Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Tchad » Tchad : Grève du secteur public, arrestation de deux leaders (...)

Tchad : Grève du secteur public, arrestation de deux leaders syndicaux

D 10 novembre 2011     H 04:52     A     C 0 messages


Deux leaders syndicaux tchadiens ont été arrêtés vendredi soir et samedi sans que l’on en connaisse les motifs, a appris l’AFP de source syndicale samedi, alors que les travailleurs du secteur public revendiquent des augmentations de salaire et observent une "grève perlée".
"Hier soir des policiers en civil sont venus au domicile de Barka Michel (cadre de la Conféderation libre des travailleurs tchadiens, CLTT) pour lui dire que le ministre de l’Intérieur avait besoin de lui. Il est parti avec eux depuis hier soir et depuis nous sommes sans nouvelles", a affirmé à l’AFP le porte-parole de la Conféderation de syndicat des travailleurs tchadiens (CSTT) André Kodjimadingar.

M. Kodjimadingar a précisé que "Mangaral Nadjiyama (président des anciens employés de la Tchad Cameroun Constructor, TCC) a été arrêté ce matin et se trouve au commissariat de police". Selon un proche de M. Mangaral, les ex-employés de la TCC préparaient "une marche pacifique pour revendiquer leurs droits".
Il n’a pas été possible de connaître les motifs de ces arrestations. Vendredi, les travailleurs du secteur public, en grève depuis le 25 octobre ont suspendu leur action pour poursuivre les négociations tout en menaçant de cesser le travail à nouveau mercredi.
"Nous suspendons la grève à partir de ce vendredi pour la reprendre dès mercredi prochain", avait annoncé Brahim Ben Seid le secrétaire général de la CLTT auquel appartient Michel Barka, ajoutant que "les travailleurs sont disposés à maintenir le dialogue avec le gouvernement".

Le secrétaire général de l’Union des syndicats du Tchad (UST) François Djondang avait indiqué que les syndicats avaient opté "pour cette forme de grève dite perlée pour laisser le champ libre aux négociations" en soulignant que le président Idriss Deby Itno leur avait proposé une augmentation de "20% seulement, au lieu de 100% comme nous demandons".

"Nous comprenons la situation des travailleurs. Mais nous sommes à pied d’oeuvre pour satisfaire à leurs revendications", avait déclaré le 25 octobre un responsable du ministère de la Fonction publique Toïna Tondjibaye, demandant aux travailleurs de suspendre leur grève, afin de laisser le temps au gouvernement.

Source : AFP

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  AFRIQUE AUSTRALE : La lutte contre le trafic d’êtres humains à la traîne derrière les engagements


5 articles au hasard

1.  Cameroun : Fogue Foguito : "Emmener les candidats à parler de la santé"

2.  Guinée équatoriale : Une campagne électorale sous haute tension

3.  Guinée équatoriale : multiplication des arrestations arbitraires à la veille du sommet de l’Union africaine

4.  CÔTE D’IVOIRE : Les agences humanitaires prennent position contre le retour forcé des PDI

5.  Gambie. 100 jours à la tête du pays : Adama Barrow doit entreprendre des réformes majeures afin de rompre avec un passé violent


Les plus populaires

1.  Togo, élections législatives - Lettre ouverte du Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politique en Afrique à l’Union européenne du 18.1.13 + réponse du SEAE du 11.1.13

2.  Afrique du sud : The Lives of Women & Girls Are Not Respected

3.  Djibouti : Protection citoyenne pour Mohamed KADAMY

4.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe

5.  Pandémie et crise socioéconomique : l’Afrique à l’ère du Covid-19