Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Congo Kinshasa » RDC : L’IRDH demande l’emprisonnement du chef de guerre Mutanga Gédéon

RDC : L’IRDH demande l’emprisonnement du chef de guerre Mutanga Gédéon

D 17 octobre 2016     H 05:29     A     C 0 messages


Au lendemain de la reddition du chef Maï-Maï Mutanga Gédéon et de cent de ses combattants dans la province du Haut Katanga, l’Institut de recherche pour les droits humains (IRDH) recommande aux autorités congolaises d’emprisonner ce chef milicien afin qu’il purge sa peine.

Selon Me Hubert Tshiswaka, le directeur de l’IRDH, Mutanga Gédéon avait été reconnu en 2006 coupable des crimes contre l’humanité et avait été condamné par le tribunal militaire garnison du Haut Katanga à la peine d’emprisonnement à perpétuité. Mais le condamné qui s’était évadé de prison en 2011 n’a jamais totalement purgé sa peine.

« Si une personne qui s’est échappée de la prison et n’a pas épuisé sa peine est retrouvée par les autorités judiciaires, cette personne a encore une place en prison. Dans le cas de monsieur Gédéon, il doit subir la rigueur de la loi », a déclaré Me Tshiswaka.

Lorsqu’il s’est rendu mardi aux autorités du Haut-Katanga à Lubumbashi, Mutanga Gédéon a déposé ses armes en compagnie de ceux qui l’accompagnaient et s’est engagé à œuvrer pour la paix.
Pour le directeur général de l’IRDH, le fait de rendre les armes ne soustrait pas M. Mutanga Gédéon de la justice.

Il estime par ailleurs que, pour son cas, la loi d’amnistie ne peut être appliquée en sa faveur.
« Il faut toujours noter que quand on parle de l’amnistie au niveau national, on exclut toujours les crimes imprescriptibles c’est-à-dire, les crimes contre l’humanité, les crimes de guerre, et de génocide. Dans le cas de Gédéon, il a été reconnu coupable des crimes contre l’humanité et pour ça je pense que la loi d’amnistie ne peut pas s’appliquer », a-t-il argumenté.

Le groupe Maï- Maï du milicien Kyungu Mutanga Gédéon a semé la terreur et commis des exactions dans les territoires de Mitwaba, Pweto et Manono entre 2004 et 2006, avant l’arrestation de leur chef.

Source : http://www.radiookapi.net/

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe

5.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY


5 articles au hasard

1.  NO TERANGA FOR EPA ! PAS DE TERANGA POUR L’APE ! DUñ TERAL APE ! La CEDEAO doit refuser son annexion par l’Union Européenne en bloquant l’APE !

2.  Niger : conflit social pour Areva dans la mine d’uranium de Cominak

3.  Libéria : Mae Azango a pris sur elle le sujet tabou de la Mutilation Génitale Féminine (MGF)

4.  Les manifestants soudanais expédiés dans des "maisons fantômes"

5.  Guinée : Inculpation de l’ancien chef de la garde présidentielle dans l’affaire des tortures de 2010


Les plus populaires

1.  Ethnonationalism, imperialism and the working class in Ethiopia

2.  Togo expels French reporter, suspends press accreditation for foreign media

3.  Togo : RSF dénonce l’expulsion arbitraire du journaliste Thomas Dietrich et la suspension des accréditations pour la presse étrangère

4.  La Banque Mondiale Accusée de Destruction des Exploitations Agricoles Traditionnelles dans le but de Soutenir l’Accès à la Terre des Grandes Entreprises

5.  Kenya - Doctors’ Strike : President Ruto’s Hypocrisy Exposed