Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Rwanda » Rwanda : Sept ans de prison pour un journaliste

Rwanda : Sept ans de prison pour un journaliste

RSF dénonce une “condamnation lourde et aberrante”

D 21 novembre 2021     H 17:29     A Reporters sans frontières     C 0 messages


Le reporter Dieudonné Niyonsenga, responsable d’une web-télé, a été condamné à sept ans de prison par la justice rwandaise. Reporters sans frontières (RSF) dénonce une peine lourde, arbitraire et aberrante et demande aux autorités de cesser leur chasse aux journalistes qui exercent en ligne.

Dieudonné Niyonsenga, aussi connu sous le pseudonyme Cyuma Hassan, aura bénéficié de huit mois de liberté avant de retrouver sa cellule. Jeudi 11 novembre, la Haute Cour du Rwanda a condamné le directeur de la télévision en ligne Ishema TV à sept ans de prison, pour agression, obstruction auprès d’agents des forces de l’ordre et exercice du journalisme sans carte de presse.

Les ennuis du reporter remontent au 15 avril 2020. Alors qu’il était en route pour faire un reportage sur les effets des restrictions de déplacement imposées dans le pays, il est arrêté et accusé d’avoir “enfreint les mesures de confinement pendant la Covid-19” et avoir présenté à la police de “fausses cartes de presse”. Après 11 mois de détention préventive, durant lesquels il était presque impossible pour ses proches ou son avocat d’entrer en contact avec lui, son calvaire semble prendre fin le 14 avril 2021 : le journaliste est libéré deux jours après avoir été acquitté. C’était sans compter sur l’appel de cette décision par le procureur. Jeudi 11 novembre, Dieudonné Niyonsenga a donc finalement été condamné à sept ans de prison et à une amende de cinq millions de francs rwandais (environ 4.280 euros). Il a de nouveau été incarcéré à la prison de Magerarege, la plus grande du pays. Contacté par RSF, son avocat a déclaré qu’il allait faire appel de cette décision.

“Après avoir déjà passé près d’un an en détention préventive, cette condamnation très lourde et complètement arbitraire est aberrante, dénonce le responsable du bureau Afrique de RSF, Arnaud Froger. Il est désormais clair que les charges officiellement retenues contre ce journaliste ne servent qu’à masquer ce qu’on lui reproche réellement : ses enquêtes, ses reportages et la ligne critique de son média. Nous demandons aux autorités rwandaises de le libérer et de mettre fin aux arrestations et condamnations arbitraires de journalistes, notamment celles et ceux qui exercent en ligne.”

Quelques semaines avant sa première arrestation, Dieudonné Niyonsenga, connu pour ses reportages sur les quartiers défavorisés, avait publié plusieurs vidéos sur sa chaîne, notamment des interviews accusant des militaires rwandais de viols et de pillages présumés. Il avait également réalisé des reportages sur la destruction, par les autorités, d’habitations en pleine crise sanitaire. En février 2020, le journaliste s’était distingué en rapportant avoir vu des blessures sur le visage de Kizito Mihigo, célèbre chanteur militant pour la paix au Rwanda, lors de ses funérailles, mettant ainsi à mal la version du suicide relayée par le gouvernement.

Le 13 octobre dernier, les autorités rwandaises ont également arrêté Theoneste Nsengimana, le directeur de la chaîne critique du gouvernement Umubavu TV, pour avoir publié une vidéo colportant des “rumeurs destinées à déclencher un soulèvement”. Accusé d’appartenance à un groupe criminel, de diffusion de propagande visant à nuire au gouvernement rwandais à l’étranger, de propagation de rumeurs et d’incitation à l’agitation, il est actuellement détenu à Magerarege. Son avocat a fait appel pour demander sa libération lors de sa prochaine audience et dénonce un emprisonnement “complètement illégal, et contraire à la liberté d’expression”. Le journaliste avait déjà effectué un séjour en prison, accusé d’avoir récupéré de faux témoignages en avril 2020, avant d’être relâché un mois plus tard faute de preuves.

Plus tôt ce mois-ci, l’Office Rwandais d’Investigation (RIB), le service chargé des renseignements, a entamé des discussions avec Google pour fermer les chaînes Youtube dont les vidéos comprendraient “des mots ou expressions qui “constituent des crimes”. Le 13 avril, la commission rwandaise des médias avait par ailleurs publié une déclaration spécifiant que les détenteurs de chaînes Youtube personnelles n’étaient pas admissibles au statut de journaliste. Le code d’éthique et de conduite des médias au Rwanda est cependant actuellement en cours de révision pour prendre en compte les réseaux sociaux dans la définition du journalisme professionnel.

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  L’Afrique, réserve alimentaire ?

2.  Madagascar : Des « indignés » contestent les pratiques politiques

3.  Burkina Faso : Meurtres et abus commis dans le conflit du Sahel

4.  Constitutional Assembly electoral Law blow to inclusivity in post Revolution Libya

5.  « MADAGASCAR, Grenier de l’Océan Indien » : QUE LES PAYSANS NE DEVIENNENT NI LES OUBLIES NI LES VICTIMES


Les plus populaires

1.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

2.  RDC : des conditions de travail « désastreuses » dans les mines de cobalt

3.  Front social : la coordination TLP appelle à manifester le 5 décembre prochain contre la présence des bases étrangères au Niger

4.  L’association SoaMad – Solidaires avec Madagascar – a le plaisir de vous inviter à l’édition 2021 de son SPECTACLE - BAZAR le samedi 4 décembre.

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe