants. Six victimes libyennes se sont constituées parties civiles et sont soutenues par la FIDH et son organisation membre en France, la LDH, dans cette affaire.

Pour la FIDH mettre dans les mains du régime Sissi de tels outils de traque et de surveillance des opposants, alors que la répression bat son plein, pourrait être de nature criminelle. Notre organisation demande à la justice française d’étendre l’enquête en cours sur la vente à la Libye au soutien apporté à l’appareil répressif égyptien.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes