Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Gabon » Gabon : Encore une présidence à vie

Gabon : Encore une présidence à vie

Le projet de révision de la Constitution adopté ; les nouvelles dispositions qui visent à renforcer les pouvoirs du chef de l’Etat

D 17 février 2011     H 05:45     A Pierre Eric MBOG BATASSI     C 0 messages


Le parlement gabonais a adopté mardi 28 décembre 2010 un nouveau projet de révision constitutionnelle. Les nouvelles dispositions consacrent plus de droits au président de la République, notamment en matière de défense nationale et dans les cas de troubles graves susceptibles de menacer l’indépendance du pays et l’intégrité du territoire national, (on peut se demande quel pays à l’intention de menacer l’indépendance du Gabon et son intégrité ?)

Les députés et les sénateurs réunis à Libreville en congrès au palais national Léon MBA, siège de l’Assemblée nationale, ont adopté par 177 voix contre 16, la nouvelle mouture de la Constitution.

Les modifications de la loi fondamentale portent sur 3 paragraphes et 36 articles. Ce vote vient de mettre fin à une longue polémique entre la majorité républicaine de l’émergence et les partis de l’opposition qui a rejeté cette révision de la Constitution.

"L’évolution des pratiques ayant cours de par le monde, s’agissant notamment de l’impact des situations de crise sur le jeu des institutions, conjuguée à notre propre expérience, montrent que la loi fondamentale se heurte aujourd’hui à des contingences diverses qui l’obligent à s’adapter à la réalité", avait justifié il y a quelques semaines le Premier Ministre gabonais, Paul BIYOGHÉ MBA, défendant le projet de révision constitutionnelle, devant les parlementaires.

Ces nouvelles dispositions font passer de 45 à 60 jours la période de transition politique et obligent désormais les postulants aux fonctions présidentielles à résider de façon régulière au moins pendant 12 mois sur le territoire national. Elles recadrent également l’exercice des libertés syndicales, d’associations et de cultes.

Pas de limitation de mandats

Le porte-parole du groupe parlementaire des forces du changement, Zacharie MYBOTO qui a récusé cette révision constitutionnelle, a estimé que cette dernière vise tout simplement à renforcer la dictature au Gabon en donnant plus de pouvoir au chef de l’Etat.

Zacharie MYBOTO, le président de l’Union Nationale (UN) a déclaré que "certaines dispositions constituent une porte ouverte à la dictature".
"Depuis le naufrage de la démocratie enregistré lors de la révision de la Constitution en 2003, la situation de la loi fondamentale gabonaise va de mal en pis", a-t-il ajouté, estimant que la révision allait permette à l’exécutif de "régner en maître absolu".

Il a en outre déclaré qu’une révision de la Constitution qui n’apporte pas les grands changements souhaités par la majorité du peuple n’est pas opportune en ce moment. Il aurait souhaité que les nouvelles dispositions ramènent le scrutin uninominal à deux tours pour l’élection du président de la République et des députés, en vue de dégager en cas de besoin, une majorité absolue qui confère la légitimité réelle aux élus.

La question de la limitation à deux le nombre de mandats du président de la République, évoquée depuis quelques années par les partis de l’opposition, a été également ignorée par les initiateurs de cette révision de la Constitution. Ce qui a provoqué aussi un grincement de dents chez les opposants.

La nouvelle Constitution interdit à un Gabonais disposant de la double nationalité et ayant occupé des responsabilités politiques dans un autre pays d’être éligible.

Selon toute vraisemblance, la nouvelle mouture de la loi fondamentale adoptée par les parlementaires a certainement pour objectif de donner plus de liberté au chef de l’Etat, Ali BONGO ONDIMBA, pour mettre en musique son programme de société pour lequel il a été élu.

Par Pierre Eric MBOG BATASSI

Source : http://mampouya.over-blog.com/

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Pour un procès en révision des tirailleurs « sénégalais » rescapés du massacre de Thiaroye

2.  Madagascar : La grève partout, les ultimatums pleuvent

3.  MADAGASCAR : Pauvreté et malnutrition dans les plantations de sisal

4.  Communist Party of Swaziland condemns imprisonment of Zonke Dlamini, calls for isolation of Mswati regime

5.  Déclaration de Yoonu Askan Wi sur les sanctions impopulaires et illégales de la CEDEAO et de l’UEMOA contre le Mali


Les plus populaires

1.  1er MAI 2022 : DECLARATION DE YOONU ASKAN WI / MOUVEMENT POUR L’AUTONOMIE POPULAIRE ET DU FONT POUR UNE REVOLUTION ANTI-IMPERIALISTE, POPULAIRE ET PANAFRICAINE (FRAPP) S’UNIR POUR INTENSIFIER LA LUTTE CONTRE LA VIE CHERE, LE CHOMAGE, LE PIETINEMENT DE LA DIGNITE ET DES DROITS DES TRAVAILLEURS !

2.  Fin du Traité de coopération militaire Mali-France : Le Parti SADI salue la décision du gouvernement

3.  TRIBUNE : POUR LE RENOUVEAU DE LA GAUCHE SÉNÉGALAISE !

4.  Togo : L’ANC CONDAMNE L’ATTAQUE TERRORISTE DE KPEKPAKANDI

5.  Convoi de Barkhane bloqué au Niger : « On se demande s’il y a eu même vraiment une enquête »