Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Tchad » Lycéens dispersés lors d’une manifestation à N’Djamena

Lycéens dispersés lors d’une manifestation à N’Djamena

D 20 février 2016     H 12:32     A     C 0 messages


La police a dispersé des lycéens qui voulaient manifester jeudi dans la capitale tchadienne contre la mort d’un des leurs, tué par balle pendant une marche de protestation après le viol d’une jeune fille.

« Nous avons voulu témoigner notre soutien à notre collègue abattu par la police lors de la manifestation ‘justice pour Zouhoura’ (lundi) et la police s’est permis de venir dans l’enceinte de nos établissements pour nous pourchasser », a déclaré à l’AFP un élève du lycée Félix-Eboué. La police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les élèves.

Plusieurs centaines de jeunes Tchadiens avaient manifesté lundi à N’Djamena contre le viol d’une jeune fille, Zouhoura, avant d’être violemment dispersés par la police anti-émeute. L’un des protestataires, Abbachou Hassan Ousmane, 17 ans, avait été tué par balle par la police pendant la dispersion.

Les cinq violeurs présumés, dont trois enfants de généraux, ont été arrêtés, a indiqué mardi le procureur général tchadien, Louapambe Mahouli Bruno, ainsi que quatre complices présumés, dont un fils du ministre des Affaires étrangères, Moussa Faki Mahamat.

Candidat déclaré à la présidentielle du 10 avril, le père de la jeune fille a annoncé qu’il avait porté plainte.

Après le viol, les agresseurs avaient mis en ligne une vidéo – retirée depuis – sur les réseaux sociaux montrant la victime nue et en larmes.

« Il s’agit pourtant d’une marche pacifique que nous voulions organiser, nous ne comprenons pas la réaction de la police », a ajouté un élève du Lycée technique commercial.

Les élèves de deux lycées de Mao (nord-ouest), d’où était originaire le lycéen tué, ont également manifesté dans le calme, a indiqué à l’AFP un habitant, joint au téléphone.

Toutes les boutiques du grand marché de N’Djamena sont restées fermées jusqu’en début d’après-midi.

« En solidarité avec les parents du défunt, nous avons voulu apporter notre soutien en observant une journée de grève », a expliqué Issa Moussa, vendeur au marché central.

Le ministre de la Sécurité et de l’Immigration, Ahmat Mahamat Bachir a accusé jeudi les élèves qui tentaient de manifester d’être « instrumentalisés ».

« Les élèves n’ont aucune raison de semer le désordre. Ils sont instrumentalisés par des groupes de politicards qui jettent les enfants dans la rue et, eux, ils se cachent », a-t-il accusé lors d’un point-presse.

Il a annoncé l’interdiction de tout nouveau rassemblement « sans autorisation préalable du ministre de la Sécurité ». « Le festival du désordre est terminé », a-t-il lancé.

Source : VOA

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  De la révocation d’Ousmane Sonko : l’abus de pouvoir l’a emporté sur le droit

2.  Déclaration du conseil national des organisations de la société civile de Guinée (CNOSCG) relative à l’élection présidentielle du 27 juin 2010.

3.  Uganda : Attacks on Opposition Figures, Media

4.  Mali et contradictions d’un anti-impérialisme conventionnel

5.  Déclaration sur les APE pour le Sommet UA-UE d’Abidjan (29-30 novembre 2017)


Les plus populaires

1.  Au Mali, la crise s’aggrave

2.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

3.  Afrique du sud : The Lives of Women & Girls Are Not Respected

4.  Du fond de son cachot, Guy Marius Sagna continue courageusement le combat patriotique et citoyen et remporte des victoires !

5.  Le Sénégal nous parle. Sachons l’entendre.