Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Est » Djibouti » Djibouti : OBOCK est désormais en état de catastrophe humanitaire...

Djibouti : OBOCK est désormais en état de catastrophe humanitaire...

D 12 octobre 2014     H 05:40     A Houssein IBRAHIM HOUMED     C 0 messages


OBOCK est désormais en état de catastrophe humanitaire. La situation risqeu d’être encore pire si rien n’est fait. Depuis trois jours, la ville d’Obock est en état de siège et subit un couvre-feu sans précédent. Pire encore, elle subit le blocus air, terre et mer. Les habitants ne peuvent plus s’approvisionner à Tadjourah où l’armée clanique a interdit toute circulation entre ces deux villes, dressant des barrages au point d’entrée de chaque ville. Obock est privée d’eau, des nourritures et des soins.

Prendre en otage des populations civiles parce qu’ils sont AFARS, parce qu’ils sont de la mauvaise coloration ethnique constitue la seule option que le Président autoproclamé de Djibouti, Monsieur Ismaël Omar Guelleh semble offrir à ces djiboutiens qui sont marginalisés depuis l’indépendance du pays.

Comment comprendre la mobilisation de toute une armée pour ce que le régime qualifiait hier de quelques éléments malfaiteurs en référence à la rébellion du FRUD (Front pour la restauration de l’Unité et de la démocratie) ? Après les déroutes des interahamwes dans les localités de Goda et de Mabla lors des derniers affrontements, le régime de Guelleh, dans sa fuite en avant s’est retournée contre sa propre population. Car et c’est là où réside la triste vérité, les AFARS sont les AFARS qu’ils soient civils ou rebelles.

C’est cela qui semble pour le régime justifier le blocus mais cette logique ne tient pas la route et relève tout simplement de justifications oiseuses.

Je lance un appel à tous les défenseurs des droits de l’Homme contre le risque de catastrophe humanitaire pour les populations de Tadjourah et d’Obock, majoritairement composés des femmes et des enfants et des vieillards.

Je lance tout simplement un appel à tout être humain, de réagir face à la destruction programmée de tout un peuple par la seule volonté d’un tyran qui veut exécuter son plan machiavélique.

Aujourd’hui, c’est Tadjourah et Obock qui est visé, demain ce sera le tour de Weah et Ali-Sabieh car le régime de Guelleh sait pertinemment qu’il est détesté dans l’arrière-pays et que l’écrasante majorité des Djiboutiens ne veut plus de lui.

Il est donc temps de réagir, demain sera trop tard…

Houssein IBRAHIM HOUMED

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  AFRIQUE AUSTRALE : La lutte contre le trafic d’êtres humains à la traîne derrière les engagements


5 articles au hasard

1.  Afrique du Sud : les permanences d’un Etat d’apartheid et la rupture

2.  Le CADTM dénonce l’imposture de l’aide internationale pour le Mali

3.  Mauritanie - L’UFP « parti d’intellectuels » : qu’est ce qui se cache derrière cette appellation ou ce qualificatif ?

4.  Les propriétaires terriens privés soulèvent l’indignation au Sénégal

5.  Le rapport BRAZZA : Crimes coloniaux et secrets d’État


Les plus populaires

1.  Texte liminaire de la Conférence de presse du mercredi 04 mai 2016 : Des fondements de la rupture d’avec les coalitions Bennoo Siggil Senegal et Bennoo Bokk Yaakaar à la formulation des nouvelles exigences et tâches, ou le temps de l’alternative populaire.

2.  Afrique du sud : The Lives of Women & Girls Are Not Respected

3.  Djibouti : Protection citoyenne pour Mohamed KADAMY

4.  Agenda des actions africaines en région parisienne d Avril 2015

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe