Vous êtes ici : Accueil » Afrique australe » Comores » COMORES : Deux journalistes interpellés et placés sous contrôle (...)

COMORES : Deux journalistes interpellés et placés sous contrôle judiciaire

D 2 février 2020     H 04:00     A Reporters sans frontières     C 0 messages


Reporters sans frontières (RSF) condamne l’arrestation arbitraire de deux journalistes comoriens et leur placement sous contrôle judiciaire depuis lundi pour “troubles à l’ordre public”. A quelques jours des élections législatives, RSF demande aux autorités de ne pas prendre les journalistes et les médias critiques pour cibles comme lors de l’élection présidentielle de 2019.

Alors qu’ils étaient en route pour couvrir un rassemblement de l’opposition, Ali Mbaé, journaliste au quotidien Masiwa Komor et le blogueur Oubeidillah Mchangama ont été arrêtés par la police à Koimbani, au centre-est de la Grande Comore, samedi 11 janvier. Après avoir passé le week-end en garde en vue au commissariat de Moroni, ils ont été entendus devant un juge lundi. Accusés de “troubles à l’ordre public”, ils sont ressortis libres mais placés sous contrôle judiciaire. Ils ont désormais l’interdiction de quitter l’île, de communiquer sur les réseaux sociaux et doivent pointer au poste de police chaque semaine.

Les forces de police avaient déjà arrêté le matin même plusieurs des organisateurs du rassemblement et bloqué la place sur laquelle il devait avoir lieu, empêchant la tenue de l’événement. Le premier tour des élections législatives, prévu dimanche 19 janvier, est boycotté par l’opposition.

“A quelques jours d’élections importantes, il est indispensable que les journalistes et les médias puissent travailler librement et ne fassent pas l’objet d’intimidations lorsqu’ils souhaitent couvrir des manifestations organisées par l’opposition, estime Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. La reproduction de la séquence qui a suivi l’élection présidentielle de 2019 et en marge de laquelle RSF avait déjà déploré de nombreuses atteintes à la liberté de la presse enverrait un très mauvais signal. La crédibilité d’un scrutin est étroitement lié à la liberté et l’indépendance dont peuvent jouir les journalistes qui souhaitent le couvrir.”

La réélection contestée par l’opposition du président Azali Assoumani le 24 mars dernier avait été émaillée par plusieurs intimidations et agressions de journalistes. Le journaliste Toufé Maecha avait été arrêté et accusé d’être “un espion de l’opposition”. Deux journalistes français Louis Witter et Cyril Castelliti avaient également été arrêtés et interrogés pendant une journée. Des journaux avaient été directement censurés par les forces de sécurité. Dans ce climat, les professionnels des médias comoriens avaient décidé de boycotter les activités du gouvernement pendant deux semaines.

Les Comores occupent la 56e place au Classement mondial pour la liberté de la presse 2019 de RSF.

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  AFRIQUE AUSTRALE : La lutte contre le trafic d’êtres humains à la traîne derrière les engagements


5 articles au hasard

1.  Afrique du Sud : les permanences d’un Etat d’apartheid et la rupture

2.  Le CADTM dénonce l’imposture de l’aide internationale pour le Mali

3.  Mauritanie - L’UFP « parti d’intellectuels » : qu’est ce qui se cache derrière cette appellation ou ce qualificatif ?

4.  Les propriétaires terriens privés soulèvent l’indignation au Sénégal

5.  Le rapport BRAZZA : Crimes coloniaux et secrets d’État


Les plus populaires

1.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

2.  Afrique du sud : The Lives of Women & Girls Are Not Respected

3.  Djibouti : Protection citoyenne pour Mohamed KADAMY

4.  Agenda des actions africaines en région parisienne d Avril 2015

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe