mercredi, 15 août 2018
 

10000 Signatures pour réclamer « Justice pour Thomas Sankara, Justice pour l’Afrique »

A l’approche du 25eme anniversaire de l’assassinat de Thomas Sankara, de nombreux citoyens issus de différents pays continuent de signer l’appel « Justice pour Sankara Justice pour l’Afrique ». De partout, monte l’exigence de la vérité et de la justice.

Le Président Thomas Sankara aurait 63 ans s’il n’avait pas été assassiné par les hommes de Blaise Compaoré, l’actuel président du Burkina Faso et de Gilbert Diendéré, son chef d’Etat Major particulier. Ce dernier a été élevé au rang de chevalier dans l’Ordre national de la légion d’honneur française lors d’un séjour en France en mai 2008.

Le Président Thomas Sankara représentait l’espoir de tout un continent et il incarne aujourd’hui, en Afrique comme ailleurs, le modèle du dirigeant, résolu, intègre, courageux et créatif. Il dérangeait par ses prises de position sans concession contre la domination des puissances occidentales, tandis qu’il mettait en place un nouveau mode de développement alternatif autocentré, basé sur une juste répartition des richesses et une véritable coopération au service du peuple burkinabè.

Depuis, de nombreux témoignages accréditent la thèse d’un complot international (voir le dossier, en cours d’actualisation, à l’adresse http://www.thomassankara.net/spip.p...).

Blaise Compaoré est aujourd’hui connu pour son implication dans les conflits au Libéria et en Sierre Leone comme l’ont confirmé de nombreuses déclarations durant le procès de Charles Taylor. Il a ensuite abrité et soutenu les rebelles en Côté d’Ivoire, et on s’interroge maintenant sur le rôle qu’il joue dans le conflit actuel au nord du Mali. On le présente pourtant comme un exemple dans les réunions internationales, notamment à l’ONU, en saluant son talent de « médiateur ». Des lobbies puissants, en France et aux Etats-Unis se sont organisés pour défendre son image sur la scène internationale. Et pour cause, ce sont deux pays cités par les témoins libériens comme ayant participé au complot mené contre le président Thomas Sankara. Blaise Compaoré vient encore d’être reçu avec les honneurs par le nouveau président de la république française. A quand la rupture avec le Françafrique ?

Nous appelons les citoyens, les partis et les associations à amplifier la campagne par de nouvelles initiatives publiques en particulier au Burkina Faso, aux Etats-Unis pour que la lumière soit faite sur l’implication de la CIA et en France pour qu’une enquête parlementaire s’ouvre sans tarder, mais aussi dans tous les autres pays où Thomas Sankara représentait un modèle de dirigeant.

Nous appelons de nouveau les journalistes à se lancer dans des investigations, les historiens à se lancer dans de nouvelles recherches, les documentaristes et à produire de nouveaux films, afin que l’on arrive enfin à connaitre toute la vérité sur l’assassinat de Thomas Sankara.

Le réseau international « Justice pour Sankara Justice pour l’Afrique »

Le 1er octobre 2012, à Ouagadougou, Paris, Berlin, Madrid, Turin, Liège et Bamako.

Contact : contactjusticepoursankara @ gmail.com

Source : http://www.thomassankara.net

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes