mercredi, 20 septembre 2017
 

APE : De Tunis à DAKAR, résister contre le libre échange

Le samedi 28 mars dernier s’est terminé le Forum Social Mondial (FSM) qui s’est tenu à Tunis. Lors de ce FSM les Accords de Libre Échange (ALE), principalement les Accords de Partenariat Économique (APE), ont occupé une place particulière dans les échanges et réflexions.

Ces échanges et réflexions ont permis de confirmer un certain nombre de choses :
- les APE sont un accord de libre échange néo libéral avec comme objectif de pousser plus loin encore la semi colonisation des pays d’Afrique
- les APE servent à contrer les BRICS
- les APE n’ont aucun intérêt pour les pays africains
- les acteurs qui s’activent contre les APE à un niveau international et sous-régional doivent s’unir à l’échelle nationale
- l’aristocratie syndicale est à combattre dans nos organisations pour une lutte conséquente, démocratique et populaire contre les APE
- l’UE est réactionnaire. Il faut la supprimer Ce FSM a aussi permis de mieux entrevoir d’autres facettes des APE et de la lutte à leur opposer :
- l’APE a un caractère de classe
- la « démocratie » bourgeoise est un leurre qui sert les intérêts bourgeois. Le processus vers les ALE est d’un manque de transparence dans les pays de l’UE, au sein de l’UE comme dans les pays africains
- la lutte contre les ALE, et les APE est éminemment politique. La lutte contre les APE est le pendant économique et social d’une lutte politique pour l’indépendance de nos pays en Afrique et contre le capitalisme au Nord. Les plateformes nationales contre les ALE et les APE doivent appeler, et dès maintenant, au rejet des candidatures soumises à l’UE et à ses ALE lors des prochaines élections présidentielles qu’il faut utiliser comme tribune anti- APE, notamment par la promotion de candidatures anti APE
- les pays de la CEDEAO qui arguent des cas du Ghana et de la Côte d’Ivoire et de l’intégration sous-régionale pour signer l’APE peuvent instituer une Taxe Anti APE de 0,2017% sur toutes les importations hors Afrique de l’Ouest, solution infiniment moins coûteuse que les conséquences criminelles de l’APE

C’est pourquoi, il y a nécessité urgente de l’édification d’une alliance aux échelles nationale, sous-régionale, africaine et internationale contre les ALE. Cette alliance renforcerait la massification et la rationalisation de la lutte contre les ALE.

L’organisation de manifestations, à travers le monde, pour s’opposer aux ALE dans l’intervalle du 11 au 22 avril et exprimer le désaccord des peuples face à ces accords néo libéraux, le Global Trade Day, participe de cette édification.

Dans la perspective de cette alliance ci-dessus évoquée, le mouvement contre les APE au Sénégal organise le mardi 21 avril une rencontre d’échange et de mise à niveau sur les APE. Ce sera une participation à ce concert mondial d’opposition aux plans de recolonisation de nos pays par les multinationales et la triade (UE, EU, Japon).

En écho à Jean Jaurès qui, il y a cent ans, disait : « le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage », Yash Tandon, qui était au FSM, a publié : « Trade is war ». Comment ne pas lui donner raison ? Sans les APE, le commerce actuel imposé par le capitalisme donne des chiffres génocidaires dans un pays comme le Sénégal. 33.000 enfants de moins de 05 ans y meurent tous les ans. Soit 93 enfants par jours. Pour la dialyse, il y a entre 40 à 50 générateurs au Sénégal alors que d’autre pays ayant la même population que le Sénégal ont entre 560 à 600 générateurs. Il y a un peu plus de 500 dentistes au Sénégal soit un ratio d’un dentiste pour 30.000 habitants alors que pour l’OMS les normes sont d’un dentiste pour 10.000 habitants. A Ziguinchor, une des régions du Sénégal, c’est 1 sage femme pour 3.335 femmes en âge de reproduction alors que l’OMS recommande 1 sage-femme pour 300 femmes…

Qu’en sera-t-il si l’APE de l’Afrique de l’Ouest est adopté ? Comment dans ces conditions, le Sénégal, un parmi les pays les moins avancés (PMA), qui n’est donc pas obligé de signer l’APE, peut-il voir son gouvernement défendre l’idée d’une signature suicidaire ?

Ces gouvernants devraient méditer Ulysse Grant qui déclarait : « Pendant des siècles, l’Angleterre s’est appuyée sur le protectionnisme, a mené à l’extrême cette politique et en a obtenu des résultats satisfaisants. Il ne fait aucun doute que c’est à ce système qu’elle doit sa force actuelle. Après deux siècles, l’Angleterre a trouvé commode d’adopter le libre-échange, car elle pense que la protection ne peut plus rien lui offrir. Très bien, Messieurs, ma connaissance de notre propre pays m’amène à croire que, dans 200 ans, quand l’Amérique aura obtenu du protectionnisme tout ce qu’elle peut offrir, elle sera elle aussi en faveur du libre-échange ».

L’Afrique serait-elle condamnée à être le seul continent dirigé par une élite servile, crétine ? L’Afrique serait-elle condamnée à ne suivre que cette bourgeoisie qui « (…) se détourne de cette voie héroïque et positive, féconde et juste, pour s’enfoncer, l’âme en paix, dans la voie horrible, parce qu’antinationale, d’une bourgeoisie classique, d’une bourgeoisie bourgeoise, platement, bêtement, cyniquement bourgeoise » ? (FANON)

La déclaration de Ngozi Okonjo-Iweala, ministre des Finances du Nigeria, montre que tout espoir n’est pas perdu. « Nous observons les APE mais nous ne les signerons pas sous leur forme actuelle. Le Nigeria dispose d’un marché intérieur très important et il a la capacité de produire beaucoup. Nous ne voulons pas rester dépendants des importations et préférons éviter que les APE nous empêchent de devenir un centre de production. Lorsque vous importez, vous exportez de l’emploi ».

C’est nous qui avons chassé Ben Ali, Moubarak, Wade, Compaoré…Nous sommes les héritiers de ceux qui ont arraché leurs indépendances et de ceux qui imposé les « décolonisations », qui ont mis un terme à l’Apartheid politique en Afrique du Sud… Ils continueront à mobiliser un trésor d’ingéniosités contre les peuples et les travailleurs. Les peuples et les travailleurs sauront faire face. La lutte continue. Nous vaincrons les APE !

Guy Marius Sagna

Coordonnateur de la Coalition Nationale NON AUX APE

Dakar, le 17 avril 2015

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS

"Areva au Niger : un environnement sacrifié"[tiré de Survie France le 19 septembre 2017]

Liberté coloniale[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Mo Ibrahim tacle la France[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Ouattara dans de bonnes mains[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Milices européennes[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Sessions de rattrapage[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Soutien français à la déforestation[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

Non merci[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ...

Thèmes