Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Gabon » Grève à Gabon Télécom

Grève à Gabon Télécom

D 21 novembre 2014     H 12:38     A     C 0 messages


Une partie des travailleurs de Gabon Télécom en grève depuis jeudi dernier, a menacé de couper le téléphone (fixe et GSM) ainsi que la connexion Internet si la direction de l’entreprise s’amuse à ne pas donner satisfaction à ses revendications qui datent de 2007.

Les salariés en grève revendiquent notamment la prime de cumule de charges suite à la fusion de Gabon Télécom et Libertis, sa filiale de la téléphonie mobile.

« Quand l’entreprise a été privatisée en 2007, les marocains et l’Etat gabonais ont mis à la porte plus de 1 200 agents. Nous sommes restés moins de 500 agents pour faire le travail de 1 700 agents », a expliqué un gréviste rencontré au piquet de grève au CENACOM (centre ville).

« Notre masse de travail a été doublée sinon triplée mais le salaire est resté le même », a déploré l’employé.

« Un de nos camarades a failli mourir d’un surmenage à cause de la pression du travail », a renchéri un autre agent.

97 mois d’arriérés de primes

Un premier accord aurait été trouvé dans le passé pour payer à chaque agent l’équivalent de 1 million de FCFA par mois depuis la date de la privatisation de la société. A la date de l’accord (2011), un agent Gabon Télécom devait percevoir 18 588 387 FCFA soit 48 mois cumulés. Celui de Libertis devait empocher 37 257 143 FCFA.

Cependant, un changement à la tête de l’entreprise aurait mis en sourdine ce paiement et aujourd’hui le nombre de mois cumulés est passé de 48 à 97, selon des membres du syndicat.

Les grévistes réclament aussi une harmonisation de salaire entre les anciens employés de Gabon Télécom et leurs collègues de Libertis. La non harmonisation fait de sorte que deux ingénieurs ayant le diplôme, la même fonction et le même volume de travail ne perçoivent pas le même salaire. L’écart est très grand entre les deux.

Ce lundi, les grévistes se sont donnés la consigne de s’habiller en rose, couleur dominante de l’entreprise. Ils ont promis accentuer la pression avant d’envisager, ultérieurement, des actions fortes si la direction ne donne pas satisfaction aux revendications. Ces actions pourraient être la coupure du téléphone et de l’Internet, selon un agent. Gabon Télécom est le 2ème opérateur du Gabon en terme de chiffre d’affaires. Il est le premier fournisseur d’Internet dans le pays.

La direction n’a pas encore communiqué depuis le lancement de la grève.

Source : Gabonactu.com

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  AFRIQUE AUSTRALE : La lutte contre le trafic d’êtres humains à la traîne derrière les engagements


5 articles au hasard

1.  Burkina Faso : L’échec de l’intervention de l’armée française au Sahel et l’héritage de Compaoré

2.  Créons un, deux, trois... voire plusieurs Burkina-Faso en Afrique !

3.  SAHARA OCCIDENTAL : L’ONU pour l’autodétermination mais une fois de plus contre un mécanisme international pour la surveillance des droits de l’homme

4.  La force de maintien de la paix de l’ONU au Sahara occidental doit assurer le suivi de la situation des droits humains

5.  Reports say police played key role in Tanzanian journalist’s death


Les plus populaires

1.  Élections législatives du 22 février 2013 à Djibouti : dictature, fraudes et répression à l’ombre des bases militaires, quel changement dans la politique française et européenne ?

2.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe

3.  Djibouti : Protection citoyenne pour Mohamed KADAMY

4.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

5.  Après le verdict en appel de l’affaire des Biens mal acquis de Teodorin Obiang, la répression se poursuit en Guinée équatoriale