samedi, 26 mai 2018
 

Bulletin Afriques en lutte mars avril 2010

PDF - 2.1 Mo

Edito : Eric Zemmour, ou l’écume d’une (in)conscience coloniale française

Il règne depuis deux ans un climat assez délétère en France. Celui-ci est officialisé depuis le fameuxministère d’une identité assez vague. La parole d’élu-e-s de la République s’est libérée, souvent considérée comme de « simples dérapages », alors qu’en réalité elle n’est que la triste révélation de leurs pensées lesplus profondes. Comme le dirait un vieux borgne « Je dis tout haut, ce que tout le monde pense tout bas ».

Tout le monde ? Pas si sur. Et pourtant ….Un triste sire, sévit depuis quelques temps sur les de plateaux deradio-télévision, publique et privée, pour calomnier et stigmatiser Noir-e-s et Arabes et faire du racisme son principal fond de commerce. Et oui, par les temps qui courent, mieux vaut ne pas parler des vrais sujets de société, comme la crise sociale. Comme le dit si bien Ibra Kadhy Ndiaye (1), au-delà de ses outrances et ses erreurs, Zemmour, n’est que le reflet de l’inconscient colonial français. Il nous diverti, mais au fond c’est pire.

Au nom de la liberté d’expression il participe au développement une pensée mensongère, celle que l’ennemi est aussi de l’intérieur. Et Monsieur, aujourd’hui se dit victime d’un Maccarthysme moderne. Problème : n’est pas Henry Miller qui veut. Dans une mentalité impérialiste, la position d’un tel individu s’explique. La domination, culturelle, persiste. Ce n’est pas tant le personnage qui importe, mais le système ambiant qui permet l’hypermédiatisation d’un médiocre qui cherche son heure de gloire. Et ce médiocre-là, fait très mal. D’un mal sousjacent, dont on ne percevra pas de suite les conséquences dramatiques. Et on ne peut que donner raison à certains écrivain-e-s. La France de Sarkozy est vraiment monstrueuse.

Aujourd’hui, en Sarkoland, être noir-e ou d’origine maghrébine, c’est porter éternellement la carte de séjour sur son visage, c’est un crime. C’est être la cible politico-médiatique idéale d’individus au service de la pensée capitaliste. On est toujours redevable ou coupable de quelque chose, surtout dans l’inconscient collectif. Selon Pascal Bruckner, le philosophe néo-conservateur, il serait grand temps que l’homme blanc cesse de verser des sanglots sur la colonisation en général et en particulier l’Afrique. Certes, peut-être a-t-il raison, mais force est de constater que les crocodiles sont bien présents parmi les dirigeants français. Les mêmes, patrons de presse et dirigeant-e-s de multinationales coloniales, mais dont Zemmour se garde de dénoncer les méfaits et pour cause …En cette année de célébration du cinquantenaire des « indépendances » africaines, il me vient une pensée. Après le discours de Dakar de Sarkozy, Zemmour nous offre celui de « Château-Rouge » version à peine remaniée du premier. On ne nait pas raciste. Mais quand on le devient, c’est pour la vie.

Avec Albert Camus, essayons d’élever notre pays en élevant son langage. Zemmour, lui s’est arrêté à Flaubert et n’a jamais entendu parler des trois Dumas.

Mariam Seri-Sidibe

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes