Vous êtes ici : Accueil » Afrique centrale » Tchad » Tchad : Le dictateur Idriss DEBY persiste dans sa répression implacable des (...)

Tchad : Le dictateur Idriss DEBY persiste dans sa répression implacable des étudiants

D 18 août 2015     H 05:06     A Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme / Parti Révolutionnaire Populaire et Écologique     C 0 messages


C’est avec indignation que notre Parti, Actus/prpe a appris l’arrestation des étudiants par la police.
Ces jeunes, membres des bureaux provinciaux de l’Union Nationale des Etudiants Tchadiens
(UNET), étaient en réunion le 12.08.2015 à N’Djaména, afin d’examiner la situation interne de
l’organisation suite aux pressions du Gouvernement, et à la question relative au non paiement
des bourses depuis plusieurs.

Nous condamnons avec force cet acte qui viole délibérément le principe élémentaire de la liberté
d’expression et des réunions, stipulé par l’article 27 de la constitution de la République

Le président, de l’Union Nationale des Etudiants Tchadiens (UNET). Nadjo Kaina, détenu dans un
lieu tenu secret a subi de sévices corporels, selon un communiqué de presse de la Convention
Tchadienne pour la Défense des Droits Humains (C.T.D.D.H), en date du 14.08.2015.

Au cours de cette séance de torture, le Directeur Général de la police nationale exige du Leader
étudiant, sa démission de la présidence de l’UNET. Le courageux étudiant, Nadjo Kaina refusa
l’ultimatum, car il est conscient de défendre une juste cause et qu’il bénéficie du soutien
incontestable de la majorité absolue des étudiants.
Le régime du dictateur Général président Déby, allergique à tout esprit indépendant, digne, et
non thuriféraire voudrait alors imposer un Leader estudiantin, non élu démocratiquement et qui
serait à sa dévotion.
L’objectif immuable du régime Général Président, c’est de réduire au silence toute voix
discordante, voire liquider physiquement les opposants irréductibles.

Le mépris de la jeunesse par le dictateur Déby, le non paiement des salaires, des pensions des
fonctionnaires et les retraités, sont une stratégie caractéristique du sultan d’Amdjaress, d’affamer,
d’anéantir physiquement et moralement le peuple afin de l’asservir. Son rêve d’une présidence à
vie serait ainsi réalisé.

Notre parti, ACTUS/prpe, aux côtés des masses populaires tchadiennes, ensemble n’accepterons
jamais un fait accompli, la pérennisation de la dictature du Général président Déby au Tchad.

Au demeurant, nous avons exprimé dans notre communiqué de presse du 17 juin 2015, nos
profondes préoccupations d’éventuelles lois liberticides que le gouvernement risquerait
d’appliquer. En effet, sous le fallacieux prétexte de la lutte contre le terrorisme, le despote
augmenterait sa pression sur l’opposition, les paisibles populations, et interdirait toute
manifestation pacifique, réunion. L’arrestation des étudiants, membres de la direction de l’UNET,
en est une épreuve.

Depuis octobre 2014, les étudiants tchadiens, soutenus par le peuple, manifestent pacifiquement
pour revendiquer le paiement de leurs bourses confisquées par le gouvernement, il y a plusieurs
mois.

A ce jour, le pouvoir a répondu par des arrestations massives et des tirs à balles réelles
provoquant plusieurs morts et blessés graves.

- ■Notre Parti, ACTUS/prpe, réitère sa solidarité et son soutien militant à l’UNET, à toute sa
direction présidée par M. Nadjo Kaina.
- ■Nous tenons pour responsable, le Général président Déby, qui décide de tout depuis 25 ans
(dictature oblige), pour ce qui adviendrait au président Nadjo Kaina et ainsi qu’à tous les autres
étudiants embastillés.
- ■Nous exigeons la libération immédiate et inconditionnelle de tous les étudiants et du président de
l’UNET, Nadjo Kaina. De plus, le Gouvernement doit verser une indemnisation financière pour
préjudices physiques et moraux subis.
- ■Nous exigeons le paiement total et immédiat des bourses d’études, et le rétablissement de leur
régularité pour les prochaines échéances.
- ■Nous interpellons les puissances impérialistes occidentales, notamment la France sur ses
responsabilités dans les crimes contre l’humanité, commis au Tchad par le tyran Déby, depuis 25
ans. En effet, les gouvernements français successifs ont imposé aux masses populaires
tchadiennes, le Général président Déby, en lui apportant leurs soutiens diplomatiques, financiers
et militaires [Cf : Petites et Grandes controverses de la politique française et européenne au
Tchad, Etude soutenue par CCFD-Terre Solidaire, réalisée par Roland Marchal (CNRS/Sciences
Po, Paris, Avril 2015], [L’Express14/02/2008], [La Croix du 7 février 2008]
Le peuple tchadien aspire aussi au bien-être et à la démocratie. Cette volonté indestructible doit
être respectée. Il a par ailleurs, le légitime droit de lutter par tous les moyens, afin de mettre hors
d’état de nuire son bourreau, en l’occurrence le Général président Déby. C’est une question de
survie.

Le 14 Août 2015

Le Secrétaire Général de ACTUS/prpe

Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum