Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Centrafrique » Centrafrique : La LCDH exige des mesures fortes contre les graves (...)

Centrafrique : La LCDH exige des mesures fortes contre les graves violations des Droits de l’Homme

D 21 novembre 2019     H 05:39     A Ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme     C 0 messages


Une activité de la Ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme sur graves violations des droits humains a été organisée le vendredi 15 novembre dernier à Bangui. L’objectif est de plaider auprès des autorités centrafricaines afin de prendre des mesures répressives contre les auteurs des crimes dans le pays.

Le respect des droits humains, la protection de la population civile et la réduction de violences basées sur le genre sont des questions qui préoccupent la Ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme(LCDH) qui plaide pour l’amélioration des conditions sécuritaires dans le pays. Dans le cadre du programme « partenariat stratégique » financé par l’ONG internationale en Centrafrique Cordaid, une activité de plaidoyer regroupant des acteurs de la justice, des organisations des droits de l’Homme a au lieu dans la capitale dans le but de discuter sur les questions liées aux droits humains.

Il est question pour Maître Rock Joachim Komengué, président de la commission nationale des droits de l’homme de discuter avec les autorités afin d’arrêter des mesures fortes contre ces violences, « nous sommes là pour plaider par rapport aux multiples cas de violations des droits de l’homme pour que les autorités puissent intervenir face à cette situation. C’est quand il y’a l’insécurité que le taux de violence augmente. Et nous avons dit que l’instauration de l’autorité de l’Etat et le redéploiement des forces de l’ordre pourront contribuer à un climat de quiétude », a fait savoir le président de la Commission nationale des Droits de l’Homme.

Le fait que les victimes selon lui, ne se prononcent pas sur les violences, cela encourage davantage les bourreaux à continuer dans ces pratiques, « nous déplorons que y’a plusieurs cas des violations de droits de l’homme, mais les victimes ne veulent pas dénoncer ces cas pour que les autorités judiciaires ou militaires puissent agir et réprimer les bourreaux. Donc il est important de dénoncer pour que les sanctions soient infligées à l’endroit des auteurs de ces crimes et cela va permettre à la réduction de violences », a lancé Roch Joachim Komengué.

La LCDH est l’organisation nationale des droits de l’homme en Centrafrique qui milite pour la défense des droits humains dans le pays.

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  L’Empire qui ne veut pas mourir : « Il faut accepter que l’histoire en Afrique puisse s’écrire sans la France »

2.  Etre lesbienne en Afrique du Sud : pas toujours gai

3.  SARKOZY OU HOLLANDE : POUR QUI « VOTENT » LES AFRICAINS ?

4.  Togo : Manifestation de la STT bloquée par les forces de l’ordre : Nadou Lawson parle de « violation flagrante du droit des syndicats »

5.  Burundi : APPEL À LA LIBÉRATION DE M. JEAN-CLAUDE


Les plus populaires

1.  1er MAI 2022 : DECLARATION DE YOONU ASKAN WI / MOUVEMENT POUR L’AUTONOMIE POPULAIRE ET DU FONT POUR UNE REVOLUTION ANTI-IMPERIALISTE, POPULAIRE ET PANAFRICAINE (FRAPP) S’UNIR POUR INTENSIFIER LA LUTTE CONTRE LA VIE CHERE, LE CHOMAGE, LE PIETINEMENT DE LA DIGNITE ET DES DROITS DES TRAVAILLEURS !

2.  Centrafrique : Joseph Kony toujours recherché après le coup d’État en RCA

3.  Burkina Faso : Déclaration de l’unité d’action syndicale sur la situation nationale.

4.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

5.  Bénin : Non a la privatisation des douanes