Vous êtes ici : Accueil » Afrique australe » Comores » Déjà 7 semaines de grève à Orange Mayotte pour une prime de vie (...)

Déjà 7 semaines de grève à Orange Mayotte pour une prime de vie chère

D 14 septembre 2015     H 05:19     A     C 0 messages


Malgré une ordonnance du tribunal de Mamoudzou, la grève se poursuit à Orange Mayotte. Les travailleurs veulent une prime de vie chère comme dans les autres départements d’outre-mer. Un communiqué du syndicat SUD fait le point sur la situation.

La grève contestée sur la forme

Le TGI de Mamoudzou a contesté rendre sourdes et aveugles nos dans son ordonnance du 08 septembre 2015 la forme de la grève suivie à Mayotte par une majorité des – salarié-es grévistes depuis plus de 7 semaines. Nous nous réservons le droit de faire appel mais les grévistes, tenu-es de ne plus se faire entendre trop près des sites de la direction, ont décidé en assemblée générale de poursuivre la lutte.

Comment comprendre la direction ?

Le compromis accepté par les services d’orange et les syndicats pour Mayotte le 5 Mai 2015 avait été jeté par le directeur régional. Depuis, il a multiplié les propositions contradictoires. Il a même accepté quelques minutes, devant l’inspection du travail, la prime revendiquée jusqu’à expertise… avant d’oublier. Plus tard, devant la préfecture, il a enfin accepté une rétroactivité à 2011 qui était légitimement due aux mahorais-es d’Orange.

La juste prime

De l’avis général, le coût de la vie à Mayotte est supérieur. Les milliers de kilomètres qui séparent Mayotte de La Réunion et plus encore de la métropole doivent rendre sourdes et aveugles nos directions. Les grévistes réclament qu’on leur rende justice comme dans tous les autres DOM.

C’est quand qu’on discute ?

De son côté Sud a montré à tous les niveaux sa volonté d’obtenir des négociations loyales et sincères. La dignité des femmes et des hommes au service d’Orange et du public est bafouée. Dans leur 7e semaine de grève, les salarié-es grévistes n’entendent pas rentrer sans avoir été entendus. La grève doit se conclure par un protocole de sortie de crise.

Sud veut faire en sorte que des discussions préalables sur tout ce qui persiste à faire obstacle à la reprise du travail soient entamées au plus vite.

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  BLOCO DEMOCRÁTICO EXIGE INVESTIGAÇÃO PROFUNDA PARA O RAPTO DE MÓNICA ALMEIDA

2.  Togo : L’ANC exige la libération immédiate et sans condition du Pasteur Edoh Komi

3.  Ouganda : Acharnement policier contre le défenseur des droits humains Justus Orishaba Bagamuhunda

4.  Le comité marocain de suivi du 20 février appelle à un rassemblement contre l’ingérence de la France au Maroc

5.  Malawi : La répression sanglante lors de manifestations pacifiques fait dix-huit morts


Les plus populaires

1.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

2.  Afrique du sud : The Lives of Women & Girls Are Not Respected

3.  Kenya : MATHARE YOUTH DIALOGUE ON EXTRA JUDICIAL KILLINGS

4.  "Xenophobia" in South Africa : Order, Chaos, and the Moral Economy of Witchcraft

5.  Démocratie populaire, jeunesse et activisme : une entrevue avec Tunde Zack-Williams