mardi, 20 février 2018
 

XXVe sommet Afrique-France : un de plus, un de trop

Comme il l’avait annoncé, Sarkozy a tenté de faire de cette grande messe françafricaine un nouveau symbole de sa prétendue politique de rupture. Mais derrière les effets d’affichage, la volonté de domination économique et politique reste inchangée.

Les débats entre chefs d’Etat étaient organisés autour de trois questions principales : la place de l’Afrique à l’ONU, le climat et les questions sécuritaires. L’Union africaine réclame la création au conseil de sécurité de deux nouveaux membres permanents et de deux membres non permanents attribués à l’Afrique. La diplomatie française appuie officiellement cette demande mais se contente en fait de promettre des « initiatives » en vue de parvenir à « titre intérimaire » à la création d’un statut de membre « semi-permanent » sans droit de véto. Concernant le réchauffement climatique, la déclaration finale formule le voeu pieux de 100 milliards de dollars que les pays riches devraient verser chaque année, mais à partir de 2020 seulement, et évoque « le principe d’une taxe sur les transactions financières internationales », mais pour le principe seulement, puisque les seuls mécanismes réellement encouragés relèvent du marché carbone. Enfin la France a rappelé sa volonté d’être associée à la formation des futurs soldats africains pour « le maintien de la paix » : manière hypocrite de poursuivre sa politique d’influence sur les armées africaines, de promouvoir son matériel et de légitimer le maintien de sa présence militaire.

Voici du moins pour les conclusions publiques, puisque l’ensemble de ces débats a été mené à huis clos, de même que les discussions économiques, même les plus anodines en apparence, auxquelles étaient conviées les principaux patrons français et quelques entreprises africaines. Ceci constituait en effet la véritable nouveauté de ce sommet dédié au business. Face à l’accroissement de la concurrence internationale en Afrique, la France entend conserver ses positions dans le « pré carré » francophone et s’implanter plus fortement dans le reste du continent, qui n’est vu que comme un gigantesque réservoir de matières premières et un marché de nouveaux consommateurs potentiels. Pour redorer l’image désastreuse des multinationales françaises en Afrique, une charte contre la corruption a été adoptée, qui restera bien entendu purement décorative.

Aucun débat en revanche sur le respect des droits démocratiques et sociaux. Les vraies revendications des populations africaines ont été comme d’habitude soigneusement éludées. Et pour cause : ces sommets comptent toujours bon nombre de dictateurs ou de représentants de régimes autoritaires qui profitent du soutien français. En la matière, les grandes déclarations sur un « nouveau partenariat », une « nouvelle étape » ou une « nouvelle période » que voudrait impulser la politique africaine de la France relève désormais de l’exercice de style obligé. Mais la seule traduction symbolique aura consister à supprimer le traditionnel « dîner des amis » réunissant autour du président français les chefs d’Etats francophones et Sarkozy s’est volontiers affiché avec des chefs d’Etats anglophones, comme lors de la conférence de presse finale. Il a néanmoins fait passer des messages rassurants à « ses » dictateurs, qu’il retrouvera d’ailleurs le 13 juillet prochain à Paris. Leurs armées, dont certaines se sont illustrées encore récemment par des crimes commis avec la complicité de l’armée française, défileront en effet le lendemain sur les Champs Elysées.

Robin Guébois

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes