Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Rwanda » Rwanda : un nouveau code pénal répressif pour les journalistes

Rwanda : un nouveau code pénal répressif pour les journalistes

D 25 octobre 2018     H 05:06     A Reporters sans frontières     C 0 messages


Alors que le Rwanda pourrait prendre la tête de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) à l’occasion du sommet de l’institution qui se tiendra les 11 et 12 octobre, Reporters sans frontières (RSF) dénonce l’adoption d’un nouveau code pénal qui maintient de très lourdes de peines pour les journalistes.

Caricaturer le président peut toujours conduire les journalistes rwandais en prison. Le nouveau code pénal adopté le 27 septembre dernier reste extrêmement répressif. L’outrage d’un parlementaire ou d’un agent de la fonction publique par la parole, l’écrit ou la caricature est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à deux ans de prison et 490 euros d’amende. La peine est même doublée lorsque les faits concernent les “hautes autorités du pays”.

Le nouveau texte supprime la diffamation envers les particuliers mais crée des délits d’injure et de diffamation envers le président assortis de peines allant de cinq à sept ans de prison et d’un maximum de 6 860 euros d’amende.

L’article 156 fait également peser une épée de Damoclès sur la production de reportages audiovisuels en considérant que tout montage de photos ou d’images qui ne sera pas précisé comme tel constituera une infraction passible d’une peine maximum d’un an de prison.

“La persistance d’un très grand nombre de délits de presse dans le code pénal rwandais témoigne de la volonté du régime de maintenir son système de prédation à l’égard des journalistes, estime Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. Tant que le Rwanda conservera un cadre légal extrêmement répressif à l’encontre des reporters et considérera la production d’une information libre et indépendante comme un délit passible de lourdes de peines de prison, le pays restera inaudible sur le terrain des droits de l’homme en général et de la liberté de la presse en particulier.”

Soutenue par la France et l’Union africaine, la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo, fait figure de favorite pour prendre la tête de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) face à la secrétaire générale sortante, la canadienne Michaëlle Jean, à l’issue du sommet d’Erevan qui aura lieu jeudi et vendredi. En juillet, RSF s’était inquiétée de cette candidature issue d’un régime qui “piétine le droit à l’information et réprime les journalistes”, rappelant que depuis 1996, huit reporters ont été tués ou sont portés disparus au Rwanda et que 35 ont été contraints à l’exil.

Chaque année, l’OIF décerne le Prix francophone de l’innovation dans les médias avec RSF et RFI.

En 2018, le Rwanda (156e) occupe toujours les bas fonds du Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  L’Empire qui ne veut pas mourir : « Il faut accepter que l’histoire en Afrique puisse s’écrire sans la France »

2.  Etre lesbienne en Afrique du Sud : pas toujours gai

3.  SARKOZY OU HOLLANDE : POUR QUI « VOTENT » LES AFRICAINS ?

4.  Togo : Manifestation de la STT bloquée par les forces de l’ordre : Nadou Lawson parle de « violation flagrante du droit des syndicats »

5.  Burundi : APPEL À LA LIBÉRATION DE M. JEAN-CLAUDE


Les plus populaires

1.  1er MAI 2022 : DECLARATION DE YOONU ASKAN WI / MOUVEMENT POUR L’AUTONOMIE POPULAIRE ET DU FONT POUR UNE REVOLUTION ANTI-IMPERIALISTE, POPULAIRE ET PANAFRICAINE (FRAPP) S’UNIR POUR INTENSIFIER LA LUTTE CONTRE LA VIE CHERE, LE CHOMAGE, LE PIETINEMENT DE LA DIGNITE ET DES DROITS DES TRAVAILLEURS !

2.  Centrafrique : Joseph Kony toujours recherché après le coup d’État en RCA

3.  Burkina Faso : Déclaration de l’unité d’action syndicale sur la situation nationale.

4.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

5.  Bénin : Non a la privatisation des douanes