Vous êtes ici : Accueil » Afrique australe » Madagascar » Madagascar : sévère bilan de la société civile à l’égard du régime

Madagascar : sévère bilan de la société civile à l’égard du régime

D 19 octobre 2019     H 18:23     A RFI     C 0 messages


À Madagascar, la plateforme de la société civile ROHY rappelle à l’ordre le régime sur sa façon de gouverner le pays. Manque de transparence dans ses décisions, omniprésence du chef de l’État, non-respect de la loi par les dirigeants... Jeudi, lors d’une conférence de presse dans la capitale Antananarivo, la plateforme a dressé une longue liste de griefs concernant les actions et les prises de décisions des dirigeants.
Neuf mois après l’arrivée au pouvoir d’Andry Rajoelina, le bilan de la société civile est sévère. Elle admet qu’il travaille « inlassablement » mais « sans nécessairement produire des résultats palpables. »

Une omniprésence du président qui nuit à la bonne gouvernance, explique Hony Radert, responsable de la sous-commission Finances publiques au sein du mouvement ROHY : « Nous avons l’impression que c’est vraiment la présidence qui prend toutes les décisions et n’impliquent pas ses ministres dans ces prises de décisions. Ce sont les retours que nous avons au niveau des ministères. Le problème, c’est que dans ce cas-là à quoi servent alors les ministères ? Il y a des responsabilités que ces personnes doivent prendre, et ce d’autant plus qu’elles sont chèrement payées. Si l’on veut que la machine fonctionne, il faut que chaque acteur puisse prendre ses responsabilités. »

Plusieurs actions du régime suscitent l’incompréhension chez les citoyens d’après ROHY comme la construction d’une nouvelle ville en périphérie d’Antananarivo « dans l’opacité et dans un contexte de contestation des populations impactées » ou « l’élaboration d’un plan d’émergence pour Madagascar sans concertations régionales. »

Une incompréhension qui vient notamment d’un manque de transparence et de volonté d’impliquer la population dans les décisions explique le mouvement. Parmi celles qui ont fait polémique ces derniers jours, la nomination de gouverneurs de régions par décret par le président, explique Benjamin Andriatsimarofy, membre de la commission juridique de la plateforme : « Ce processus de nomination ne respecte guère la Constitution. Les instances dirigeantes de ces régions devraient être élues au suffrage universel. Le terme de "gouverneur" n’est même pas prévu par la Constitution ni par la loi sur les collectivités territoriales décentralisées et c’est pour cela qu’on interpelle toujours : la loi n’est pas seulement faite pour les gouvernés, mais pour les gouvernants aussi. » Un décret pris il y a 15 jours et qui n’a pas encore été rendu public.

Source :
http://www.rfi.fr/

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  AFRIQUE AUSTRALE : La lutte contre le trafic d’êtres humains à la traîne derrière les engagements


5 articles au hasard

1.  Communiqué du Conseil exécutif du Mouvement Civique du Gabon

2.  Tunisie : les tâches économiques d’urgence du gouvernement de salut – Plan de mobilisation financière nationale

3.  Une lame de fond anti-Frères Musulmans secoue la Tunisie

4.  LIBYE : Les migrants sub-sahariens font profil bas

5.  Pétition pour une enquête parlementaire sur l’assassinat du Président Thomas Sankara et de ses compagnons.


Les plus populaires

1.  Nigeria : Les survivantes de la traite confrontées à la pauvreté et la détresse Les autorités devraient renforcer le soutien à ces femmes au lieu de les maintenir dans des centres d’hébergement

2.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe

3.  Dette et Coronavirus : L’Afrique pourra-t-elle se prémunir des effets délétères du système capitaliste et des politiques néolibérales ?

4.  Djibouti : Protection citoyenne pour Mohamed KADAMY

5.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices