Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Gabon » Marcel Libama empêché de sortir du Gabon

Marcel Libama empêché de sortir du Gabon

D 30 janvier 2020     H 05:00     A Carl Nsitou     C 0 messages


Le syndicaliste Marcel Libama, l’un des 4 leaders de la société civile qui ont porté plainte le 13 janvier dernier contre Noureddin Bongo Valentin, a annoncé dimanche qu’il a été empêché de prendre l’avion pour Pointe Noire au Congo Brazzaville où il est attendu pour animer un séminaire.

« La police m’a dit que je suis interdit de sortie du territoire », a déclaré le syndicaliste joint au téléphone par un journaliste de Gabonactu.com

« Les policiers m’ont dit que tous les quatre leaders qui ont porté plainte contre Noureddin Bongo Valentin sont concernés par cette interdiction », a précisé le syndicaliste qui soutient n’avoir jamais été saisi par un magistrat pour lui notifier cette interdiction.

Marcel Libama est un formateur régional sur les questions d’éducation sociale et scientifique. Le séminaire qu’il partait animer à Pointe noire est co-organisé par la Confédération générale du travail (CGT, France).

Le 13 janvier dernier, Marcel Libama a joint sa voix au collectif des activistes et syndicalistes qui ont porté plainte contre Noureddin Bongo Valentin, fils de l’actuel chef de l’Etat gabonais, pour une supposée affaire de corruption découlant d’une découverte des milliards de FCFA prétendue l’appartenir. L’argent aurait été découvert suite à une altercation qui se serait produit le 6 janvier courant au carrefour Rio dans le 3ème arrondissement de Libreville entre des gendarmes et des éléments de la garde républicaine (GR).

Le fils du président est aussi accusé de disposer de plusieurs sociétés écrans au Gabon, à Dubaï et dans des paradis fiscaux.

Nourredin Bongo Valentin, a été récemment promu Coordonnateur général des affaires présidentielles. Depuis cette promotion, il fait l’objet de plusieurs attaques car soupçonné d’être mis en vedette afin de succéder à son père, Ali Bongo Ondimba.

Les autres auteurs de la plainte sont Ghislain Malanda président du Mouvement sauvons la République, Georges Mpaga président exécutif du ROLBG et Jean Remy Yama président de la confédération syndicale Dynamique unitaire.

L’avocat de Noureddin Bongo Valentin, Claude Dumont Beghi, a immédiatement annoncé avoir également porté plainte contre le collectif des activistes gabonais pour dénonciation calomnieuse.

« Les atteintes manifestes à ces principes fondamentaux imposent à Monsieur Noureddin Bongo Valentin le dépôt d’une plainte pour dénonciation calomnieuse auprès des autorités judiciaires compétentes », a expliqué Me Dumond Beghi dans un communiqué.

Carl Nsitou

Source : http://www.gabonactu.com/

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  Congo Brazzaville : « En Françafrique, il n’y a pas d’élection »

2.  Comité central du parti SADI à Sikasso : Pour rendre hommage aux résistants et aux pères de l’Indépendance du Mali

3.  Mauritanie : L’UFP, à propos du passage de Aziz à la télé

4.  Cameroun : « Nous demandons une période de transition consensuelle »

5.  ARRESTATION du Président de la LIGUE DJIBOUTIENNE des DROITS de l’HOMME


Les plus populaires

1.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

2.  Afrique du sud : The Lives of Women & Girls Are Not Respected

3.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe

4.  Agenda des actions africaines en région parisienne d Avril 2015

5.  Transparency group should reject Ethiopia’s membership due to its restrictions on civil society