Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Congo Kinshasa » RDC : les 18 militants de Lucha arrêtés à Goma transférés au parquet

RDC : les 18 militants de Lucha arrêtés à Goma transférés au parquet

D 20 mars 2016     H 05:30     A     C 0 messages


Arrêtés mardi pendant qu’ils manifestaient pacifiquement pour réclamer la libération de leurs camarades Fred Bauma et Yves Makwambala, dix-huit militants de la Lucha ont été transférés ce mercredi 16 mars au Parquet de grande instance de Goma (Nord-Kivu).

Leur avocat, Me Jean-Paul Lumbulumbu affirme que ses clients doivent être auditionnés ce même mercredi par un magistrat. Les charges retenues contre eux seront connues après leur audition.

Il demande leur libération immédiate, indiquant que ces militants de la Lucha avaient le droit d’organiser cette manifestation pacifique.

« Ils ont été arrêtés. Ils étaient en train de manifester pacifiquement, les mains liées, la bouche bandée », s’est plaint Me Jean-Paul Lumbulumbu, indiquant ne pas connaître d’infraction qui puisse être commise dans ces conditions.

Il écarte l’idée d’une libération provisoire et dit attendre la relaxe de ses clients.

« Nous ne voulons même pas parler de la liberté provisoire parce que nous ne voyons aucune infraction qui a été commise pour qu’ils puissent être mis sous le régime du mandat d’arrêt provisoire. Nous pensons tout simplement que c’est la relaxe que nous attendons », a souligné l’avocat.

Les dix-huit militants de Lucha ont été interpellés au cours d’une marche pacifique organisée pour demander la libération de leurs camarades, Fred Bauma et Yves Makwambala, emprisonnés depuis une année à Kinshasa.

L’ONU préoccupée

Le directeur du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH), José Maria Aranaz s’est dit préoccupé par cette restriction des libertés d’expression, après ces arrestations.

« Nous sommes très préoccupés par la restriction des libertés fondamentales en RDC et surtout la répression constante des activités de la société civile », a-t-il déclaré à Radio Okapi.

José Maria Aranaz a, par ailleurs, estimé que la « répression constante des activités de la société [civile] doit être corrigée avant que le pays se prépare au processus électoral ».

source : http://www.radiookapi.net

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  L’Empire qui ne veut pas mourir : « Il faut accepter que l’histoire en Afrique puisse s’écrire sans la France »

2.  Etre lesbienne en Afrique du Sud : pas toujours gai

3.  SARKOZY OU HOLLANDE : POUR QUI « VOTENT » LES AFRICAINS ?

4.  Togo : Manifestation de la STT bloquée par les forces de l’ordre : Nadou Lawson parle de « violation flagrante du droit des syndicats »

5.  Burundi : APPEL À LA LIBÉRATION DE M. JEAN-CLAUDE


Les plus populaires

1.  1er MAI 2022 : DECLARATION DE YOONU ASKAN WI / MOUVEMENT POUR L’AUTONOMIE POPULAIRE ET DU FONT POUR UNE REVOLUTION ANTI-IMPERIALISTE, POPULAIRE ET PANAFRICAINE (FRAPP) S’UNIR POUR INTENSIFIER LA LUTTE CONTRE LA VIE CHERE, LE CHOMAGE, LE PIETINEMENT DE LA DIGNITE ET DES DROITS DES TRAVAILLEURS !

2.  Centrafrique : Joseph Kony toujours recherché après le coup d’État en RCA

3.  Burkina Faso : Déclaration de l’unité d’action syndicale sur la situation nationale.

4.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

5.  Bénin : Non a la privatisation des douanes