Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Guinée équatoriale » Après le verdict en appel de l’affaire des Biens mal acquis de Teodorin (...)

Après le verdict en appel de l’affaire des Biens mal acquis de Teodorin Obiang, la répression se poursuit en Guinée équatoriale

D 27 février 2020     H 07:30     A CORED Guinée Équatoriale     C 0 messages


Le verdict en appel du procès des Biens mal acquis du fils d’Obiang a été prononcé le 10 février 2020 : une condamnation de 3 ans de prison avec sursis comme en première instance et 30 millions d’Euros d’amende sans sursis, contrairement à la première instance, l’amende devant maintenant être payée intégralement. Au procès en appel, le procureur avait requis trois ans de prison ferme, 30 millions d’amende et un mandat d’arrêt international, pour dissuader Téodorin Obiang de ne pas accepter la condamnation.

La CORED, qui avait déjà félicité les organisations Transparency International et Sherpa d’être allées jusqu’à la condamnation en première instance, réitère ses félicitations et sa reconnaissance à ces organisations. La CORED félicite également la justice française au regard de la complexité de l’affaire tant dans la caractérisation des crimes en droit français que dans les répercussions niveau des relations entre Etats.

Du côté du président Téodoro Obiang et de son fils, au lieu que cette nouvelle condamnation soit considérée comme un avertissement pour ses abus contre le peuple, elle a été perçue comme une victoire en raison de l’absence de peine de prison ferme et de mandat d’arrêt international. Pour eux, la voie de la succession dynastique du pouvoir reste ouverte.

La campagne de répression pour éliminer tout obstacle et toute personne qui résiste à leur abus n’a pas cessé, car le lendemain du verdict, le 11 février, sur l’ordre de Teodoro Nguema Obiang et sans ordre judiciaire 15 agents sont allés au domicile celui qui fut jusqu’à récemment le Président de la Cour suprême de justice, Juan Carlos Angue Ondo, pour l’arrêter. Averti à l’avance, il a sollicité l’aide des diplomates, en particulier les ambassadeurs d’Espagne, la France et des Etats-Unis à Malabo, qui se sont rendus sur place pour empêcher son arrestation. Juan Carlos Angue Ondo a ainsi pu sortir de sa maison pour gagner un autre endroit. Il est actuellement recherché et accusé abusivement d’avoir participé à une tentative de coup d’état en 2017, alors que la dictature accuse également l’Espagne et les Etats Unis d’ingérence.

Pour la CORED, la condamnation du fils d’Obiang, qui montre son irresponsabilité, serait positive pour le peuple si elle était suivie de pressions et de l’isolement international du régime, qui semble toujours capable de réussir une transmission de pouvoir dynastique. Alors que les familles des présidents congolais et gabonais sont également concernées par l’affaire des Biens mal acquis, les populations africaines victimes de ces régimes pourront juger une nouvelle fois les acteurs internationaux en observant leurs réactions aux verdicts. Elles seront également sensibles au mécanisme de restitution des Biens et pourraient considérer comme un échec tout mécanisme qui ne tiendrait pas compte de la situation dramatique réelle de ces pays.

Au vu de ces faits, la CORED
– demande aux gouvernements des pays occidentaux ayant des relations historiques avec la Guinée Equatoriale, l’Espagne, la France et les Etats-Unis, de faire pression sur le régime d’Obiang, pour qu’il cesse sa répression contre l’opposition politique et toutes les personnes qui n’acceptent pas de faciliter la succession dynastique, en particulier Juan Carlos Ondo Angue, ancien président de la cour suprême de justice,
– demande à l’Union européenne, à l’Union africaine et aux Nations-Unis de faire pression sur le régime d’Obiang de la même manière,
– demande aux ONGs internationales de défense des droits humains et à la presse internationale de continuer de dénoncer les abus du régime,
– demande au régime d’Obiang la fin des poursuites contre Juan Carlos Ondo Angue et la mise en liberté de tous les prisonniers politiques détenus à ce jour.

Paris 12 Février 2020

Raimundo Ela Nsang

Président Fondateur de la CORED

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  AFFAIRE SANKARA La France doit accepter la levée du secret défense sans tarder !

2.  Chute de Compaoré, un espoir pour le Burkina et pour l’Afrique

3.   Cri de cœur pour trois jeunes comédiens Djiboutiens embastillés

4.  Bénin : POUR LA COMMEMORATION DU 1er MAI, FETE INTERNATIONALE DU TRAVAIL

5.  Burkina Faso : Jeanny Lorgeoux se fait remarquer à Ouagadougou, ou le retour d’un dinosaure de la françafrique


Les plus populaires

1.  Le scandaleux embargo imposé au Mali

2.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

3.  La jeunesse soudanaise face au néo-colonialisme de l’ONU

4.  "Xenophobia" in South Africa : Order, Chaos, and the Moral Economy of Witchcraft

5.  Algérie : Notre lutte parmi les travailleurs et notre peuple pour les libertés et la justice sociale continuera !