Vous êtes ici : Accueil » Afrique de l’Est » Kenya » ​Nouvelle loi sur la diffamation au Kenya : les journalistes encourent (...)

​Nouvelle loi sur la diffamation au Kenya : les journalistes encourent désormais 10 ans de prison​

D 22 mai 2018     H 04:07     A Reporters sans frontières     C 0 messages


Au Kenya, la diffusion de fausses nouvelles et la diffamation sur le net sont désormais passibles de lourdes de peines de prison après la promulgation d’une nouvelle loi par le président. Reporters sans frontières (RSF) dénonce des peines disproportionnées qui menacent la liberté de la presse.
42 000€ d’amende et dix ans de prison, c’est la peine maximum à laquelle seront désormais exposés les journalistes en cas de diffamation en ligne. Ces nouvelles sanctions font partie du nouveau Computer and Cybercrimes Act, promulgué par le président Uhuru Kenyatta le 16 mai 2018. De la même manière, toute publication intentionnelle de fausse nouvelle qui “constitue un discours de haine” ou “porte atteinte à la réputation des autres” risque une peine allant jusqu’à deux ans de prison.

“Aucun journaliste ne devrait encourir une peine de prison pour diffamation, estime Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique à Reporters sans frontières. Ces peines sont disproportionnées et n’ont pour objectif que de faire pression sur les blogueurs et journalistes. Pour les médias kenyans, ce nouveau tour de vis va élargir un peu plus le pouvoir de contrôle des autorités sur les publications en ligne”.

Le projet de loi avait été voté par le Parlement du Kenya le 26 avril dernier. Le texte a été promulgué malgré les mises en garde des associations de la presse sur les menaces pour la liberté de l’information. David Omwoyo, vice-président du Media Council, avait exprimé le 11 mai sa réserve sur cette régulation qui ”pourrait être utilisée par les autorités pour entraver la liberté de la presse”.

Ce n’est pas la première fois qu’une loi visant à intimider les journalistes est instituée au Kenya. En 2013, le Parlement avait adopté le Media Council Act permettant au gouvernement de censurer les médias lorsque ceux-ci critiquent les autorités, en les menaçant de suspension et d’amendes exorbitantes. Lors des élections en 2017, les autorités avaient également émis une série de consignes pour les journalistes, telles que l’interdiction de publier les résultats électoraux.

Le Kenya occupe la 96e place sur 180 dans le classement mondial 2018 de la liberté de la presse établi par RSF.

Rechercher

Les plus lus

1.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

2.  Déclaration à propos de la menace du gouvernement britannique de priver d’aide les pays qui violent les droits des personnes LGBTI en Afrique

3.  Angola : Isabel dos Santos, Honour and Lies

4.  Botswana : LABOUR TRANSFORMATION, THE DYNAMICS AND CHALLENGES IN A DEMOCRATIC SOCIETY

5.  La voix des Sahraouis étouffée au cœur de l’Europe


5 articles au hasard

1.  L’Empire qui ne veut pas mourir : « Il faut accepter que l’histoire en Afrique puisse s’écrire sans la France »

2.  Etre lesbienne en Afrique du Sud : pas toujours gai

3.  SARKOZY OU HOLLANDE : POUR QUI « VOTENT » LES AFRICAINS ?

4.  Togo : Manifestation de la STT bloquée par les forces de l’ordre : Nadou Lawson parle de « violation flagrante du droit des syndicats »

5.  Burundi : APPEL À LA LIBÉRATION DE M. JEAN-CLAUDE


Les plus populaires

1.  1er MAI 2022 : DECLARATION DE YOONU ASKAN WI / MOUVEMENT POUR L’AUTONOMIE POPULAIRE ET DU FONT POUR UNE REVOLUTION ANTI-IMPERIALISTE, POPULAIRE ET PANAFRICAINE (FRAPP) S’UNIR POUR INTENSIFIER LA LUTTE CONTRE LA VIE CHERE, LE CHOMAGE, LE PIETINEMENT DE LA DIGNITE ET DES DROITS DES TRAVAILLEURS !

2.  Centrafrique : Joseph Kony toujours recherché après le coup d’État en RCA

3.  Burkina Faso : Déclaration de l’unité d’action syndicale sur la situation nationale.

4.  ALIMENTATION : Réduire la faim, soutenir les femmes agricultrices

5.  Bénin : Non a la privatisation des douanes